RSF dénonce 5 pays et 5 entreprises "ennemis d'Internet"

12 mars 2013 à 09h44
0
Reporters sans frontières (RSF) a livré mardi l'édition 2013 de son rapport annuel sur les « ennemis d'Internet ». L'association y dénonce cinq états qui seraient particulièrement adeptes de la censure et, c'est une nouveauté, cinq entreprises accusées de fournir à ces régimes les outils leur permettant d'opérer le contrôle ou la surveillance des réseaux. Le français Amesys est du nombre.

05565599-photo-logo-wefightcensorship-rsf.jpg
Syrie, Chine, Iran, Bahreïn et Vietnam récoltent pour leurs activités de surveillance des réseaux la palme attribuée par Reporters sans frontières aux « ennemis d'Internet ». Dans son « Rapport spécial sur la surveillance », l'association accuse ces cinq Etats de mener « une politique de surveillance en ligne systématique avec de graves violations des droits de l'homme », visant tout particulièrement les voix critiquant les régimes en place.

« Grâce aux technologies d'intrusion informatique et d'interception de communications, les Etats procèdent à un nombre grandissant d'arrestations de journalistes, de citoyens-journalistes et de dissidents », fait valoir RSF, qui rappelle la portée de dispositifs comme la Grande Muraille Electronique chinoise, la volonté iranienne de mettre en place son propre réseau de communications coupé du reste du monde et la généralisation, dans les pays concernés, des outils visant à surveiller et intercepter les communications électroniques, voire à limiter les possibilités d'anonymat offertes par Internet.

Nouveauté de cette édition 2013 : RSF fustige nommément cinq entreprises spécialisées dans la conception d'outils de gestion et de surveillance du réseau, les qualifiant de « mercenaires de l'ère digitale ». « Utilisées à des fins légitimes de lutte contre le cybercrime », les technologies concernées « se transforment en redoutables outils de censure et de surveillance contre les défenseurs des droits de l'homme et les acteurs de l'information lorsqu'elles sont utilisées par des régimes autoritaires », fait valoir l'association.

Elle incrimine ici le français Amesys (filiale de Bull), objet d'une enquête pour avoir équipé depuis 2009 un centre de surveillance informatique du régime de Kadhafi en Libye, ainsi que quatre autres acteurs internationaux : l'italien Hacking Team, l'allemand Trovicor, le britannique Gamma International et l'américain Blue Coat.

« Comme de graves violations des droits de l'homme sont rendues possibles par l'utilisation de matériels ou de technologies de surveillance fournies par des entreprises basées dans des pays démocratiques, il est temps que les dirigeants de ces pays, qui condamnent officiellement les atteintes à la liberté d'expression en ligne, prennent des mesures fortes, notamment mettent en place un contrôle strict de l'exportation des armes digitales vers des pays qui bafouent les droits fondamentaux », appelle Christophe Deloire, Secrétaire général de Reporters sans frontières.
Modifié le 01/06/2018 à 15h36
0
0
Partager l'article :

Les actualités récentes les plus commentées

Microsoft va encore vous inciter à passer de Windows 7 à 10, en plein écran cette fois
Limitée à 320 km, l'autonomie de la Porsche Taycan Turbo électrique déçoit...
Selon une étude, 46 % des Français envisageraient d'acheter une voiture électrique ou hybride
Démarchage abusif : 111 millions d'appels bloqués par Orange depuis septembre
Le CSA monte une équipe de professionnels des médias pour lutter contre les fake news
Malgré l’essor des voitures électriques, les constructeurs pourraient supprimer 80 000 postes
SFR augmente le prix de ses forfaits internet fixe
Amazon dévoile le calendrier pour recevoir ses commandes avant Noël
Xbox Series X : GDDR6, 4K 60fps, 12 teraFLOPs... quelles specs derrière Scarlett ?

Notre charte communautaire

1. Participez aux discussions

Nous encourageons chacun à exprimer ses idées sur les sujets qui l'intéressent, et à faire profiter l'ensemble de la communauté de son expertise sur un sujet particulier.

2. Partagez vos connaissances

Que vous soyez expert ou amateur passionné, partagez vos connaissances aux autres membres de la communauté pour enrichir le niveau d'expertise des articles.

3. Échangez vos idées

Donnez votre opinion en étayant votre propos et soyez ouverts aux idées des autres membres de la communauté, même si elles sont radicalement différentes des vôtres.

4. Faites preuve de tolérance

Qu'il s'agisse de rédacteurs professionnels ou amateurs, de lecteurs experts ou passionnés, vous devez faire preuve de tolérance et vous placer dans une démarche d'entraide.

5. Restez courtois

Particulièrement lorsque vous exprimez votre désaccord, critiquez les idées, pas les personnes. Évitez à tout prix les insultes, les attaques et autres jugements sur la forme des messages.

6. Publiez des messages utiles

Chaque participation a vocation à enrichir la discussion, aussi les partages d'humeurs personnelles ne doivent pas venir gêner le fil des échanges.

7. Soignez votre écriture

Utilisez la ponctuation, prohibez le langage SMS et les majuscules, relisez-vous afin de corriger un peu les fautes de frappe et de français : trop de fautes n’engagent ni à lire le message, ni à répondre à une question.

8. Respectez le cadre légal

Ne publiez pas de contenus irrespectueux, racistes, homophobes, obscènes ou faisant l'apologie de courants radicaux, qu'ils soient politiques ou religieux. N'utilisez pas plusieurs comptes utilisateurs.

9. Ne faites pas de promotion

Ne profitez pas d'une discussion pour faire la publicité d'un produit, d'un service ou même de votre site web personnel.

10. Ne plagiez pas

Exprimez uniquement vos opinions ou partagez des idées en citant vos sources.

Abonnez-vous !

Vous n'avez pas le temps de venir nous lire ? Recevez notre newsletter quotidienne ou suivez-nous sur les réseaux sociaux !
scroll top