Le CSA souhaite étendre son pouvoir sur les services vidéo sur Internet

15 avril 2014 à 15h06
0
Le CSA milite à nouveau pour une redéfinition de ses compétences en étendant son pouvoir sur certaines catégories de services vidéo présents sur Internet. Il publie plusieurs propositions en ce sens.

00FA000001798438-photo-logo-du-conseil-sup-rieur-de-l-audiovisuel-csa.jpg
Le Conseil supérieur de l'audiovisuel publie son rapport annuel dans lequel il revient sur son activité passée mais également sur ses souhaits d'extension de ses prérogatives. L'autorité considère en effet que certains services proposant de la vidéo en ligne ont un rôle équivalent à celui « des médias de communication audiovisuelle ».

Le CSA milite donc pour une « association souple » entre le monde de l'Internet et de la télévision par le biais de 2 volets que sont la protection des droits fondamentaux et la promotion de l'exception culturelle. Le CSA propose donc des « modifications législatives, consistant à faire évoluer les catégories de la communication audiovisuelle afin d'y intégrer des services qui jusqu'à présent n'en relèvent pas ».

Dans le collimateur du CSA figurent les plateformes comme YouTube, les places de marché de type iTunes, celles spécialisées dans les contenus audiovisuels/musicaux ou encore les magasins d'applications mobiles. L'autorité insiste sur le fait que ces services ont un rôle similaire aux chaînes de télévision, de replay ou de radio sans pour autant avoir les mêmes obligations. Sur ce dernier point, le CSA cible expressément la protection vis à vis des contenus inadaptés et le soutien financier à la création audiovisuelle et musicale.

L'organisme livre donc plusieurs propositions destinées à modifier les règles du secteur, notamment la création d'un nouveau statut de distributeur de services en ligne pour l'ensemble de ces plateformes. Elles auraient alors des obligations plus importantes sur le territoire français au sein d'une nouvelle catégorie de services baptisée « services audiovisuels numériques ». En contrepartie, ces mêmes outils pourraient bénéficier d'accès privilégié dans les Box des fournisseurs d'accès à Internet.

Autre point, le CSA rappelle son souhait de modifier, sur certains points, la chronologie des médias. Des films pourraient arriver plus rapidement en VOD ou en vidéo à la demande par abonnement, afin d'aider leur succès sur les plateformes en ligne. Il propose enfin de pouvoir distribuer les bons points dans le secteur en édictant des directives, en lançant des enquêtes et des contrôles sur les acteurs du marché ou même d'assortir ses décisions d'injonctions éventuellement accompagnées d'astreinte.

Un pouvoir large...

Dans son rapport, le CSA souhaite donc détenir un pouvoir important sur les services en ligne. Il préconise de réguler les « services de communication au public par voie électronique mettant à disposition du public ou d'une catégorie de public des contenus audiovisuels ou sonores ». Une catégorie large.

Ses attributions lui permettraient même de s'immiscer dans les relations entre distributeurs. Le CSA pourrait ainsi être saisi « de tout différend relatif à la reprise ou au référencement d'un service audiovisuel numérique ». L'organisme propose à ce titre de pouvoir demander le référencement d'un service proposant de la vidéo en ligne.

Pour une application « souple »

Si les pouvoirs du CSA pourraient donc s'étendre à l'avenir à la sphère Internet, l'autorité ne compte toutefois pas être un gendarme du Web. Il précise dans son rapport qu'il privilégiera le volontariat des acteurs du secteur ou passera par un système de conventionnement pour faire entendre ses arguments.

De même, ces règles ne pourront être appliquées qu'avec le soutien d'un texte de loi. Sur ce dernier point, le calendrier gouvernemental n'est pas encore fixé. Le projet de loi sur la création a en effet été retardé et devrait arriver au Parlement seulement à l'automne. Il n'est donc pas certain que les vœux du CSA soient exaucés rapidement.

Modifié le 01/06/2018 à 15h36
0 réponses
0 utilisateurs
Suivre la discussion

Les actualités récentes les plus commentées

L'énergie renouvelable est la principale source d'électricité au Royaume-Uni
Journée de la communauté Clubic.com : c'était samedi, c'était comment ?
Le géant de la réservation hôtelière Booking quitte lui aussi le navire Libra
Fortnite avalé par un trou noir... en pause avant un nouveau chapitre ?
M6 victime d'une cyberattaque affectant l'ensemble des employés du groupe
Le Vatican va lancer un chapelet connecté !
Blizzard allège la peine infligée au joueur ayant soutenu les manifestations de Hong Kong
Un important site de contenus pédophiles tombe : 300 arrestations dans 38 pays
Linky : une étude de l'ANFR ne relève aucune exposition anormale aux ondes radioélectriques
Le Conseil constitutionnel confirme que l'huile de palme n'est pas un biocarburant

Notre charte communautaire

1. Participez aux discussions

Nous encourageons chacun à exprimer ses idées sur les sujets qui l'intéressent, et à faire profiter l'ensemble de la communauté de son expertise sur un sujet particulier.

2. Partagez vos connaissances

Que vous soyez expert ou amateur passionné, partagez vos connaissances aux autres membres de la communauté pour enrichir le niveau d'expertise des articles.

3. Échangez vos idées

Donnez votre opinion en étayant votre propos et soyez ouverts aux idées des autres membres de la communauté, même si elles sont radicalement différentes des vôtres.

4. Faites preuve de tolérance

Qu'il s'agisse de rédacteurs professionnels ou amateurs, de lecteurs experts ou passionnés, vous devez faire preuve de tolérance et vous placer dans une démarche d'entraide.

5. Restez courtois

Particulièrement lorsque vous exprimez votre désaccord, critiquez les idées, pas les personnes. Évitez à tout prix les insultes, les attaques et autres jugements sur la forme des messages.

6. Publiez des messages utiles

Chaque participation a vocation à enrichir la discussion, aussi les partages d'humeurs personnelles ne doivent pas venir gêner le fil des échanges.

7. Soignez votre écriture

Utilisez la ponctuation, prohibez le langage SMS et les majuscules, relisez-vous afin de corriger un peu les fautes de frappe et de français : trop de fautes n’engagent ni à lire le message, ni à répondre à une question.

8. Respectez le cadre légal

Ne publiez pas de contenus irrespectueux, racistes, homophobes, obscènes ou faisant l'apologie de courants radicaux, qu'ils soient politiques ou religieux. N'utilisez pas plusieurs comptes utilisateurs.

9. Ne faites pas de promotion

Ne profitez pas d'une discussion pour faire la publicité d'un produit, d'un service ou même de votre site web personnel.

10. Ne plagiez pas

Exprimez uniquement vos opinions ou partagez des idées en citant vos sources.

scroll top