Le Web français capte presque autant de dépenses pub que la TV

29 janvier 2015 à 17h28
0
Le marché de la publicité en ligne français a regagné en dynamisme en 2014. C'est en partie le résultat de la vidéo, un format qui profite de la vigueur de son jeune âge, alors que les bannières périclitent.

En 2014, le « digital » a marqué de son empreinte le marché français de la publicité. Internet est devenu « le deuxième média investi derrière la TV », a constaté Arthur Millet, le président du Syndicat des régies Internet (SRI), le 29 janvier, lors de la présentation de l'observatoire annuel de « l'e-pub » (.pdf). En se basant sur les performances réalisées en Allemagne et au Royaume-Uni, il estime que la France en a encore sous le pied.


0230000007881297-photo-digital-2014.jpg
Le marché de la publicité en ligne français en 2014 - Crédit : PwC, SRI, Udecam.


Combien ont dépensé les marques sur Internet ces douze derniers mois ? Près de 3 milliards d'euros, d'après le cabinet PwC, pour le SRI. Cela représente 25% des investissements totaux sur l'année, contre 27% pour la télévision. Dans cet ensemble, une part prépondérante est toujours occupée par les liens sponsorisés (le « search ») - autant dire, Google. Ce format représente 1,7 milliard d'euros, soit 4% de plus qu'en 2013.

La vidéo, moteur de la croissance

Mais c'est le segment du « display » qui a la plus forte croissance (+8%). Synonyme historique de la bannière, il tire aujourd'hui son énergie de la vidéo. La raison de cette croissance est à trouver dans la jeunesse des inventaires, qui ne peuvent que croître, et à vive allure. Celle-ci a explosé de 65% en un an, captant 224 millions d'euros. Les bannières, elles, ont continué sur un déclin de 6%, représentant 512 millions d'euros.

On se demande cependant quel est le dynamisme des investissements publicitaires pour les médias français, qui ne compteraient donc pas Google pour le search, ni Facebook et YouTube pour le display. PwC tente de coller le plus possible à la réalité en réalisant ses propres calculs, car les géants américains ne communiquent pas le détail de leurs revenus publicitaires par pays. Mais le cabinet reconnaît que « tous les acteurs du marché ne se reconnaîtront pas systématiquement » dans ces résultats. L'observatoire note cependant que les dépenses Web allouées aux réseaux sociaux (dont Facebook capte une large part) ne sont que de 7%.

La vidéo ne pèse peut-être que 8% des dépenses en ligne, mais elle a pourtant suffi à porter la croissance de l'ensemble du secteur. Sans elle, le marché français aurait stagné d'une année à l'autre, ne progressant que de 0,5% - et en grande partie, grâce à Google. La question est de savoir pour combien de temps la vidéo tirera le marché, alors que les autres canaux publicitaires sont plus timides. D'autant que l'épineux sujet de la visibilité de ces publicités, sur la table de l'IAB cette année, menace de brider les ardeurs de plus d'un annonceur.


A lire également :





Modifié le 01/06/2018 à 15h36
0 réponses
0 utilisateurs
Suivre la discussion

Les actualités récentes les plus commentées

Journée de la communauté Clubic.com : c'était samedi, c'était comment ?
Le géant de la réservation hôtelière Booking quitte lui aussi le navire Libra
M6 victime d'une cyberattaque affectant l'ensemble des employés du groupe
Le Vatican va lancer un chapelet connecté !
Blocage du porno au Royaume-Uni : c'est la débandade
Blizzard allège la peine infligée au joueur ayant soutenu les manifestations de Hong Kong
Le fichier des véhicules assurés entre en vigueur, et les forces de l'ordre comptent bien l'utiliser
Le réchauffement climatique s’est encore accentué depuis 2015
Un important site de contenus pédophiles tombe : 300 arrestations dans 38 pays
Gears 5 : 640 jours de ban pour des ragequit à répétition...

Notre charte communautaire

1. Participez aux discussions

Nous encourageons chacun à exprimer ses idées sur les sujets qui l'intéressent, et à faire profiter l'ensemble de la communauté de son expertise sur un sujet particulier.

2. Partagez vos connaissances

Que vous soyez expert ou amateur passionné, partagez vos connaissances aux autres membres de la communauté pour enrichir le niveau d'expertise des articles.

3. Échangez vos idées

Donnez votre opinion en étayant votre propos et soyez ouverts aux idées des autres membres de la communauté, même si elles sont radicalement différentes des vôtres.

4. Faites preuve de tolérance

Qu'il s'agisse de rédacteurs professionnels ou amateurs, de lecteurs experts ou passionnés, vous devez faire preuve de tolérance et vous placer dans une démarche d'entraide.

5. Restez courtois

Particulièrement lorsque vous exprimez votre désaccord, critiquez les idées, pas les personnes. Évitez à tout prix les insultes, les attaques et autres jugements sur la forme des messages.

6. Publiez des messages utiles

Chaque participation a vocation à enrichir la discussion, aussi les partages d'humeurs personnelles ne doivent pas venir gêner le fil des échanges.

7. Soignez votre écriture

Utilisez la ponctuation, prohibez le langage SMS et les majuscules, relisez-vous afin de corriger un peu les fautes de frappe et de français : trop de fautes n’engagent ni à lire le message, ni à répondre à une question.

8. Respectez le cadre légal

Ne publiez pas de contenus irrespectueux, racistes, homophobes, obscènes ou faisant l'apologie de courants radicaux, qu'ils soient politiques ou religieux. N'utilisez pas plusieurs comptes utilisateurs.

9. Ne faites pas de promotion

Ne profitez pas d'une discussion pour faire la publicité d'un produit, d'un service ou même de votre site web personnel.

10. Ne plagiez pas

Exprimez uniquement vos opinions ou partagez des idées en citant vos sources.

scroll top