Logiciel libre : N. Sarkozy et F. Hollande répondent au secteur

16 avril 2012 à 08h58
0
Les équipes de campagne de Nicolas Sarkozy et de François Hollande ont répondu à une série de questions posées par le Conseil national du logiciel libre. Ils y précisent leurs positions quant à la place du libre dans l'économie, qui divergent parfois, notamment sur la problématique des brevets logiciels.

00A0000003933712-photo-gnu-fsf.jpg
Le Conseil national du logiciel libre (CNLL), qui représente quelque 200 acteurs économiques impliqués dans l'industrie du logiciel libre, a adressé en novembre dernier une série de huit questions aux candidats à la présidentielle alors déclarés. Nicolas Sarkozy et François Hollande, tous deux en tête dans les sondages, ont accepté de se prêter à l'exercice. Leurs réponses, compilées par le CNLL et publiées le 12 avril dernier (PDF) témoignent d'une volonté commune d'encourager le secteur avec la mise en place d'une politique « préférentielle », même si les deux divergent sur la question des brevets logiciels.

Sur l'importance du logiciel libre dans la commande publique, les deux candidats se rejoignent en estimant qu'il convient de lui donner, à qualités égales, la préférence. Côté Hollande, on souligne ainsi que les logiciels libres permettent « davantage de mutualisation et facilitent la mise en concurrence des fournisseurs de prestations externalisées ». A l'UMP, on affirme que le gouvernement les a déjà identifiés comme axe de croissance, et qu'en 2010 15% du budget informatique des administrations étaient déjà consacrés au libre, un chiffre en hausse « de 30% par an ». Tous deux estiment par ailleurs que le libre mérite des « incitations préférentielles dans les dispositifs d'aide à la R&D de l'Etat ».

Le sujet du soutien aux PME du secteur fait également consensus. A droite, on prend logiquement soin de rappeler la mise en place de dispositifs comme le statut JEI (Jeune Entreprise Innovante), le crédit d'impôt recherche ou la banque OSEO. A gauche, on fait valoir que « moins de 20 % de PME » accèdent aux marchés de l'Etat en volume et 40% à ceux des collectivités locales. « Je veillerai à ce que la commande publique soit bien ouverte aux PME, à travers la mise en place d'un médiateur du marché public », promet le candidat Hollande.

Il se montre par ailleurs le plus enthousiaste quant à la place du libre dans l'éducation, promouvant l'utilisation de tels logiciels à l'école, dans les concours et examens. « L'éducation ne devra donc pas seulement faire des élèves des "consommateurs" de l'informatique, mais aussi des "créateurs", qui sauront décoder et surtout "coder" cet univers », fait-il valoir. Nicolas Sarkozy se montre lui plus mesuré, se disant favorable à la mesure, sans pour autant en faire une priorité.

Consensus également sur la question des standards, considérés comme une priorité, ainsi que sur l'épineux problème de la neutralité du Net, à la remise en cause de laquelle ils se disent « clairement opposés ».

Le principal point de divergence exprimé portera finalement sur les brevets logiciels, que François Hollande rejette sans ambages. « Nous veillerons à ce que la mise en œuvre du brevet communautaire ne soit pas l'occasion de légitimer les brevets sur les logiciels, les méthodes mathématiques et les méthodes commerciales », promet le candidat socialiste, rappelant par ailleurs la protection juridique liée au droit d'auteur dont bénéficie déjà le logiciel.

Nicolas Sarkozy s'y déclare quant à lui favorable, arguant d'une « complémentarité entre les logiciels libres et les logiciels propriétaires ». « Par exemple, c'est grâce à son modèle de logiciel propriétaire et de brevets que SAP peut financer ses quelques 16 000 informaticiens. En parallèle, SAP est concurrencé par des éditeurs de logiciels open source, faisant ainsi baisser les prix pour les clients et obligeant SAP à améliorer constamment de ses produits », ajoute le Président candidat.

Le CNLL, qui depuis 2010 se définit comme l'instance représentative, au niveau national, des associations et groupements d'entreprises du logiciel libre en France, se félicite au final « de constater que les candidats et leurs états-majors ont compris, dans l'ensemble, les spécificités du Logiciel Libre, et ses bénéfices pour l'éducation, l'innovation, la création d'emplois et la compétitivité » tout en fustigeant, sans surprise, la position UMP quant aux brevets logiciels.
Modifié le 01/06/2018 à 15h36
0 réponses
0 utilisateurs
Suivre la discussion

Les actualités récentes les plus commentées

L'Angleterre envisage l'interdiction du smartphone en conduisant, même en main libre
Normandie : la plus grande route solaire du monde est un échec
Windows Defender obtient 3 fois le score maximum aux tests AV-Test
Sur Reddit, les développeurs d'Apex Legends dérapent et insultent leur communauté
Matrix 4 officiellement annoncé, avec Keanu Reeves et Carrie-Ann Moss
Piratées, les enceintes connectées pourraient être une menace pour leurs utilisateurs
Minecraft s'offre un boost graphique... réservé aux possesseurs de cartes NVIDIA RTX
WoW Classic : Blizzard dit s’attendre à des files d’attente monstrueuses à l’ouverture
Des scientifiques réinventent l'air conditionné grâce au froid de l'espace
Starman et sa Tesla Roadster viennent d'achever leur première orbite autour du Soleil

Notre charte communautaire

1. Participez aux discussions

Nous encourageons chacun à exprimer ses idées sur les sujets qui l'intéressent, et à faire profiter l'ensemble de la communauté de son expertise sur un sujet particulier.

2. Partagez vos connaissances

Que vous soyez expert ou amateur passionné, partagez vos connaissances aux autres membres de la communauté pour enrichir le niveau d'expertise des articles.

3. Échangez vos idées

Donnez votre opinion en étayant votre propos et soyez ouverts aux idées des autres membres de la communauté, même si elles sont radicalement différentes des vôtres.

4. Faites preuve de tolérance

Qu'il s'agisse de rédacteurs professionnels ou amateurs, de lecteurs experts ou passionnés, vous devez faire preuve de tolérance et vous placer dans une démarche d'entraide.

5. Restez courtois

Particulièrement lorsque vous exprimez votre désaccord, critiquez les idées, pas les personnes. Évitez à tout prix les insultes, les attaques et autres jugements sur la forme des messages.

6. Publiez des messages utiles

Chaque participation a vocation à enrichir la discussion, aussi les partages d'humeurs personnelles ne doivent pas venir gêner le fil des échanges.

7. Soignez votre écriture

Utilisez la ponctuation, prohibez le langage SMS et les majuscules, relisez-vous afin de corriger un peu les fautes de frappe et de français : trop de fautes n’engagent ni à lire le message, ni à répondre à une question.

8. Respectez le cadre légal

Ne publiez pas de contenus irrespectueux, racistes, homophobes, obscènes ou faisant l'apologie de courants radicaux, qu'ils soient politiques ou religieux. N'utilisez pas plusieurs comptes utilisateurs.

9. Ne faites pas de promotion

Ne profitez pas d'une discussion pour faire la publicité d'un produit, d'un service ou même de votre site web personnel.

10. Ne plagiez pas

Exprimez uniquement vos opinions ou partagez des idées en citant vos sources.

scroll top