Pour la FFT, les opérateurs sont victimes d’une "sur-fiscalité qui les pénalisent"

Olivier Robillart
Publié le 02 février 2012 à 12h21
A l'occasion de ses vœux, la Fédération française des Télécoms a adressé un message clair à l'attention du pouvoir politique. Le groupement de professionnels rappelle que toute nouvelle taxation du secteur risquera de le pénaliser.

012C000004520250-photo-logo-fft.jpg
La FFT vient d'adresser un message fort à destination de ceux qui souhaitent alourdir la charge fiscale du secteur des Télécoms. Dans un discours, le président de la Fédération et p-dg de SFR, Franck Esser s'est appuyé sur une étude réalisée par le cabinet Arthur D. Little et commandée par la FFT.

Ce document précise qu'à l'heure actuelle, la croissance du secteur est pénalisée par les taxes. L'institut souligne que la fiscalité représente « 1,2 milliards d'euros par an, soit 12,1 % du résultat d'exploitation et 20 % des investissements annuels ». Cette pression se partage entre la Taxe Télécom, l'imposition sur les réseaux cuivre et les antennes (IFER), le Cosip (Culture) ou encore la Copie privée (calculé sur des études d'usages et appliqué en fonction de la capacité de stockage d'un appareil) précise le rapport.

Cette déclaration de la FFT est une réponse directe aux propositions des candidats à l'élection présidentielle. Certains d'entre eux, ont proposé de solliciter les fournisseurs d'accès à Internet afin de soutenir la création culturelle française. Dans la même logique, l'actuel ministre de la Culture a récemment salué la mise en place du Conseil national de la musique. Là encore, même si aucune nouvelle pression fiscale ne sera exercée sur les FAI, ils seront bien sollicités pour aider la filière musicale.

De leur côté, les élus ont déjà compris le message envoyé par le secteur. En effet, le sénateur de l'Oise (déjà à l'initiative de la Taxe dite « Google ») Philipe Marini a convoqué l'ensemble des responsables du secteur lors d'un « Forum de la fiscalité numérique » afin de dégager de nouvelle pistes et tenter de trouver un compromis entre fiscalité et croissance.

L'enjeu est de taille puisque le secteur a déjà été identifié comme étant porteur par le ministère de l'Economie numérique lors de la remise d'un rapport McKinsey en mars dernier. Ce document traçait clairement un lien entre la croissance de l'Economie française et la vitalité du secteur du numérique. Le cabinet expliquait qu'en 2010, la part du numérique a représenté 3,7 % du PIB, un taux qui pourrait grimper à 5,5 % en 2015.

Olivier Robillart
Par Olivier Robillart

Mêler informatique, politique et journalisme tu essaieras ! Voilà ce que m'a demandé un jour un monsieur ridé tout vert qui traînait dans un square en bas de mon immeuble. J'essaie désormais de remplir cette mission en tant que rédacteur pour Clubic. Je traite principalement de politique numérique tout comme de sécurité informatique et d’e-Business. Passionné de Star Wars, de Monster Hunter, d’Heroic Fantasy et de loisirs numériques, je collabore régulièrement à de multiples projets vidéo de la rédaction. J’ai également pris la fâcheuse habitude de distribuer aux lecteurs leur dose hebdomadaire de troll via la Clubic Week.

Vous êtes un utilisateur de Google Actualités ou de WhatsApp ?
Suivez-nous pour ne rien rater de l'actu tech !
Commentaires (0)
Rejoignez la communauté Clubic
Rejoignez la communauté des passionnés de nouvelles technologies. Venez partager votre passion et débattre de l’actualité avec nos membres qui s’entraident et partagent leur expertise quotidiennement.