Jeux sexistes : les éditeurs pourront continuer

Thomas Pontiroli
22 janvier 2016 à 11h32
0
L'amendement à la loi pour une République numérique visant à faire reculer le sexisme dans les jeux vidéo a finalement été retiré. C'est probablement pour que sa rédaction soit précisée.

« Retiré. » C'est par cette sobre mention que l'on a appris l'abandon de l'amendement CL403 à la loi pour une République numérique. L'objet de cet amendement, déposé le 8 janvier 2016, visait à lutter contre les « représentations dégradantes à l'encontre des femmes » dans les jeux vidéo. Le levier choisi pour dissuader les éditeurs était de les priver du crédit d'impôts (CIJV), qui atteint 20 % des dépenses de développement.

L'amendement voulait lutter contre « les stéréotypes, les préjugés sexistes, les images dégradantes, les violences faites aux femmes et les violences commises au sein des couples ». Aujourd'hui, seuls les jeux « comportant des séquences à caractère pornographique ou de très grande violence, susceptibles de nuire gravement à l'épanouissement physique, mental ou moral des utilisateurs » priver les studios du CIJV.

Le motif de retrait de cet amendement n'a pas été expliqué. Le plus probable est que sa rédaction n'était pas assez précise pour qu'il soit voté en l'état, et menaçait de sanctionner des studios peut-être abusivement.


0258000008319324-photo-cl403-retir.jpg


À lire également :

Modifié le 01/06/2018 à 15h36
0
0
Partager l'article :

Les actualités récentes les plus commentées

Barbara Pompili, ministre de la transition écologique, qualifie le réacteur EPR de
AMD : fleuron de la future cuvée Zen 3, le Ryzen 9 4950X pourrait monter à 4,8 GHz
Donald Trump sanctionné par Twitter et Facebook, pour une vidéo qualifiée de
La capitalisation boursière d'Apple dépasse celle de toutes les entreprises du CAC40 réunies
Projet ATTOL : Airbus fait rouler, décoller et atterrir un avion commercial de façon autonome
La version chinoise de la Tesla Model 3 remporte le prix de la qualité de fabrication
La Chine menace les Etats-Unis en cas de vente forcée de TikTok
Elon Musk envisage la construction d'un Cybertruck plus petit pour l'Europe
TikTok et maintenant WeChat : les USA veulent
Clean Network, le projet des États-Unis pour préparer leur avenir technologique sans les Chinois
scroll top