Cisco accusé d'avoir soutenu la répression chinoise

le 23 mai 2011 à 14h46
0
00FA000001642124-photo-cisco-logo.jpg
Cisco aurait fourni des technologies à la Chine en ayant connaissance de son utilisation faite pour réprimer le mouvement religieux du Falun Gong (ou Falun Dafa), selon une plainte déposée par ce dernier auprès d'un tribunal californien. Cisco nie, et affirme vouloir défendre son honneur « vigoureusement » devant la justice.

Le Falun Gong est un mouvement religieux d'origine chinoise qui compterait 70 millions de pratiquant, selon Wikipédia. Problème : il est réprimé en Chine, où il ferait, selon l'encyclopédie libre, concurrence au Parti communiste chinois comme organisation sociale. Il est actuellement au centre d'une polémique judiciaire avec l'équipementier Cisco Systems. Selon le Falun Gong, celui-ci aurait fourni des technologies à la République populaire de Chine tout en sachant qu'elle les utiliserait pour réprimer le mouvement religieux.

Cisco aurait même activement travaillé avec le gouvernement chinois pour la mise en place des systèmes de surveillance du net destiné à l'interception des communications des dissidents, et aurait ainsi appuyé de fait l'arrestation de plusieurs membres du Falun Gong. Cisco nie évidemment avoir eu connaissance de cette utilisation, estimant qu'aucun fait ne venait étayer l'accusation. Il compte se défendre « vigoureusement » en justice.

Pour Cisco, la ligne de défense est simple : « Cisco n'opère pas de réseaux en Chine ou n'importe où ailleurs, pas plus que Cisco ne personnalise ses produits d'une façon qui faciliterait la censure ou la répression. » En clair, puisque Cisco ne fait que fournir du matériel, et que c'est un matériel générique qui est vendu partout, il n'a aucune responsabilité dans l'utilisation qui en est faite. Mais le Falun Gong dit avoir quelques preuves - mémos internes, témoignages issus de salons professionnels ou de formations, etc - que Cisco voyait dans le « bouclier d'or » chinois une activité lucrative, et agissait en connaissance de cause.

1 000 à 5 000 membres du groupe religieux auraient été arrêtés suite au téléchargement de documents sur ses sites web depuis 1998. Le procès dénombre onze plaignants, dont trois seulement ont dévoilé leur identité publiquement. Les autres craignent apparemment pour leur sécurité. A la justice de dire si Cisco a pris part à la répression dénoncée, et s'il doit verser les dommages et intérêts et mettre fin à une partie de ses activités en Chine, comme le réclame Falun Gong.
Modifié le 01/06/2018 à 15h36
Cet article vous a intéressé ?
Abonnez-vous à la newsletter et recevez chaque jour, le meilleur de l’actu high-tech et du numérique.

Dernières actualités

Kodi 19 : nom de code Matrix
Play Store : une app qui cliquait automatiquement sur la pub a été découverte
Tesla : la prochaine génération de batterie sera taillée pour tenir 1,6 million de km
Pour payer son deal avec Qualcomm, Apple hausserait de 9 dollars le prix de ses iPhone
Beesexual, la nouvelle campagne de Pornhub pour aider à sauver les abeilles
Le redémarrage du Large Hadron Collider (LHC) pourrait nous donner des clés sur la matière noire
Twitter : Jack Dorsey a rencontré son plus grand « fan »... Donald Trump
Après le vélo électrique, Xiaomi présente un cyclomoteur électrique de 120 km d'autonomie
Tesla dévoile une voiture sans volant, qui serait commercialisée dès 2021
Les trottinettes Lime piratées en Australie pour dire des phrases salaces
Revue de presse - Le Samsung Galaxy Fold plie... sous le poids des critiques
Comparatif 2019 : Quelle est la meilleure trottinette électrique pour votre usage ?
GTX 1650 : côté multimédia, la puce entrée de gamme de NVIDIA hérite de la génération Volta
Razer ajoute une dalle OLED 4K à son Blade 15 et revoit le design du Blade Pro 17
Oppo lance le Reno 10x zoom : un smartphone haut de gamme avec Snapdragon 855 pour 799€
scroll top