Android : l'open source n'est pas assez libre aux yeux de l'Europe

0

« 80 % des appareils fonctionnent avec Android en Europe. Google détient 90 % des parts de marché des navigateurs Internet, des systèmes d'exploitation mobile, et des boutiques d'applications sous Android. » Le décor planté, la commissaire européenne à la Concurrence appuie à l'endroit douloureux : « Google a une stratégie très aboutie visant à asseoir et développer son irrévocable suprématie de la recherche Internet. » Avant d'étayer le propos des résultats d'enquête, elle alourdit la charge : « Nous avons aussi des preuves que Google a abusé de sa position de leader pour imposer son système d'exploitation Android. »

La commissaire européenne à la Concurrence Margrethe Vestager ne porte pas la société californienne dans son coeur, et le fait savoir. Il y a tout juste un an, la femme politique qui a inspiré la série Borgen, récupérait de main de maître un dossier déjà vieux de quatre ans, bien décidée à en découdre. « Ce que j'ai vu quand j'ai pris mes fonctions, c'est que les discussions sur des engagements de Google pour remédier aux problèmes de concurrence ne semblaient avancer ni très vite, ni de manière prometteuse pour boucler l'affaire » déclarait-elle alors, allusion peu dissimulée à son prédécesseur Joaquin Almunia accusé de céder à la pression du lobby googliste.

Triple grief

Les trois chefs d'accusation de la commissaire européenne sont les suivants :
  • Google Chrome est préinstallé sur les appareils utilisant Android et un contrat d'exclusivité briderait tout autre navigateur.
  • Les constructeurs ne seraient pas libres d'installer le moteur de recherche de leur choix dès lors qu'ils souhaitent intégrer une application Google comme Google Store ou Google play.
  • L'open source d'Android ne serait qu'illusoire : Google empêcherait tout Android alternatif (qui a été conçu par un développeur tiers grâce au code source) d'être acheté par un constructeur.

07164038-photo-android-accord-oem.jpg
Un document contractuel entre Google et HTC dévoile certaines clauses abusives


Android : fin de l'open source ?

Pour l'analyste Richard Windsor, Android pourrait d'ailleurs d'ici 2017, cesser d'être livré en open source. Concernant les applications, certains documents dévoilés semblaient prouver que les constructeurs partenaires de Google étaient tenus d'en installer au moins une vingtaine, toutes développées par Google. Le contrat imposait aussi une mise en avant en les positionnant sur le panneau adjacent à l'écran d'accueil principal aux côtés des widgets également créés par la californienne.

Margrethe Vestager a aussi fait état d'autres enquêtes en cours sur Google, au sujet notamment de la publicité. À la fin de son allocution publique, à la nouvelle icône de Bruxelles a déclaré que Google avait douze semaines pour répondre aux présentes accusations de concurrence déloyale, tout en l'invitant à venir s'expliquer au cours d'une éventuelle audition. Google risquerait jusqu'à 6 milliards d'euros si une condamnation était prononcée, ce qui, comme le relève L'Opinion, « serait la plus grosse sanction infligée par l'Europe à une société américaine. »

A lire également
Modifié le 01/06/2018 à 15h36
0
0
Partager l'article :

Les actualités récentes les plus commentées

Windows 7 est mort ? Canonical vous invite à essayer Ubuntu
La vignette Crit'Air devient obligatoire pour les véhicules en vente ou en location
Reconnaissance faciale : l'Union européenne pourrait interdire la technologie pendant 5 ans
L'Europe veut uniformiser les chargeurs des smartphones, Apple prend les devants
L'UE dévoile son projet de
La 5G, une aberration écologique… et économique ?
OneWeb produit à présent deux satellites par jour !
Cyberpunk 2077 repoussé au mois de septembre
Une ONG accuse YouTube de favoriser la propagation de fake news sur le changement climatique
Un député LREM veut inscrire une référence aux Lois de la robotique dans la Constitution

Notre charte communautaire

1. Participez aux discussions

Nous encourageons chacun à exprimer ses idées sur les sujets qui l'intéressent, et à faire profiter l'ensemble de la communauté de son expertise sur un sujet particulier.

2. Partagez vos connaissances

Que vous soyez expert ou amateur passionné, partagez vos connaissances aux autres membres de la communauté pour enrichir le niveau d'expertise des articles.

3. Échangez vos idées

Donnez votre opinion en étayant votre propos et soyez ouverts aux idées des autres membres de la communauté, même si elles sont radicalement différentes des vôtres.

4. Faites preuve de tolérance

Qu'il s'agisse de rédacteurs professionnels ou amateurs, de lecteurs experts ou passionnés, vous devez faire preuve de tolérance et vous placer dans une démarche d'entraide.

5. Restez courtois

Particulièrement lorsque vous exprimez votre désaccord, critiquez les idées, pas les personnes. Évitez à tout prix les insultes, les attaques et autres jugements sur la forme des messages.

6. Publiez des messages utiles

Chaque participation a vocation à enrichir la discussion, aussi les partages d'humeurs personnelles ne doivent pas venir gêner le fil des échanges.

7. Soignez votre écriture

Utilisez la ponctuation, prohibez le langage SMS et les majuscules, relisez-vous afin de corriger un peu les fautes de frappe et de français : trop de fautes n’engagent ni à lire le message, ni à répondre à une question.

8. Respectez le cadre légal

Ne publiez pas de contenus irrespectueux, racistes, homophobes, obscènes ou faisant l'apologie de courants radicaux, qu'ils soient politiques ou religieux. N'utilisez pas plusieurs comptes utilisateurs.

9. Ne faites pas de promotion

Ne profitez pas d'une discussion pour faire la publicité d'un produit, d'un service ou même de votre site web personnel.

10. Ne plagiez pas

Exprimez uniquement vos opinions ou partagez des idées en citant vos sources.

scroll top