Données personnelles : l'AFDEL soutient l'Europe mais veut être écoutée

L'Europe mène actuellement des débats en vue de modifier les règles en matière de protection des données personnelles. L'objectif est de renforcer le contrôle des utilisateurs sur ce type d'informations et de favoriser certains volets comme le droit à l'oubli. De leur côté, les professionnels souhaitent que ces réformes puissent également promouvoir l'innovation.

00FA000005910814-photo-phishing-la-p-che-aux-donn-es-personnelles.jpg
Le projet de règlement européen relatif à la protection des données personnelles est débattu par les instances communautaires. Ces dernières souhaitent modifier les textes relatifs à ce secteur en mettant en avant des principes protecteurs comme le droit à l'oubli, la portabilité des données d'un service à l'autre, le consentement explicite, la simplification des conditions d'utilisation et la sanction des entreprises.

Sur ce dernier plan, l'Union européenne envisage de durcir les sanctions à l'encontre des entreprises violant les règles de protection des données. Par exemple, la France peut prononcer des sanctions allant au maximum jusqu'à 150 000 euros. Le projet communautaire propose, pour sa part, de condamner un professionnel à régler une amende « d'un million d'euros ou allant jusqu'à 2% du chiffre d'affaires annuel global ». Ainsi, « le montant minimal des amendes serait fixé à 250 000 euros ou jusqu'à 5% du chiffre d'affaires pour des infractions mineures ».

Un point majeur mais sur lequel l'Afdel se prononce peu. L'association française des éditeurs de logiciels et des solutions Internet demande cela dit un renforcement des pouvoirs des autorités de protection des données personnelles comme la Cnil et souhaite qu'elles bénéficient « de davantage de moyens de mise en œuvre pour s'assurer de la transparence sur la finalité de la collecte, de l'effectivité et de la fluidité des procédures de suppression et le cas échéant appliquer des sanctions ».

L'Afdel précise soutenir « pleinement » le projet de règlement permettant ainsi de faciliter la compréhension des internautes dans les services qu'ils utilisent. Elle souhaite toutefois que ces mesures ne viennent pas grever la compétitivité et l'innovation des entreprises en leur demandant d'appliquer des mesures qui pourraient les toucher. L'association demande qu'une consultation des entreprises soit donc lancée.

Si l'Afdel souhaite plutôt renforcer les contrôles plutôt que faire émerger de nouveaux droits pour les utilisateurs, l'Europe semble se diriger vers la consécration de protections renforcées envers les internautes. Elle souhaite à ce titre mettre en place un droit à l'oubli pour lequel les citoyens pourraient demander « que leurs données soient effacées s'ils ne souhaitent plus qu'elles soient traitées et en l'absence de raison légitime pour les conserver ».

Les instances communautaires penchent également vers l'obligation pour tout professionnel d'obtenir l'autorisation explicite d'une personne, si elle souhaite traiter ses informations personnelles. Elle milite également pour que toute personne puisse demander à un fournisseur de services d'e-mail de « transférer une copie de ses données, sous un format électronique utilisé couramment » lorsqu'il souhaite s'inscrire à un autre service.
Modifié le 01/06/2018 à 15h36
Soyez toujours courtois dans vos commentaires.
Respectez le réglement de la communauté.
0
0

Actualités du moment

Infos US de la nuit : extension GraphSearch, confirmation BBM, nouveauté Google
Suivez le Ceatec 2013 toute la semaine sur Clubic
Free monte sa fibre à 1 Gb/s sans surcoût
BitTorrent annonce un client de messagerie instantanée décentralisé
E-commerce : Neteven aide les marchands sur les marketplaces
Une panne SFR réduit virtuellement le nombre de chômeurs
Samsung Galaxy Note 3 zoné : la vérité sur le verrouillage régional
Facebook partage ses données avec les chaînes de télévision
Alcatel-Lucent déploiera une partie de la 4G de China Mobile
E-commerce : Trustpilot va étendre ses avis aux États-Unis
Haut de page