Des documents échappent au MI6, mais parlent en sa faveur

0
Des notes internes aux services secrets anglais sont publiés par l'ONG Privacy International. Suite à la plainte qu'elle a elle-même déposée au sujet des techniques de collecte de données, l'organisation a obtenu ce lot de documents, sans préciser si cette acquisition s'était faite à l'insu des services de renseignement.

L'ONG s'empresse de publier le tout sur son site avant d'être repris par les journaux. Pourtant, il ne s'agit pas à proprement parler d'une nouvelle « affaire Snowden ». Car les « mémos » internes des différents services inciteraient plutôt à penser que les agences surveillent de près le comportement de leurs propres agents, en dénombrant les erreurs sanctionnées au cours de l'année : « Il y eut, entre le 1er juin 2015 et le 9 février 2016, 47 cas de non-conformité avec la section 94 du « Telecommunications Act », 4 cas de transgression des règles de nécessité (aucune enquête sans une menace avérée) et proportionnalité (l'importance des moyens mis en oeuvre doit être mesurée proportionnellement au risque) , 43 cas liés à une mauvaise transcription numérique, impliquant des sujets qui n'étaient pas suffisamment reliés à l'objet même de l'investigation.  »

Si la marge d'erreur peut néanmoins inquiéter, les exemples de « dérives » d'employés apparaissent presque bon enfant : « nous avons vu récemment plusieurs cas d'employés outrepassant leur prérogatives dans leur utilisation des bases de données, cherchant des adresses pour envoyer des cartes d'anniversaire, consultant les détails de passeports pour organiser des voyages personnels, ou cherchant des détails biographiques sur des membres de leur propre famille... » déclare une note interne du MI6. Autre sujet de préoccupation des agences : l'utilisation de la base de données comme un « moyen pratique » pour vérifier les données personnelles de ses collègues lors du remplissage des formulaires de service en leur nom.

08420622-photo-privacy-international.jpg


Les petites farces de bureau mises à part, c'est le côté paternaliste de la surveillance interne aux agences qui surprend : « s'il vous plait, gardez en mémoire que vos recherches ont le pouvoir de vous rapprocher de la vie privée des gens, y compris d'individus qui ne constituent pas l'objet central de vos enquêtes. Nous vous prions ainsi d'être particulièrement attentif à ce qu'une raison suffisament valable motive chacun de vos travaux, et que la recherche soit proportionnelle au niveau d'intrusion impliqué. Dans tous les cas, le niveau le moins intrusif possible doit être recherché. »

Secret de Polichinelle

Cette « divulgation » d'informations prend place dans un contexte politique particulier. Depuis des mois maintenant, l'Investigatory Power Bill (loi sur le renseignement) est débattu au Parlement anglais et divise l'opinion publique.

08420636-photo-mi5.jpg
Notes internes du MI5 et MI6


L'ONG Privacy International considère détenir une preuve du pouvoir abusif que conférerait une telle loi, et déclare que « les agences de renseignement se sont secrètement donnés le pouvoir de collecter tout type d'informations sur chacun de nous. ». La phrase fait référence aux documents dévoilés, qui font effectivement état de collecte de données téléphoniques et Internet mais n'incluent pas le contenu des communications comme le souligne la BBC.

Les faits révélés n'outrepassant visiblement pas cette limite, ne contreviennent donc pas au « Communication Act » de 2003 (loi sur le renseignement britannique). Certains parlent néanmoins d'une légère avance des services secrets sur la nouvelle loi en préparation : la notion de collecte « de masse » par exemple (utilisant les dernières technologies de Data mining), n'entrerait explicitement en vigueur que si la loi passait.

08420634-photo-mi5.jpg
Notes internes du MI5 et MI6


En France, où une loi sur le renseignement a aussi été votée l'année passée, on vient tout juste d'établir un cadre législatif lié notamment à la collecte de données de connexion. Jean-Jacques Urvoas qui en était le rapporteur, laisse justement entendre que de telles mesures permettent de mieux encadrer juridiquement des techniques déjà pratiquées : « Il s'agit de dissiper les zones grises, ne pas laisser nos services dans la plus parfaite indigence juridique. Demain, ce qui ne sera pas dans la loi sera illégal. L'absence de règles claires approuvées par le Parlement en matière de renseignement favorise les suspicions infondées sur l'activité des services spécialisés et fragilise leur action. »

A lire également
Modifié le 01/06/2018 à 15h36
0
0
Partager l'article :

Les actualités récentes les plus commentées

HP désactive vos cartouches d’encre à distance en cas de résiliation à son service d’abonnement
Taxation du numérique : après une discussion Macron/Trump, la taxe provisoirement suspendue
Réforme de l'audiovisuel : du cinéma chaque jour de la semaine sur les chaînes gratuites ?
Démarchage téléphonique : plusieurs associations lancent une pétition pour y mettre fin
Rachat de Maxwell : Elon Musk s'exprime enfin sur l'impact sur les batteries Tesla
La police va pouvoir extraire toutes les données de vos smartphones en 10 minutes chrono
Lucid Air : la berline électrique concurrente de la Model S ouvre ses précommandes en France
La Toyota Mirai propulsée à l'hydrogène, prévue en 2020, promet 650 km d'autonomie
Kaamelott : un premier teaser et une date de sortie avancée pour le film
Netflix se bat contre Disney+ à coup de Google Trends : The Witcher y exploserait The Mandalorian

Notre charte communautaire

1. Participez aux discussions

Nous encourageons chacun à exprimer ses idées sur les sujets qui l'intéressent, et à faire profiter l'ensemble de la communauté de son expertise sur un sujet particulier.

2. Partagez vos connaissances

Que vous soyez expert ou amateur passionné, partagez vos connaissances aux autres membres de la communauté pour enrichir le niveau d'expertise des articles.

3. Échangez vos idées

Donnez votre opinion en étayant votre propos et soyez ouverts aux idées des autres membres de la communauté, même si elles sont radicalement différentes des vôtres.

4. Faites preuve de tolérance

Qu'il s'agisse de rédacteurs professionnels ou amateurs, de lecteurs experts ou passionnés, vous devez faire preuve de tolérance et vous placer dans une démarche d'entraide.

5. Restez courtois

Particulièrement lorsque vous exprimez votre désaccord, critiquez les idées, pas les personnes. Évitez à tout prix les insultes, les attaques et autres jugements sur la forme des messages.

6. Publiez des messages utiles

Chaque participation a vocation à enrichir la discussion, aussi les partages d'humeurs personnelles ne doivent pas venir gêner le fil des échanges.

7. Soignez votre écriture

Utilisez la ponctuation, prohibez le langage SMS et les majuscules, relisez-vous afin de corriger un peu les fautes de frappe et de français : trop de fautes n’engagent ni à lire le message, ni à répondre à une question.

8. Respectez le cadre légal

Ne publiez pas de contenus irrespectueux, racistes, homophobes, obscènes ou faisant l'apologie de courants radicaux, qu'ils soient politiques ou religieux. N'utilisez pas plusieurs comptes utilisateurs.

9. Ne faites pas de promotion

Ne profitez pas d'une discussion pour faire la publicité d'un produit, d'un service ou même de votre site web personnel.

10. Ne plagiez pas

Exprimez uniquement vos opinions ou partagez des idées en citant vos sources.

scroll top