Après Tor, les cybercafés obligés de surveiller leurs clients ?

10 décembre 2015 à 14h31
0
Dans le cadre du renforcement des dispositifs de sécurité lié à l'état d'urgence, le ministère de l'intérieur pourrait, outre le blocage du réseau Tor, obliger les cybercafés et les taxiphones à suivre de près leurs clients.

La police et la gendarmerie demanderaient actuellement au gouvernement l'obligation pour les cybercafés et les taxiphones d'établir des « listes de visite » afin de recenser l'ensemble des clients, à la manière des hôtels.

Examinant les souhaits formulés par les forces de police, le ministère de l'Intérieur est actuellement en train de réfléchir au contenu exact des deux projets de loi sur l'état d'urgence et sur la lutte antiterroriste. Le journal Le Monde, qui avait dévoilé le contenu d'une de ces notes internes, vient de publier un nouvel article exhumant plus en détails les demandes faites à Beauvau.

Il y eut d'abord cette rumeur concernant la possible détention de tous les fichés « S » sur décision de police, bien que sous le contrôle du juge des libertés et des détentions. Désormais les souhaits de la police concerneraient plus clairement les communications électroniques : interdiction des connexions Wi-Fi libres et partagées ou des connexions publiques pendant l'état d'urgence, blocage des communications sur les réseaux de communication anonymes TOR, et surveillance obligée des usagers dans les cybercafés et les taxiphones.

0258000000712726-photo-dynasoft-cybercafe-surfshop-free.jpg


Celle-là contraindrait les propriétaires des cybercafés à la tenue d'un livre de visites. Pour les taxiphones (ou téléboutiques), il s'agirait de tenir un livre de police incluant tous les logs des connexions internes tout comme ceux des appels téléphoniques. Ces lieux donnent en effet accès à des téléphones publics dont les tarifs sont très compétitifs en matière d'appels internationaux, ce qui les rend particulièrement utiles aux immigrés et expatriés.

Manuel Valls, interrogé sur ces sujets au micro de BFMTV , dit « ne pas être au courant » d'une possible interdiction des connexions Wi-Fi publiques, ajoutant que « ce n'était pas une piste envisagée. »

Depuis 2011, le député UMP Jean-Louis Christ demande expressément de telles mesures, mettant en évidence « la difficulté pour les pouvoirs publics de rassembler, souvent dans un laps de temps très court, les preuves constitutives de l'infraction commise sur internet. » Il ajoute que parmi ces preuves « se trouve la nécessité d'identifier l'auteur de l'infraction, par l'adresse IP de l'ordinateur qui lui sert d'accès sur la toile », mais qu'un « accès libre, notamment par le biais d'un cybercafé, peut faire échec à cette identification et rendre la tâche des enquêteurs très complexe ».

A lire également
Modifié le 01/06/2018 à 15h36
0 réponses
0 utilisateurs
Suivre la discussion

Les actualités récentes les plus commentées

Journée de la communauté Clubic.com : c'était samedi, c'était comment ?
Le géant de la réservation hôtelière Booking quitte lui aussi le navire Libra
M6 victime d'une cyberattaque affectant l'ensemble des employés du groupe
Le Vatican va lancer un chapelet connecté !
Blocage du porno au Royaume-Uni : c'est la débandade
Le fichier des véhicules assurés entre en vigueur, et les forces de l'ordre comptent bien l'utiliser
Blizzard allège la peine infligée au joueur ayant soutenu les manifestations de Hong Kong
Le réchauffement climatique s’est encore accentué depuis 2015
Un important site de contenus pédophiles tombe : 300 arrestations dans 38 pays
Gears 5 : 640 jours de ban pour des ragequit à répétition...

Notre charte communautaire

1. Participez aux discussions

Nous encourageons chacun à exprimer ses idées sur les sujets qui l'intéressent, et à faire profiter l'ensemble de la communauté de son expertise sur un sujet particulier.

2. Partagez vos connaissances

Que vous soyez expert ou amateur passionné, partagez vos connaissances aux autres membres de la communauté pour enrichir le niveau d'expertise des articles.

3. Échangez vos idées

Donnez votre opinion en étayant votre propos et soyez ouverts aux idées des autres membres de la communauté, même si elles sont radicalement différentes des vôtres.

4. Faites preuve de tolérance

Qu'il s'agisse de rédacteurs professionnels ou amateurs, de lecteurs experts ou passionnés, vous devez faire preuve de tolérance et vous placer dans une démarche d'entraide.

5. Restez courtois

Particulièrement lorsque vous exprimez votre désaccord, critiquez les idées, pas les personnes. Évitez à tout prix les insultes, les attaques et autres jugements sur la forme des messages.

6. Publiez des messages utiles

Chaque participation a vocation à enrichir la discussion, aussi les partages d'humeurs personnelles ne doivent pas venir gêner le fil des échanges.

7. Soignez votre écriture

Utilisez la ponctuation, prohibez le langage SMS et les majuscules, relisez-vous afin de corriger un peu les fautes de frappe et de français : trop de fautes n’engagent ni à lire le message, ni à répondre à une question.

8. Respectez le cadre légal

Ne publiez pas de contenus irrespectueux, racistes, homophobes, obscènes ou faisant l'apologie de courants radicaux, qu'ils soient politiques ou religieux. N'utilisez pas plusieurs comptes utilisateurs.

9. Ne faites pas de promotion

Ne profitez pas d'une discussion pour faire la publicité d'un produit, d'un service ou même de votre site web personnel.

10. Ne plagiez pas

Exprimez uniquement vos opinions ou partagez des idées en citant vos sources.

scroll top