Les capacités de surveillance de la Hadopi seraient surestimées

09 juillet 2012 à 19h14
0
Une étude consacrée à la perception de la Hadopi par les internautes révèle qu'ils sont nombreux à surestimer ses capacités en matière de surveillance du téléchargement illégal. Elle souligne également la relative méconnaissance du mécanisme de réponse graduée, mais témoigne d'une forme limitée de peur du gendarme.

Trois ans après l'adoption de la première loi Hadopi, une étude réalisée pour le compte de l'observatoireM@rsouin de l'université de Rennes revient sur la façon dont les internautes perçoivent le dispositif de surveillance des échanges de fichiers illicites sur Internet ainsi que l'action de l'Autorité chargée d'orchestrer leur répression.

05291702-photo-etude-marsoin-hadopi.jpg

Les résultats, publiés lundi (PDF), soulignent la connaissance partielle du champ d'action de la Hadopi. Ainsi, si 75% des 2 000 internautes sondés savent que l'Autorité surveille les échanges sur les réseaux P2P, ils sont également 68% à penser qu'elle scrute les téléchargements réalisés par le biais des sites de stockage (de type feu Megaupload ou RapidShare), alors que ceux-ci ne sont en réalité pas concernés. Plus surprenant pour un technophile, ils sont également 12% à penser que la surveille les échanges de la main à la main (échange sur clé USB ou disque dur).

Sur le volet répression, seuls 42% des sondés savent que la sanction est susceptible d'intervenir après trois infractions. A l'inverse, 23% des répondants ne savent pas ce que représente la fameuse « réponse graduée ». Sans surprise, les auteurs de l'étude constatent que la connaissance de la Hadopi est globalement « plus forte chez les jeunes et chez les internautes qui ont dans leur entourage de nombreuses personnes téléchargeant ». Au final, ils ne seraient que 7% à vraiment appréhender le dispositif de façon juste.

Après un million de courriers d'avertissement envoyés pour quelque 300 dossiers entrés en phase 3, l'effet dissuasif de la Hadopi est-il bien réel ? Le panel interrogé estime à 36%, en moyenne, sa chance d'être détecté lors d'un téléchargement illégal, alors que seuls 2,7% de ses membres ont déjà reçu un avertissement.

0230000005291704-photo-etude-marsoin-hadopi.jpg

Il y aurait donc bien une forme de peur de gendarme, puisque les internautes perçoivent un risque de détection important. Pour autant, l'étude montre également qu'une part importante des internautes avertis a recours à des pratiques de téléchargement qui ne sont pas surveillées par la Hadopi, sans qu'il soit possible de vraiment mesurer si les concernés modifient leur consommation après réception du premier courrier.

« En guise de conclusion, ces premiers résultats indiquent qu'à l'ère de l'Hadopi les internautes ont une perception forte d'être détectés en cas de téléchargement. Cette probabilité élevée s'accompagne aussi d'une surestimation des capacités de surveillance de l'Hadopi, contribuant à augmenter les risques associés au piratage », conclut l'étude.
Modifié le 01/06/2018 à 15h36
0
0
Partager l'article :

Les actualités récentes les plus commentées

Voitures électriques : le réseau de chargeurs Ionity facturera désormais au kWh
HP désactive vos cartouches d’encre à distance en cas de résiliation à son service d’abonnement
Taxation du numérique : après une discussion Macron/Trump, la taxe provisoirement suspendue
Démarchage téléphonique : plusieurs associations lancent une pétition pour y mettre fin
La police va pouvoir extraire toutes les données de vos smartphones en 10 minutes chrono
Réforme de l'audiovisuel : du cinéma chaque jour de la semaine sur les chaînes gratuites ?
La baisse de prix sur les cartes graphiques Nvidia GeForce RTX 2060 est officielle !
Netflix se bat contre Disney+ à coup de Google Trends : The Witcher y exploserait The Mandalorian
Découvrez en vidéo le face-à-face Drako GTE vs Tesla Model S P100D
Pour le patron d'Air France-KLM, la taxe carbone sur les billets d'avion sera contre-productive

Notre charte communautaire

1. Participez aux discussions

Nous encourageons chacun à exprimer ses idées sur les sujets qui l'intéressent, et à faire profiter l'ensemble de la communauté de son expertise sur un sujet particulier.

2. Partagez vos connaissances

Que vous soyez expert ou amateur passionné, partagez vos connaissances aux autres membres de la communauté pour enrichir le niveau d'expertise des articles.

3. Échangez vos idées

Donnez votre opinion en étayant votre propos et soyez ouverts aux idées des autres membres de la communauté, même si elles sont radicalement différentes des vôtres.

4. Faites preuve de tolérance

Qu'il s'agisse de rédacteurs professionnels ou amateurs, de lecteurs experts ou passionnés, vous devez faire preuve de tolérance et vous placer dans une démarche d'entraide.

5. Restez courtois

Particulièrement lorsque vous exprimez votre désaccord, critiquez les idées, pas les personnes. Évitez à tout prix les insultes, les attaques et autres jugements sur la forme des messages.

6. Publiez des messages utiles

Chaque participation a vocation à enrichir la discussion, aussi les partages d'humeurs personnelles ne doivent pas venir gêner le fil des échanges.

7. Soignez votre écriture

Utilisez la ponctuation, prohibez le langage SMS et les majuscules, relisez-vous afin de corriger un peu les fautes de frappe et de français : trop de fautes n’engagent ni à lire le message, ni à répondre à une question.

8. Respectez le cadre légal

Ne publiez pas de contenus irrespectueux, racistes, homophobes, obscènes ou faisant l'apologie de courants radicaux, qu'ils soient politiques ou religieux. N'utilisez pas plusieurs comptes utilisateurs.

9. Ne faites pas de promotion

Ne profitez pas d'une discussion pour faire la publicité d'un produit, d'un service ou même de votre site web personnel.

10. Ne plagiez pas

Exprimez uniquement vos opinions ou partagez des idées en citant vos sources.

Discussions sur le même sujet

scroll top