Surveillance : la SNCF va épier ses voyageurs

Par
Le 17 décembre 2015
 0
Plutôt que de surveiller ses millions de passagers de la même façon, la SNCF va tenter de les filtrer au moyen d'un logiciel qui prétend isoler les comportements présentant un risque.

Face à la menace terroriste, la SNCF teste la réponse technologique. Dans quelques gares, la compagnie ferroviaire s'est déjà équipée d'un logiciel d'analyse du comportement des voyageurs au travers des caméras de vidéosurveillance existantes. À défaut de filtrer tous les passagers avec des portiques de sécurité tels que proposés par la ministre de l'Écologie, la société publique va essayer de détecter les attitudes suspectes.

Stéphane Volant, le secrétaire général de l'entreprise publique, a expliqué dans les grandes lignes à l'AFP le fonctionnement de ce logiciel, dont l'analyse se base sur « le changement de température corporelle, le haussement de la voix ou le caractère saccadé de gestes qui peuvent montrer une certaine anxiété ». Une vidéosurveillance qui se veut donc intelligente, mais qui risque de générer énormément de faux positifs.

Vers un nouveau cap dans la surveillance


Avec cette expérimentation - qui s'étendra aux colis abandonnés -, la SNCF veut aussi mesurer le niveau d'acceptabilité des voyageurs pour ce genre de technologie. Mais au quotidien, personne ne verrait jamais ces logiciels, puisque les caméras elles-mêmes ne différeront pas. Le seul changement perceptible pour le public sera peut-être le nombre d'interpellations préventives de gens à l'attitude jugée suspecte...


03e8000008285864-photo-vid-osurveillance-gare.jpg


Alors que ces tests auraient vocation à durer et que ce logiciel - dont le nom n'a pas été révélé - pourrait être étendu aux 40 000 caméras de la SNCF, se pose la question de la protection de la vie privée. Sur ce point, la compagnie ferroviaire a déjà répondu que ces expérimentations sont menées sous le contrôle de la Cnil.

Dans sa boîte à outils sécuritaire, la société lancera au printemps prochain une application mobile pour les voyageurs afin qu'ils signalent un danger. La SNCF imagine aussi équiper ses agents de caméras. Quant aux portiques, ils seront adoptés pour l'accès aux trains Thalys, en réponse à l'attentat déjoué au mois d'août. Gageons que les trains qui arrivent en retard ne génèrent pas trop de hausse de température corporelle.


À lire également :

Modifié le 01/06/2018 à 15h36
scroll top