Accès aux données de connexion : le décret de la LPM est publié

31 décembre 2014 à 17h14
0
Un décret venant préciser les modalités permettant aux pouvoirs publics d'accéder à des informations sur les internautes, dans le cadre de la lutte contre le terrorisme, a été publié. Un texte dont la portée été réduite suite à de nombreuses critiques.

En décembre 2013, la loi de programmation militaire (LPM) était promulguée. Ce texte est venu renforcer les prérogatives des pouvoirs publics en matière de surveillance, de lutte et de prévention de la criminalité. Les mesures qu'il contient avaient en point de mire la lutte contre le « terrorisme, la délinquance organisée ou la préservation du potentiel scientifique et économique de la France ».

0190000005904630-photo-s-curit-authentification.jpg


L'article 20 (ex-article 13) de ce texte avait soulevé de nombreuses critiques. La disposition précisait que certains services administratifs (Police, Gendarmerie ou ministères de l'économie et du budget, de la sécurité intérieure et de la Défense) pouvaient accéder à des données de connexion d'utilisateurs. Un recours prévu dans la loi sans qu'un juge n'intervienne.

A l'époque, le texte évoquait des données relatives à la localisation des équipements terminaux utilisés ou encore la liste des numéros appelés et appelant, la durée et la date des communications... comme des informations pouvant être communiquées. Un décret d'application devait toutefois être publié afin de savoir quelles données sont clairement visées.

La Cnil reste inquiète

Ce décret a été publié au Journal officiel le 26 décembre dernier. Il précise que les données concernées sont celles qui permettent d'identifier un utilisateur. On retrouve ainsi des informations relatives à son équipement (quels terminaux utilisés), la date, durée de ses communications mais encore les personnes avec qui il communique.

Selon Les Echos, le décret devait en premier lieu autoriser la collecte de davantage d'informations sur les internautes. La Cnil a cependant réitéré ses critiques à l'égard du texte de loi et a demandé à ce que le décret ne puisse pas permettre à une utilisation abusive des identifiants de connexion des internautes. Le décret fait donc uniquement référence à d'autres articles de lois déjà existants.

Malgré ce point, la loi autorise désormais les services de renseignements à demander aux opérateurs d'effectuer un recueil très régulier des informations sur certains de leurs abonnés. Un point qui inquiète la Cnil. L'autorité met à ce titre en garde le gouvernement quant au risque que de nouveaux services publics puissent, à l'avenir, avoir accès à ce type d'informations.



A lire également
Modifié le 01/06/2018 à 15h36
Soyez toujours courtois dans vos commentaires.
Respectez le réglement de la communauté.
0
0

Actualités du moment

Samsung : un Ultrabook 12,2 pouces de 950 g et un tout-en-un incurvé
2015 : vers une croissance des OS mobiles alternatifs grâce aux primo-accédants ?
Samsung adoptera massivement Tizen... sur ses TV connectées
Le smartphone Palm ferait son grand retour avec Alcatel OneTouch
Les SMS en baisse pour les voeux du Nouvel An
Le SDK de Xbox One en fuite sur la Toile
Windows Phone : Microsoft renforcera ses dialogues avec les éditeurs d'applications
Livraison à domicile : Instacart lève 210 millions de dollars
FSP lance la plus écologique des petites alimentations PC
Un nouvel incubateur pour start-up bientôt livré à Paris, aux entrepôts MacDonald
Haut de page