Interdire Tor et les réseaux Wi-Fi publics, la solution contre le terrorisme ?

12 décembre 2015 à 09h14
0
Les forces de l'ordre aimeraient, en cas d'état d'urgence, pouvoir interdire les connexions Wi-Fi libres et partagées, supprimer les réseaux Wi-Fi publics, proscrire les communications via Tor.

Dans le cadre de deux projets de loi, sur l'état d'urgence ainsi que sur la lutte antiterroriste, les propositions de mesures formulées par les forces de l'ordre sont recueillies par la direction des libertés publiques et des affaires juridiques (DLPAJ). Le Monde affirme avoir récupéré plusieurs documents révélant la nature de ces suggestions.

D'une part, la police et la gendarmerie souhaitent que les personnes faisant l'objet d'une fiche S soient tout simplement incarcérées. Selon Le Monde ces fiches « concernent 20 000 personnes, dont 10 500 islamistes, et comportent quinze niveaux de dangerosité ».

Dans un autre document de la DLPAJ, la police explique que durant une période d'état d'urgence, elle souhaite « interdire les connexions Wi-Fi libres et partagées », mais également supprimer les réseaux Wi-Fi publics. L'idée est bien entendu de pouvoir identifier une personne plus clairement en récupérant une adresse IP privée.

035C000008270974-photo-police-ban.jpg

Il n'est pas surprenant d'apprendre que la police française souhaite plus concrètement s'autoriser tous les droits de contrôle imaginables, qu'il s'agisse d'« interdire et bloquer les communications des réseaux TOR en France » ou encore d'« identifier les applications de VoIP et obliger les éditeurs à communiquer aux forces de sécurité les clefs de chiffrement ». Les autorités souhaitent même pouvoir flasher l'ensemble des voitures grâce à leurs radars, pas pour mettre des contraventions, mais pour localiser un véhicule et donc transformer les radars en caméras.

Il semblerait donc que l'état d'urgence soit l'occasion pour la police de multiplier ses pouvoirs. Ces textes pourraient être présentés en début d'année prochaine par la Direction générale de la police nationale.

Mise à jour:
Le Premier ministre Manuel Valls est intervenu sur BFM TV. L'homme explique n'avoir jamais entendu parler de ces demandes émanant de la Police. Il affirme qu'Internet présente un certain nombre d'avantages mais est également un moyen de communication et de propagande pour les terroristes.

« Non l'interdiction du Wi-Fi n'est pas une piste envisagée aujourd'hui pour lutter contre le terrorisme », affirme M. Valls sans pour autant faire mention du réseau anonyme Tor.





A lire également :
Modifié le 01/06/2018 à 15h36
0 réponses
0 utilisateurs
Suivre la discussion

Les actualités récentes les plus commentées

Consommation de
Sans enquête antitrust, Windows Mobile aurait dominé Android... selon Bill Gates
Débat | YouTube change-t-il pour le pire ?
La Chine lutte contre l'addiction au jeu en imposant un couvre feu et une limite de temps quotidienne
Pick-up Tesla : cochez la date, le concurrent du Rivian R1S présenté dans deux semaines
Le Samsung Galaxy Fold en rupture de stock en cinq petites minutes en Chine
Un TER n’émet pas toujours moins de CO2 qu'une voiture ou un autobus !
Un bouton sur Netflix pour passer les blagues sur Donald Trump pendant un spectacle
Edge basé sur Chromium, aka Chredge, sera bien disponible sur Linux

Notre charte communautaire

1. Participez aux discussions

Nous encourageons chacun à exprimer ses idées sur les sujets qui l'intéressent, et à faire profiter l'ensemble de la communauté de son expertise sur un sujet particulier.

2. Partagez vos connaissances

Que vous soyez expert ou amateur passionné, partagez vos connaissances aux autres membres de la communauté pour enrichir le niveau d'expertise des articles.

3. Échangez vos idées

Donnez votre opinion en étayant votre propos et soyez ouverts aux idées des autres membres de la communauté, même si elles sont radicalement différentes des vôtres.

4. Faites preuve de tolérance

Qu'il s'agisse de rédacteurs professionnels ou amateurs, de lecteurs experts ou passionnés, vous devez faire preuve de tolérance et vous placer dans une démarche d'entraide.

5. Restez courtois

Particulièrement lorsque vous exprimez votre désaccord, critiquez les idées, pas les personnes. Évitez à tout prix les insultes, les attaques et autres jugements sur la forme des messages.

6. Publiez des messages utiles

Chaque participation a vocation à enrichir la discussion, aussi les partages d'humeurs personnelles ne doivent pas venir gêner le fil des échanges.

7. Soignez votre écriture

Utilisez la ponctuation, prohibez le langage SMS et les majuscules, relisez-vous afin de corriger un peu les fautes de frappe et de français : trop de fautes n’engagent ni à lire le message, ni à répondre à une question.

8. Respectez le cadre légal

Ne publiez pas de contenus irrespectueux, racistes, homophobes, obscènes ou faisant l'apologie de courants radicaux, qu'ils soient politiques ou religieux. N'utilisez pas plusieurs comptes utilisateurs.

9. Ne faites pas de promotion

Ne profitez pas d'une discussion pour faire la publicité d'un produit, d'un service ou même de votre site web personnel.

10. Ne plagiez pas

Exprimez uniquement vos opinions ou partagez des idées en citant vos sources.

scroll top