Pour l'UFC, le compteur électrique Linky va faire grimper les factures

Par Ludwig Gallet
le 25 septembre 2013 à 08h43
0
L'UFC met une nouvelle fois en garde ce mardi les consommateurs quant à l'augmentation de leurs factures après l'installation du compteur électrique intelligent Linky. Dix millions de clients seraient doublement pénalisés.

0104000006125102-photo-dessin-flock-clubic-edf-linky-compteur.jpg
Les promesses affichées par le compteur électrique intelligent Linky étaient grandes. Il s'agissait en effet de mieux informer le consommateur via un affichage électronique précis de sa consommation pour lui permettre de réaliser des économies substantielles. Dans le même temps, des gains de productivités étaient promis aux fournisseurs, avec la possibilité d'intervenir à distance en cas de problème technique.

Mais pour l'UFC, l'installation du petit boîtier jaune dans les foyers risque au contraire de faire disjoncter les factures.

L'association de consommateurs a en effet mené une enquête auprès d'un panel de 201 foyers, complétée par un questionnaire sur les habitudes de consommation électrique de ces ménages. D'après les conclusions rendues publiques, 55% des ménages seraient mal-abonnés. C'est à dire que leur offre d'abonnement ne correspondrait pas à leur consommation réelle, qu'il s'agisse de sous-abonnement (37% des clients) ou de sur-abonnement (18% des clients).

Un phénomène aux conséquences plus ou moins limitées avec les compteurs d'ancienne génération qui ne disjonctaient pas en cas d'une consommation supérieure à la puissance prévue dans l'abonnement. Cette tolérance ne sera plus à l'ordre du jour avec Linky, fait savoir Alain Bazot, le président de l'UFC Que Choisir.

Tous les changements d'abonnements facturés

Ce phénomène, couplé aux manquements relatifs à l'obligation de conseils de la part des fournisseurs, risque bien d'entraîner une hausse de la facture des ménages. Pour les cas de sous-abonnements, les clients vont devoir réviser l'offre contractée auprès de leur fournisseur. Problème, cette procédure à un coût, à savoir 36,21 euros pour toute modification, à la hausse comme à la baisse. Ce qui, dans le cas des sous-abonnements, devrait engendrer un surcoût de 308 millions d'euros, estime l'UFC.

Et pour les cas de sur-abonnements, l'UFC dénonce également l'incohérence du système. Car lorsque les abonnés se seront aperçus de leur surfacturation et qu'ils souhaiteront revoir leur abonnement à la baisse, le fameux forfait de 32,21 euros s'appliquera également. « Cette double peine pour nombre de foyers est d'autant plus insupportable que le Linky a été récemment présenté au public comme «un compteur gratuit pour les consommateurs », dénonce l'UFC.

Dans ce cadre, l'association formule deux recommandations. Elle demande ainsi aux pouvoirs publics et à la CRE:
  • D'élaborer une nouvelle grille tarifaire, avec des niveaux de puissance d'abonnement plus précis, afin que les consommateurs puissent bénéficier d'un abonnement en parfaite adéquation avec leur consommation réelle.
  • D'imposer la gratuité de la prestation de changement de puissance deux ans après l'installation du compteur Linky, afin d'assurer un « réétalonnage » sans surcoût des abonnements.
Modifié le 01/06/2018 à 15h36
Cet article vous a intéressé ?
Abonnez-vous à la newsletter et recevez chaque jour, le meilleur de l’actu high-tech et du numérique.

Les dernières actualités

Un nouveau kilo, Huawei, SFR, Parcoursup : les actualités tech' de la semaine
LG veut être neutre en émissions carbone d'ici à 2030 et explique comment
Star Wars : après l'échec de Solo, Lucasfilm abandonne les spin-off
Comparatif 2019 : quels processeurs pour jouer et travailler ?
Où en est la législation française sur les travailleurs d'Uber, Deliveroo et consorts ?
Des capteurs inspirés des araignées pour permettre aux drones de réagir plus vite
Chine : une sonnerie de téléphone pour stigmatiser les citoyens endettés
Google lance la livraison de repas directe depuis Search, Maps et l'Assistant
AIDA64, l'outil de bench et de diagnostic, disponible en version 6.0
La transition écologique de l'industrie chimique va demander beaucoup d'énergie renouvelable
scroll top