MonsterMind, l'antivirus de la NSA capable de riposter automatiquement

14 août 2014 à 11h46
0
A l'occasion d'une longue interview accordée au magazine américain Wired, Edward Snowden détaille un logiciel qu'aurait développé la NSA dans le but de riposter automatiquement aux attaques en ligne. Son nom : MonsterMind.

00FA000007561001-photo-edward-snowden-wired.jpg
Réfugié en Russie pour encore un bon moment, l'ancien consultant de la NSA Edward Snowden n'en a pas terminé avec les révélations liées à son ancien employeur. L'Américain a répondu au magazine Wired à l'occasion d'une longue interview publiée cette semaine. Parmi les points abordés, le cas MonsterMind, un logiciel qui revisiterait le concept de l'antivirus à sa manière.

Selon Edward Snowden, la NSA travaillerait encore sur ce programme, dont l'objectif serait « d'automatiser le processus de traque des cyberattaques étrangères ». Le logiciel serait, ainsi, « constamment à l'affût de schémas sur le réseau laissant entrevoir le démarrage d'attaques identifiées ou soupçonnées. » En cas de détection d'une attaque, MonsterMind serait disposé à la bloquer pour l'empêcher de se propager aux Etats-Unis en « tuant le malware à son point d'entrée ». Les programmes de ce type existent déjà et, sur ce point, MonsterMind ne serait pas réellement nouveau. Néanmoins, là où le programme se démarquerait, c'est qu'il serait capable d'agir en totale autonomie, sans intervention humaine.

Le problème soulevé par Snowden, c'est que ce genre d'attaques met souvent à contribution, à leur insu, des internautes. Les botnets souvent utilisés pour mener des cyberattaques sont en effet composés d'ordinateurs transformés en machines-zombies par un malware. Et le lieu dont la menace arrive n'est pas toujours son véritable point de départ. « Les attaques peuvent être falsifiées. Vous pouvez avoir affaire à quelqu'un basé en Chine, par exemple, qui va faire croire que la menace vient de Russie. Et on finit alors par contre-attaquer en ciblant un hôpital russe » innocent, illustre Edward Snowden. De là à sous-entendre qu'une guerre pourrait éclater sur la base d'un malentendu, il n'y a qu'un pas.

Par ailleurs, la question de la vie privée se pose également. « La seule manière d'identifier les flux de données malveillantes et d'y répondre, c'est de pouvoir analyser tous les flux qui circulent » estime Snowden. « Pour analyser les flux de données, il faut les intercepter : on viole ainsi le quatrième amendement en interceptant des communications privées sans mandat et sans suspicion d'actes répréhensibles. »

Reste qu'Edward Snowden ne fournit aucune preuve véritable de l'usage de ce logiciel à l'heure actuelle : MonsterMind était bien évoqué dans les documents subtilisés à la NSA par ses soins, mais il affirme ne plus les posséder aujourd'hui. L'usage du programme est donc incertain, et il ne faut pas compter sur la NSA pour communiquer sur un sujet aussi sensible.
Modifié le 01/06/2018 à 15h36
0
0
Partager l'article :

Les actualités récentes les plus commentées

Tesla aurait six ans d’avance technologique sur ses principaux concurrents
Le cascadeur Mike Hughes meurt après le crash de sa fusée artisanale
Apple refuse que les méchants des films utilisent un iPhone
Selon Gary Kasparov, l'intelligence artificielle fera disparaître 96% des emplois
Combien de GameBoy originaux sont encore dans les stocks de Nintendo ?
Huawei présente le Mate Xs : son smartphone pliant sera disponible en mars pour 2499€
La Commission européenne veut que les batteries de smartphone soient plus faciles à remplacer
Microsoft détaille les caractéristiques de sa Xbox Series X
Apple supprime l'application iOS de Shadow pour violation des règles de l'App Store
Coronavirus : la Chine surveille WeChat et Twitter pour faire taire les critiques

Notre charte communautaire

1. Participez aux discussions

Nous encourageons chacun à exprimer ses idées sur les sujets qui l'intéressent, et à faire profiter l'ensemble de la communauté de son expertise sur un sujet particulier.

2. Partagez vos connaissances

Que vous soyez expert ou amateur passionné, partagez vos connaissances aux autres membres de la communauté pour enrichir le niveau d'expertise des articles.

3. Échangez vos idées

Donnez votre opinion en étayant votre propos et soyez ouverts aux idées des autres membres de la communauté, même si elles sont radicalement différentes des vôtres.

4. Faites preuve de tolérance

Qu'il s'agisse de rédacteurs professionnels ou amateurs, de lecteurs experts ou passionnés, vous devez faire preuve de tolérance et vous placer dans une démarche d'entraide.

5. Restez courtois

Particulièrement lorsque vous exprimez votre désaccord, critiquez les idées, pas les personnes. Évitez à tout prix les insultes, les attaques et autres jugements sur la forme des messages.

6. Publiez des messages utiles

Chaque participation a vocation à enrichir la discussion, aussi les partages d'humeurs personnelles ne doivent pas venir gêner le fil des échanges.

7. Soignez votre écriture

Utilisez la ponctuation, prohibez le langage SMS et les majuscules, relisez-vous afin de corriger un peu les fautes de frappe et de français : trop de fautes n’engagent ni à lire le message, ni à répondre à une question.

8. Respectez le cadre légal

Ne publiez pas de contenus irrespectueux, racistes, homophobes, obscènes ou faisant l'apologie de courants radicaux, qu'ils soient politiques ou religieux. N'utilisez pas plusieurs comptes utilisateurs.

9. Ne faites pas de promotion

Ne profitez pas d'une discussion pour faire la publicité d'un produit, d'un service ou même de votre site web personnel.

10. Ne plagiez pas

Exprimez uniquement vos opinions ou partagez des idées en citant vos sources.

scroll top