Loi renseignement : le nombre d'écoutes augmente en France

0
Le Parlement publie un rapport sur les conséquences de la récente loi sur le renseignement. Tout en décrivant la mise en place des nouvelles techniques d'interception, il met en avant l'accroissement significatif du nombre d'écoutes.

La délégation parlementaire au renseignement rend public son nouveau rapport. Il décrit la mise en place des changements structuraux induits par la récente loi sur le renseignement, et leurs conséquences pratiques. Parmi elles : « une nette augmentation du nombre d'interceptions » ainsi que « la prudence de la DGSI (sécurité intérieure) dans la mise en oeuvre de ces techniques nouvelles »

La loi relative au renseignement ouvre aux services secrets français de « nouvelles techniques de renseignement » : la possibilité de sonorisation d'un lieu privé, l'intrusion domiciliaire, ou l'interception de conversations à quelques centaines de mètres via les valises « IMSI catchers ». S'ajoute aussi la captation de données informatique telles les identifiants de connexion d'un individu publiant des contenus clairement identifiés comme suspects, et avec elles la possibilité de géolocaliser en temps réel le terminal qui en est à l'origine. Certaines de ces pratiques (sonorisation et intrusion) sont directement inspirées par celles de la police judiciaire, et entrent désormais dans le champ de manœuvre de la police dite « administrative » (services de renseignement), depuis la loi du 24 juillet 2015.

Lorsqu'on a pu entendre le mot de « boîtes noires » imposées aux opérateurs Internet, il s'agissait en réalité de ce dispositif mis en place sur les réseaux et permettant, non d'écouter massivement les communications, mais de récupérer ces données de connexion jugées « suspectes » par un algorithme analysant les publications en ligne.



Les astérisques visant à masquer les informations de ce rapport jugées « secret défense » ne nous permettront pas de savoir si c'est sur ce dernier point que freine la DGSI. Quoiqu'il en soit pour Francis Delon, le nouveau président de la CNCTR (nouvelle commission de contrôle des activités de renseignement), le constat est « contraire aux attentes » : « la DGSI, qui est le principal service pouvant demander la mise en oeuvre des nouvelles techniques de renseignement sur le sol national, a préféré adopter une attitude prudente, consistant à former préalablement les agents, en mettant en place un programme de formation ».

A l'excès de prudence, la Délégation au renseignement préférera l'idée de « difficultés techniques d'élaboration », et ce du fait même de la nouveauté des techniques. Tout en admettant que « certains dispositifs nécessitent d'importants développements techniques préalables avant de pouvoir être mis en oeuvre », elle presse les différentes instances à une adaptation plus rapide : « La DPR demande que les techniques de renseignement *** puissent être mises en oeuvre sans retard eu égard au niveau de la menace terroriste. »

A lire également
Modifié le 01/06/2018 à 15h36
0
0
Partager l'article :

Les actualités récentes les plus commentées

Windows 7 : il existe un hack pour obtenir les mise à jour de sécurité malgré la fin du support
Microsoft va encore vous inciter à passer de Windows 7 à 10, en plein écran cette fois
Les prix français du Mac Pro sont annoncés, et ils grimpent jusque 62 500€
En Chine, les premiers hybrides singes-cochons, conçus pour des transplantations, sont nés
Au cas où vous auriez 11 000€ en trop, le Mac Pro et son écran XDR seront disponibles le 10 décembre
Sony : la PS5 sera remplacée plus rapidement que la PS4, une version Pro prévue pour 2023
Depuis la démocratisation des smartphones les gens ont plus d'accident dus à leur téléphone #SansDec
Contrôle technique : le CNPA alerte sur d'importants retards en 2019
Selon une étude, 46 % des Français envisageraient d'acheter une voiture électrique ou hybride
L'Union européenne débloque 3 milliards pour la recherche sur les batteries électriques

Notre charte communautaire

1. Participez aux discussions

Nous encourageons chacun à exprimer ses idées sur les sujets qui l'intéressent, et à faire profiter l'ensemble de la communauté de son expertise sur un sujet particulier.

2. Partagez vos connaissances

Que vous soyez expert ou amateur passionné, partagez vos connaissances aux autres membres de la communauté pour enrichir le niveau d'expertise des articles.

3. Échangez vos idées

Donnez votre opinion en étayant votre propos et soyez ouverts aux idées des autres membres de la communauté, même si elles sont radicalement différentes des vôtres.

4. Faites preuve de tolérance

Qu'il s'agisse de rédacteurs professionnels ou amateurs, de lecteurs experts ou passionnés, vous devez faire preuve de tolérance et vous placer dans une démarche d'entraide.

5. Restez courtois

Particulièrement lorsque vous exprimez votre désaccord, critiquez les idées, pas les personnes. Évitez à tout prix les insultes, les attaques et autres jugements sur la forme des messages.

6. Publiez des messages utiles

Chaque participation a vocation à enrichir la discussion, aussi les partages d'humeurs personnelles ne doivent pas venir gêner le fil des échanges.

7. Soignez votre écriture

Utilisez la ponctuation, prohibez le langage SMS et les majuscules, relisez-vous afin de corriger un peu les fautes de frappe et de français : trop de fautes n’engagent ni à lire le message, ni à répondre à une question.

8. Respectez le cadre légal

Ne publiez pas de contenus irrespectueux, racistes, homophobes, obscènes ou faisant l'apologie de courants radicaux, qu'ils soient politiques ou religieux. N'utilisez pas plusieurs comptes utilisateurs.

9. Ne faites pas de promotion

Ne profitez pas d'une discussion pour faire la publicité d'un produit, d'un service ou même de votre site web personnel.

10. Ne plagiez pas

Exprimez uniquement vos opinions ou partagez des idées en citant vos sources.

Abonnez-vous !

Vous n'avez pas le temps de venir nous lire ? Recevez notre newsletter quotidienne ou suivez-nous sur les réseaux sociaux !
scroll top