Cisco accusé d'avoir soutenu la répression chinoise

0
00FA000001642124-photo-cisco-logo.jpg
Cisco aurait fourni des technologies à la Chine en ayant connaissance de son utilisation faite pour réprimer le mouvement religieux du Falun Gong (ou Falun Dafa), selon une plainte déposée par ce dernier auprès d'un tribunal californien. Cisco nie, et affirme vouloir défendre son honneur « vigoureusement » devant la justice.

Le Falun Gong est un mouvement religieux d'origine chinoise qui compterait 70 millions de pratiquant, selon Wikipédia. Problème : il est réprimé en Chine, où il ferait, selon l'encyclopédie libre, concurrence au Parti communiste chinois comme organisation sociale. Il est actuellement au centre d'une polémique judiciaire avec l'équipementier Cisco Systems. Selon le Falun Gong, celui-ci aurait fourni des technologies à la République populaire de Chine tout en sachant qu'elle les utiliserait pour réprimer le mouvement religieux.

Cisco aurait même activement travaillé avec le gouvernement chinois pour la mise en place des systèmes de surveillance du net destiné à l'interception des communications des dissidents, et aurait ainsi appuyé de fait l'arrestation de plusieurs membres du Falun Gong. Cisco nie évidemment avoir eu connaissance de cette utilisation, estimant qu'aucun fait ne venait étayer l'accusation. Il compte se défendre « vigoureusement » en justice.

Pour Cisco, la ligne de défense est simple : « Cisco n'opère pas de réseaux en Chine ou n'importe où ailleurs, pas plus que Cisco ne personnalise ses produits d'une façon qui faciliterait la censure ou la répression. » En clair, puisque Cisco ne fait que fournir du matériel, et que c'est un matériel générique qui est vendu partout, il n'a aucune responsabilité dans l'utilisation qui en est faite. Mais le Falun Gong dit avoir quelques preuves - mémos internes, témoignages issus de salons professionnels ou de formations, etc - que Cisco voyait dans le « bouclier d'or » chinois une activité lucrative, et agissait en connaissance de cause.

1 000 à 5 000 membres du groupe religieux auraient été arrêtés suite au téléchargement de documents sur ses sites web depuis 1998. Le procès dénombre onze plaignants, dont trois seulement ont dévoilé leur identité publiquement. Les autres craignent apparemment pour leur sécurité. A la justice de dire si Cisco a pris part à la répression dénoncée, et s'il doit verser les dommages et intérêts et mettre fin à une partie de ses activités en Chine, comme le réclame Falun Gong.
Vous êtes un utilisateur de Google Actualités ou de WhatsApp ? Suivez-nous pour ne rien rater de l'actu tech !
google-news

A découvrir en vidéo

Haut de page