Affaire Dailymotion : Fleur Pellerin ménage la chèvre et le chou

06 mai 2013 à 08h18
0
Diplomate, mais critique, la ministre déléguée à l'économie numérique s'est finalement exprimée quant à l'acquisition avortée de Dailymotion par Yahoo!. Elle assure que le portail vidéo n'a pas vocation à rester un groupe franco-français et déplore que les objections formulées par Arnaud Montebourg n'aient pas relevé du secret commercial.

03947778-photo-logo-dailymotion-pour-ios.jpg
Entrepreneurs, politiques ou commentateurs - forcément éclairés - n'ont pas manqué de gloser ces derniers jours sur l'intervention d'Arnaud Montebourg dans la tentative de rachat de Dailymotion par Yahoo!. Une voix manquait toutefois au tableau : celle de Fleur Pellerin, ministre déléguée à l'économie numérique, concernée au premier chef par l'avenir du portail vidéo français. L'intéressée est finalement sortie de son silence le 5 mai, à l'occasion d'une interview publiée par le Journal du Dimanche.

« L'Etat était légitime à faire connaître sa position dans le dossier, parce qu'il est l'actionnaire de référence d'Orange. L'accord avec Yahoo! n'était pas suffisamment équilibré. Il aurait pu conduire à une absorption totale et à une disparition de Dailymotion », défend-elle d'entrée de jeu.

Tout en retenue, elle affirme ensuite que le gouvernement « a accordé, à juste titre, la préférence au développement industriel plutôt qu'à une plus-value et un gain de cash rapide », tout en regrettant que l'intervention de son ministre de tutelle, Arnaud Montebourg, ne soit pas restée « dans le secret des négociations commerciales ».

Le portail vidéo et Orange affirmaient au contraire que l'accord était favorable au portail, notamment parce qu'il « consistait à faire de Dailymotion la plateforme vidéo du groupe américain au niveau mondial », selon Cédric Tournay, son p-dg.

Un couac qui n'entachera pas l'attractivité de la France

Fleur Pellerin récuse par ailleurs les accusations d'antiaméricanisme proférées par certains médias de la presse anglo-saxonne. « L'économie numérique n'est pas un village gaulois », défend la ministre, sans manquer de rappeler que certaines des mesures prononcées en clôture des Assises de l'entreprenariat visent justement à attirer, en France, les talents étrangers.

En attendant que soit tranché le sort de Dailymotion, déjà à la recherche de nouveaux investisseurs, le colbertisme à la Montebourg laisse le sentiment d'un couac gouvernemental, renforcé par le fait que Pierre Moscovici, ministre de l'Economie, s'est rapidement dissocié de l'intervention de son voisin du Redressement productif. « La communication n'était pas exactement alignée comme il aurait fallu qu'elle le soit », euphémise Fleur Pellerin.
Modifié le 01/06/2018 à 15h36
0
0
Partager l'article :

Actualités récentes

Comment contrôler vos données personnelles sur smartphone ?
Black Friday Week : les meilleures offres à saisir jusqu'à ce soir minuit
Hors-série du Veilleur d’écran[s] : 20 séries feel good pour garder le sourire le dimanche soir
Test Klipsch Cinema 600 : une barre de son très portée sur les basses
A quelques heures de la Black Week, la tablette Samsung Galaxy Tab A à prix cassé
Un pack PlayStation avec une manette Dualshock 4.0 + Uncharted: The Lost Legacy en promo
A la découverte de la planète naine Ceres et son énigmatique tache blanche
Le casque sans fil JBL T460 BT à moitié prix avant le Black Friday
Prêt à changer de PC portable ? Découvrez les meilleurs modèles de l'année
Bon plan : le boîtier Philips Hue Play + 2 lampes connectées à prix choc ce dimanche
Haut de page