Pour Manuel Valls, la loi sur le renseignement n’est pas un "Patriot Act" à la française

19 mars 2015 à 12h33
0
Face aux inquiétudes, le gouvernement maintient le cap et précise que la loi sur le renseignement sera soutenue devant le Parlement. Manuel Valls, le Premier ministre, insiste sur le fait que les dispositions du texte ne constituent pas un « Patriot Act » à la française.

Le gouvernement soutient le projet de loi sur le renseignement. A l'occasion d'un point réalisé avec la presse, l'ensemble des ministres concernés (Intérieur, Défense, Justice, Secrétariat au numérique) ont tenu à apporter des précisions quant aux mesures contenues dans ce texte.

01F4000007961291-photo-manuel-valls-loi-renseignement.jpg


Pour Manuel Valls, le projet de loi sur le renseignement ne doit pas être assimilé à un « Patriot Act à la française ». Le Premier ministre précise qu' « aucune mesure de surveillance ne pourra être effectuée sans autorisation préalable. [...] Les interceptions de sécurité, la collecte de données en temps réel, les intrusions informatiques, les écoutes... plus ces techniques touchent la vie privée, plus les contraintes seront fortes ».

Pour rappel, le projet de loi sur le renseignement propose de renforcer l'arsenal des autorités en matière de lutte contre le terrorisme. Il s'agit de mettre en place de nouveaux systèmes permettant notamment l'écoute de suspects en apposant un boitier sur les infrastructures réseau des opérateurs.

Le gouvernement demande un « contrôle en continu »



Malgré les inquiétudes, le gouvernement insiste sur les garde-fous présents dans le projet de loi. Pour Manuel Valls, un contrôle indépendant échoira à une nouvelle autorité administrative indépendante, baptisée Commission nationale de contrôle des techniques de renseignement (CNCTR). Celle-ci sera composée de quatre magistrats, de parlementaires et de spécialistes des communications électroniques.

Le gouvernement dément également toute absence de recours à un juge puisque le Conseil d'Etat servira de garant des libertés et pourra être saisi. La CNCTR pourra tout d'abord porter une affaire devant le Conseil d'Etat. De même, tout citoyen, s'il estime qu'il est surveillé pourra saisir cette même commission ou le Conseil d'Etat pour obtenir une éventuelle communication des informations le concernant.

« Face à l'accroissement de la menace djihadiste, il faut renforcer les moyens de surveillance. Nous devons resserrer les mailles du filet des individus dangereux »



Toujours est-il que, selon le ministère de l'Intérieur, ces mesures se justifient au regard de l'objectif recherché. « Resserrer la surveillance demande de faire un contrôle en continu », précise Bernard Cazeneuve. « Mais il ne s'agit pas de mettre en œuvre un moyen d'exception ou une surveillance des citoyens. Ce n'est pas une surveillance de masse », précise le Premier ministre.

Une adoption rapide



Le projet de loi apporte toutefois un pouvoir important aux forces de l'ordre. Selon Christiane Taubira, il pourra permettre d'identifier les auteurs de délits, lorsque ces derniers sont recherchés par les services de rensignement. « Les éléments collectés peuvent révéler des délits. Si c'est le cas, ils pourront être reversés à un dossier judiciaire », explique la garde des Sceaux. Le pont se fera donc bel et bien entre l'administratif et le judiciaire.

01F4000007961293-photo-manuel-valls-loi-renseignement.jpg


Pour le gouvernement, ces mesures seront néanmoins ciblées sur certaines personnes et il n'y aura en « aucun cas d'aspiration massive des données personnelles ». Pour répondre aux « inquiétudes légitimes », une concertation « pédagogique, pour exposer les limites du texte » sera menée sous la houlette d'Axelle Lemaire, secrétaire d'Etat en charge du numérique.

Malgré ces précautions, le projet de loi sera présenté au Parlement dès le 13 avril prochain. Les débats seront rapides puisque l'objectif du Premier ministre est d'adopter le texte « avant l'été ». Les discussions auront donc lieu au printemps mais seront écourtées, probablement sous le régime de la procédure accélérée.

Des craintes émises par la Cnil



Malgré la position du gouvernement, la Commission chargée de l'Informatique et des libertés a d'ores et déjà rendu un avis critique sur la question. Dans sa position, reprise par Le Monde, l'autorité estime que les garanties ne sont pas suffisantes pour protéger les libertés.

La Cnil émet donc des réserves sur le texte même si elle n'y met pas « d'opposition de principe ». Elle note cependant que certaines professions, qui peuvent manipuler des informations sensibles comme les avocats, les médecins ou même les journalistes ne sont pas exclus de ces dispositions. Elle demande que plusieurs points, notamment sur la nature des données collectées, soient clarifiés lors des prochains débats.

A lire également
Modifié le 01/06/2018 à 15h36
0 réponses
0 utilisateurs
Suivre la discussion

Les actualités récentes les plus commentées

Sommée de cesser de diffuser les chaines d'Altice, Free opérerait la coupure dès vendredi
Les poids-lourds électriques eCascadia de Daimler prêts à prendre la route
Des scientifiques ont découvert le plus grand trou noir jamais observé à ce jour
Déjà plus de 45 000 précommandes pour la Mini Cooper SE électrique
La PS5 et la Scarlett pourraient offrir des graphismes photoréalistes selon le boss de Take-Two
Piratées, les enceintes connectées pourraient être une menace pour leurs utilisateurs
L'Angleterre envisage l'interdiction du smartphone en volant, même en main libre
L'Audi e-tron devient la voiture électrique la plus sûre du monde
Une étude montre que les cyclistes
Un restaurant de burgers cuisinés par des robots ? Une start-up l’a fait

Notre charte communautaire

1. Participez aux discussions

Nous encourageons chacun à exprimer ses idées sur les sujets qui l'intéressent, et à faire profiter l'ensemble de la communauté de son expertise sur un sujet particulier.

2. Partagez vos connaissances

Que vous soyez expert ou amateur passionné, partagez vos connaissances aux autres membres de la communauté pour enrichir le niveau d'expertise des articles.

3. Échangez vos idées

Donnez votre opinion en étayant votre propos et soyez ouverts aux idées des autres membres de la communauté, même si elles sont radicalement différentes des vôtres.

4. Faites preuve de tolérance

Qu'il s'agisse de rédacteurs professionnels ou amateurs, de lecteurs experts ou passionnés, vous devez faire preuve de tolérance et vous placer dans une démarche d'entraide.

5. Restez courtois

Particulièrement lorsque vous exprimez votre désaccord, critiquez les idées, pas les personnes. Évitez à tout prix les insultes, les attaques et autres jugements sur la forme des messages.

6. Publiez des messages utiles

Chaque participation a vocation à enrichir la discussion, aussi les partages d'humeurs personnelles ne doivent pas venir gêner le fil des échanges.

7. Soignez votre écriture

Utilisez la ponctuation, prohibez le langage SMS et les majuscules, relisez-vous afin de corriger un peu les fautes de frappe et de français : trop de fautes n’engagent ni à lire le message, ni à répondre à une question.

8. Respectez le cadre légal

Ne publiez pas de contenus irrespectueux, racistes, homophobes, obscènes ou faisant l'apologie de courants radicaux, qu'ils soient politiques ou religieux. N'utilisez pas plusieurs comptes utilisateurs.

9. Ne faites pas de promotion

Ne profitez pas d'une discussion pour faire la publicité d'un produit, d'un service ou même de votre site web personnel.

10. Ne plagiez pas

Exprimez uniquement vos opinions ou partagez des idées en citant vos sources.

scroll top