La taxe sur les données stockées par les "géants américains" revient

09 mars 2015 à 11h25
0
Un rapport présenté au gouvernement préconise d'instaurer de nouvelles taxes contre les sociétés qui détiennent les données personnelles des internautes. L'idée est de cibler en particulier les entreprises américaines comme Google ou Facebook.

L'idée de taxer les entreprises américaines en fonction des informations personnelles qu'elles détiennent sur les internautes refait surface. Un rapport remis ce mardi au gouvernement préconise à nouveau de mettre à contribution ces « géants du Web ». Pas moins de dix économistes se sont penchés sur la question et proposent de cibler certains prélèvements.

0190000003052790-photo-disque-dur-perte-de-donn-es.jpg


Selon le JDD, le but de l'une de ces nouvelles taxes est qu'elle soit « fondée sur l'activité de la plateforme, mesurée par le nombre d'utilisateurs sur le territoire national, ou sur le flux de données échangées ». Ces derniers éléments permettraient de cibler les plateformes les plus importantes.

Toutefois, ce prélèvement toucherait l'ensemble des entreprises qui collectent des informations personnelles, y compris les françaises. Second point, certaines de ces sociétés ne justifient pas toujours d'une domiciliation fiscale claire sur notre territoire. Elles pourraient donc à nouveau optimiser le paiement de leurs impôts en ne déclarant qu'une activité faible en France.

Un rapport suite à... un rapport

L'idée de venir taxer le patrimoine immatériel des entreprises a déjà été évoquée par le passé. Parmi les propositions issues du rapport Colin et Collin figurait nommément l'idée d'instituer un principe de taxation en fonction de leur activité.

Le document préconisait ainsi d'établir une fiscalité liée à l'exploitation des données issues du suivi régulier et systématique de l'activité des utilisateurs sur le territoire. L'idée était de mettre en place un principe similaire à celui du pollueur-payeur. Etaient alors visées les sociétés qui « exercent en réalité une forme de captation exclusive des données qu'elles collectent, notamment en ménageant des obstacles de fait à la portabilité et à la réutilisation personnelle de ces données par les utilisateurs eux-mêmes ».

En dépit de ce positionnement novateur, le Conseil national du numérique avait émis des réserves quant à ce principe de taxation en fonction des données personnelles stockées. L'organisme mettait logiquement en avant le fait qu'il reste compliqué de créer une taxe au niveau national, c'est-à-dire ne touchant que les entreprises étrangères.

A lire également
Modifié le 01/06/2018 à 15h36
0
0
Partager l'article :

Les actualités récentes les plus commentées

Microsoft bloque la mise à jour de Windows 10 (mai 2020) sur de nombreux appareils
Pour le patron de Take Two (GTA, BioShock), Stadia est une déception
Microsoft licencie des dizaines de journalistes, remplacés par des robots
Citroën prépare une nouvelle berline hybride haut de gamme pour 2021
Le plus gros avion électrique de la planète a réussi son premier vol
Davantage d'animaux sauvages : la solution pour réconcilier éleveurs et loups ?
La Poste déploie l'Identité Numérique, un service pour se connecter à 700 services avec un identifiant unique
Sony reporte son événement dédié à la PS5 et soutient le mouvement de contestation en cours aux USA
Les employés de Facebook s'insurgent contre le refus de Zuckerberg de censurer les posts de Donald Trump
ITER : le premier élément du Tokamak est installé
scroll top