Razer vise les 100% d'énergies renouvelables à l'horizon 2025

Nerces
Spécialiste Hardware et Gaming
22 mars 2021 à 16h00
1
Razer © Razer
© Razer

Sans doute avec un peu d'opportunisme, mais qu'importe si le résultat est là, Razer amorce sa mue énergétique.

Petit à petit, la plupart des entreprises informatiques se lancent dans des projets visant à limier leur empreinte sur l'environnement. Dans le cas de Razer, cela prend la forme d'un vaste plan sur 10 ans que la société a baptisé « GoGreenWithRazer ».

Alimenté à 100 % par les énergies renouvelables

Au-delà du seul slogan, Razer avance des chiffres et des objectifs précis. Ainsi, pour la première étape d'ici 2025, il souhaite utiliser 100 % d'énergie renouvelable et détaille ensuite son projet.

Razer précise par exemple que son siège européen à Hambourg est d'ores et déjà alimenté à 100 % par des énergies renouvelables. Il en sera de même pour le nouveau siège social de la société et, d'ici 2025, il est prévu que tous « les bureaux Razer dans le monde seront alimentés à 100 % par des énergies renouvelables ».

Nouveau siège social Razer © Razer
Le futur siège social de la société © Razer

Des produits recyclés / recyclables

Dans un second temps, Razer vise la généralisation de matières recyclées dans ses produits : il le précise en évoquant « l'utilisation de matériaux recyclés ou recyclables pour tous les produits d'ici 2030 ». La société explique qu'elle a déjà passé en revue « ses produits, ses emballages et ses exploitations ».

L'idée est donc de passer à l'étape suivante en s'assurant que « tous les produits de la marque seront recyclables d'ici à 2025 » avant d'ajouter que cela « inclut le traitement et le recyclage des produits Razer par les clients et les distributeurs ». Là, le constructeur souligne qu'il encourage ses clients à rapporter leurs anciens périphériques Razer dans n'importe quel RazerStore dans le monde… encore faut-il en avoir un à proximité.

Razer indique que dans ses propres bureaux et ses centres de réparation, des « procédures strictes de traitement des déchets » seront notamment mises en place et que la marque intégrera « des plastiques PCR dans la conception de ses produits ainsi que des emballages biodégradables, certifiés FSC ».

Razer campagne Sneki Snek © Razer
© Razer

Sauver des millions d'arbres

Enfin, Razer remet en avant la campagne Sneki Snek. Nommé d'après sa mascotte, l'événement est organisé en partenariat avec Conservation International et a pour objectif la sauvegarde d'un million d'arbres grâce à la vente de peluches Sneki Snek que l'on imagine respectueuses de l'environnement.

À l'heure actuelle, la campagne a déjà permis de sauver 170 000 arbres et Razer entend proposer de nouveaux produits Sneki Snek à chaque seuil de 250 000 arbres : l'achat d'un produit Sneki Snek permet, selon Razer et Conservation International, la sauvegarde de 10 arbres. Pour en savoir plus sur cette campagne, rendez-vous sur le site mis en place par Razer .

Forcément, ces bonnes actions font partie d'un plan de communication bien huilé de la part de Razer. Reste que si ces initiatives se vérifient, elles ne peuvent pas faire de mal.

Source : communiqué de presse

Soyez toujours courtois dans vos commentaires.
Respectez le réglement de la communauté.
1
2
Voir tous les messages sur le forum

Lectures liées

Des chercheurs ont découvert comment mieux détecter des deepfakes (et c’est une bonne nouvelle)
Pour les 40 ans du TGV, la SNCF dévoile son projet de train à grand vitesse du futur
Aviation électrique : le
L'ONU appelle à un moratoire sur certains usages de l'intelligence artificielle
La Wikimedia Foundation organise une compétition pour améliorer le légendage des images Wikipédia
Lynx R-1 : le casque de réalité mixte d'une jeune start-up française pourrait faire de l'ombre au Quest 2
L’armée de l’Air et de l’Espace se lance dans le prêt-à-porter et accessoires, avec sa propre marque
La start-up toulousaine Beyond Aero dévoile son projet d'avion léger à hydrogène
JetPack Aviation a trouvé un premier client militaire pour ses jetpacks, en attendant de faire voler son moto-speeder
Singapour teste Xavier, son « robot patrouilleur » anti-incivilités
Haut de page