YouTube doit être plus généreux, juge Bruxelles

18 avril 2016 à 12h38
0

Le streaming commence peut-être à montrer qu'il aide à soutenir l'industrie musicale, l'écosystème de la musique dématérialisée ne reste pas moins fragile. D'autant qu'un nombre important d'écoutes se font via des plateformes vidéo gratuites. Selon le Syndicat national de l'édition phonographique (Snep), deux morceaux sur trois « streamés » en France le sont sur YouTube. Problème : pour les ayants droit, le site ne partage pas assez.


L'américain ne contribue qu'à 10 % des 104 millions d'euros des revenus français du streaming en 2015.
Le Financial Times rapporte que le commissaire européen au Numérique, l'Estonien Andrus Ansip, a appelé la filiale de Google à relever le niveau de rétribution réservé aux ayants droit. En sous-payant les artistes, YouTube bénéficie selon lui d'un avantage compétitif sur ses concurrents comme le suédois Spotify ou le français Deezer.

YouTube rapporte 3 fois moins que Spotify

Alors que l'américain recense 1 milliard d'utilisateurs, il ne générerait que 600 millions de dollars par an pour l'industrie musicale, selon Andrus Ansip. À titre de comparaison, Spotify et ses 30 millions d'abonnés payants rapporteraient 1,6 milliard de dollars. Google affirme de son côté que la comparaison ne tient pas la route car la plateforme ne se limite pas à la musique. Et ajoute avoir déjà distribué 3 milliards de dollars aux ayants droit.


03E8000008393926-photo-youtube-ban.jpg
Une écoute gratuite rapporte 54 fois moins à un artiste sur YouTube que sur Spotify - Crédit : YouTube.


« Seulement 20 % des gens sont traditionnellement prêts à payer pour de la musique », souligne Google, selon qui « YouTube aide les artistes et les labels à monétiser les 80 % restants, qui n'auraient reçu aucun revenu ».
Un argument qui n'empêchera pas Bruxelles de mener sa réforme européenne des droits d'auteur. Celle-ci doit inclure une mesure visant à aider les ayants droit à peser davantage dans les négociations face aux plateformes.

Il y a exactement un an, YouTube avait fait parler de lui en forçant la main aux artistes à rejoindre sa nouvelle offre payante. Le but était de remplir son catalogue afin de justifier que le consommateur veuille bien payer.
Car si la plateforme se félicite de proposer de la musique gratuite, ce modèle ne suffit pas à la rendre rentable.


À lire :
Modifié le 01/06/2018 à 15h36
0 réponses
0 utilisateurs
Suivre la discussion

Les actualités récentes les plus commentées

Le MIT met au point un outil de captation du CO2 plus efficace et moins cher
Une Tesla Model S dépasse le million de kilomètres
L'ancien salarié d'une auto-école condamné pour un avis négatif posté sur Google+
Voitures électriques : au Q3 2019, les ventes mondiales ont chuté de 10 %
Fini le réseau cuivré, Orange veut passer au 100 % fibre à partir de 2023
Taxe GAFA : les USA prêts à taxer les produits français jusqu'à... 100 %
Recyclage, consommation et énergie, la technologie est-elle un problème... ou une solution ?
D'après Porsche, sa Taycan électrique lui attirerait les clients de Tesla
Apple renouvellerait ses iPhone deux fois par an à partir de 2021, et c’est une très mauvaise idée
L'Escobar Fold 1 : un smartphone pliable à 349 dollars par le frère de Pablo Escobar

Notre charte communautaire

1. Participez aux discussions

Nous encourageons chacun à exprimer ses idées sur les sujets qui l'intéressent, et à faire profiter l'ensemble de la communauté de son expertise sur un sujet particulier.

2. Partagez vos connaissances

Que vous soyez expert ou amateur passionné, partagez vos connaissances aux autres membres de la communauté pour enrichir le niveau d'expertise des articles.

3. Échangez vos idées

Donnez votre opinion en étayant votre propos et soyez ouverts aux idées des autres membres de la communauté, même si elles sont radicalement différentes des vôtres.

4. Faites preuve de tolérance

Qu'il s'agisse de rédacteurs professionnels ou amateurs, de lecteurs experts ou passionnés, vous devez faire preuve de tolérance et vous placer dans une démarche d'entraide.

5. Restez courtois

Particulièrement lorsque vous exprimez votre désaccord, critiquez les idées, pas les personnes. Évitez à tout prix les insultes, les attaques et autres jugements sur la forme des messages.

6. Publiez des messages utiles

Chaque participation a vocation à enrichir la discussion, aussi les partages d'humeurs personnelles ne doivent pas venir gêner le fil des échanges.

7. Soignez votre écriture

Utilisez la ponctuation, prohibez le langage SMS et les majuscules, relisez-vous afin de corriger un peu les fautes de frappe et de français : trop de fautes n’engagent ni à lire le message, ni à répondre à une question.

8. Respectez le cadre légal

Ne publiez pas de contenus irrespectueux, racistes, homophobes, obscènes ou faisant l'apologie de courants radicaux, qu'ils soient politiques ou religieux. N'utilisez pas plusieurs comptes utilisateurs.

9. Ne faites pas de promotion

Ne profitez pas d'une discussion pour faire la publicité d'un produit, d'un service ou même de votre site web personnel.

10. Ne plagiez pas

Exprimez uniquement vos opinions ou partagez des idées en citant vos sources.

scroll top