Les "applications de sécurité" Hadopi pourraient se nicher sur les postes ou dans les Box

01 juin 2018 à 15h36
0
La haute autorité a dévoilé le contenu des nouvelles spécifications fonctionnelles. Cette seconde mouture prend donc le relais de celles déjà éditées par le chercheur Michel Riguidel. Ce texte, prochainement consultable sur le site de l'Hadopi (que la rédaction a obtenu) sera soumis à débat dans le cadre des travaux des Labs. Explications.

00A0000003275672-photo-le-logo-de-l-hadopi.jpg
En guise d'introduction, l'Hadopi donne une définition de ces logiciels dits de sécurisation. Ces mesures concernent « tous les abonnés pour la protection de leur réseau local privé connecté à l'internet, de leurs appareils de communication connectés aux réseaux sans fils et de leurs ustensiles informatiques connectés à un réseau public, afin d'empêcher l'intrusion par un tiers non autorisé dans un système électronique ».

Par contre, leur installation n'est pas obligatoire, elle reste recommandée par l'Hadopi comme une sorte de blanc-seing. Cette mesure, ou application n'est pourtant « pas une application de sécurité proprement dite ». Selon l'Hadopi, elle « vise à améliorer le niveau d'assurance de sécurité de son réseau local privé et une meilleure gestion d'usage des contenus dans ce réseau local ».

Par contre, cette application pourra être installée à bien des endroits, y compris dans la Box Adsl : « Cette Application (matérielle et/ou logicielle, centralisée ou décentralisée) est hébergée en totalité dans les postes des utilisateurs, ou avec une partie seulement sur les postes et une partie dans le point d'accès, ou complètement en dehors des terminaux des utilisateurs sur une station de supervision spécifique du réseau local ou bien encore dans le point d'accès (boîtier ADSL) ». Seule limite imposée par l'Hadopi, l'application ne peut pas être installée dans le cœur d'un réseau public.

Ce point devrait être largement débattu par les Labs car elle soulève des interrogations et pourrait également nourrir quelques critiques. Par exemple, on doute de savoir comment un utilisateur peut installer un logiciel à l'intérieur de sa Box sans rompre son contrat qui le lie à son FAI.

Autre point potentiellement sujet à polémique, l'Hadopi obligera un titulaire de la ligne à mettre à jour « sans tarder » ledit logiciel lorsqu'une rustine est diffusée. On plaint donc les personnes qui ne savent déjà pas comment fonctionnent les Windows update...

Pour bloquer quoi ?

Des listes noires et blanches devraient être éditées. Elles ont vocation à s'appliquer à des entités informatiques comme « des logiciels, des noms de fichiers, des extensions de fichiers (ex : .mpeg, .ogg, .wma, etc.), des sites (URL), des ports de communication, des plages d'adresses, etc... » commente l'Hadopi.

Spécifications fonctionnelles des moyens de sécurisation
Soyez toujours courtois dans vos commentaires.
Respectez le réglement de la communauté.
0
0

Actualités du moment

Ebay s'offre le guide géolocalisé Where
Kindle : Amazon signe avec 11 000 bibliothèques américaines
Light Touch : transformez n'importe quelle surface en interface tactile
Zynga embauche les fondateurs de JamLegend
74 organisations rejoignent le groupe de protection des brevets Linux
Au tour des Pays-Bas de s'attaquer à Street View
Skype corrige son application Android
Fossé numérique : le Gouvernement rend sa copie
Galaxy veut relier trois ou quatre écrans à ses GeForce
EMC et VMware produisent un bon premier trimestre
Haut de page