🔴 LE BLACK FRIDAY EN DIRECT !

La taxe sur les données stockées par les "géants américains" revient

01 juin 2018 à 15h36
0
Un rapport présenté au gouvernement préconise d'instaurer de nouvelles taxes contre les sociétés qui détiennent les données personnelles des internautes. L'idée est de cibler en particulier les entreprises américaines comme Google ou Facebook.

L'idée de taxer les entreprises américaines en fonction des informations personnelles qu'elles détiennent sur les internautes refait surface. Un rapport remis ce mardi au gouvernement préconise à nouveau de mettre à contribution ces « géants du Web ». Pas moins de dix économistes se sont penchés sur la question et proposent de cibler certains prélèvements.

0190000003052790-photo-disque-dur-perte-de-donn-es.jpg


Selon le JDD, le but de l'une de ces nouvelles taxes est qu'elle soit « fondée sur l'activité de la plateforme, mesurée par le nombre d'utilisateurs sur le territoire national, ou sur le flux de données échangées ». Ces derniers éléments permettraient de cibler les plateformes les plus importantes.

Toutefois, ce prélèvement toucherait l'ensemble des entreprises qui collectent des informations personnelles, y compris les françaises. Second point, certaines de ces sociétés ne justifient pas toujours d'une domiciliation fiscale claire sur notre territoire. Elles pourraient donc à nouveau optimiser le paiement de leurs impôts en ne déclarant qu'une activité faible en France.

Un rapport suite à... un rapport

L'idée de venir taxer le patrimoine immatériel des entreprises a déjà été évoquée par le passé. Parmi les propositions issues du rapport Colin et Collin figurait nommément l'idée d'instituer un principe de taxation en fonction de leur activité.

Le document préconisait ainsi d'établir une fiscalité liée à l'exploitation des données issues du suivi régulier et systématique de l'activité des utilisateurs sur le territoire. L'idée était de mettre en place un principe similaire à celui du pollueur-payeur. Etaient alors visées les sociétés qui « exercent en réalité une forme de captation exclusive des données qu'elles collectent, notamment en ménageant des obstacles de fait à la portabilité et à la réutilisation personnelle de ces données par les utilisateurs eux-mêmes ».

En dépit de ce positionnement novateur, le Conseil national du numérique avait émis des réserves quant à ce principe de taxation en fonction des données personnelles stockées. L'organisme mettait logiquement en avant le fait qu'il reste compliqué de créer une taxe au niveau national, c'est-à-dire ne touchant que les entreprises étrangères.

A lire également
Soyez toujours courtois dans vos commentaires.
Respectez le réglement de la communauté.
0
0

Actualités du moment

Solar Impulse 2 : l'avion à énergie solaire entame son tour du monde
La publicité débarque sur Instagram en France, mais discrètement
Google travaillerait sur une version d'Android focalisée sur la réalité virtuelle
Raptr signe un partenariat avec Intel, pour des jeux toujours optimisés
Brevets Android : Microsoft s’attaque à Kyocera
TechnoFounders va transformer les innovations en start-up
Free organise un keynote surprise demain mardi
Apple Watch : les attentes du keynote Spring Forward de ce soir
Nom de Zeus, c'est la revue de Web !
On Refait le Mac : Samsung Galaxy S6, comme un air d'iPhone...
Haut de page