Philippe Marini repart en guerre contre la fiscalité de Google, Apple, Facebook, Amazon

19 juillet 2012 à 12h32
0
Le dépôt de la proposition de loi avait été annoncé en février dernier, elle est désormais sur la table du Sénat. Le sénateur Marini retente à nouveau de taxer les géants du Net installés dans certains Etats européens où la fiscalité leur est plus avantageuse.

00FA000004950092-photo-p1040426.jpg
Depuis plusieurs années, certaines firmes américaines comme Google, Apple, Facebook et Amazon ont fait le choix de poser leurs valises en Europe et d'implanter leurs QG dans quelques pays de l'Union Européenne. Le choix d'Etats comme l'Irlande (Google) ou le Luxembourg (iTunes, Amazon) a alors été motivé par des considérations fiscales.

En effet, ces « géants » profitent d'un régime fiscal favorable et déclarent l'ensemble de leurs revenus dans ce même pays. Par exemple, un titre acheté sur iTunes par un consommateur français ne sera pas taxé par la TVA française mais sera soumis aux règles du Luxembourg. Pour le sénateur Marini, cette stratégie d'optimisation fiscale crée un manque à gagner croissant pour l'Economie française de l'ordre de 600 millions d'euros par an.

Dans sa proposition de loi dévoilée par Les Echos, Philipe Marini (UMP), déjà auteur de la « Taxe Google », présente un nouveau texte sur lequel les élus devront plancher. Il rappelle qu'en matière de TVA, au 1er janvier 2015, ce type de prélèvement devra être réglé dans le pays où l'achat est effectué. Toutefois, un régime transitoire pourra être appliqué jusqu'en 2019. Une période pendant laquelle « une partie de la TVA continuera à être perçue par le pays du prestataire », précise-t-il.

Il explique ainsi que la « neutralité du net ne doit pas conduire à créer des zones franches d'évasion fiscale pour de grands groupes qui se parent de toutes le vertus mais qui se livrent dans le même temps à des comportements de pure optimisation discale et d'utilisation commerciale des données personnelles, en se gardant bien d'en assurer la totale transparence ».

Taxer la publicité en ligne, le commerce électronique et la VoD

Outre la mise en place d'une « obligation de déclaration d'activité par les acteurs de services en ligne basés à l'étranger » (qui seraient contraints de nommer un représentant fiscal en France), le sénateur souhaite introduire de nouvelles taxations touchant l'industrie numérique.

Dans cette optique, l'actuelle taxe portant sur la publicité diffusée en radio et TV réglée par les régies publicitaires pourrait être transposée à Internet. Ces régies devraient alors devoir à payer cette taxe en fonction des sommes réglées en amont par les annonceurs. Ces derniers seraient donc touchés indirectement par la taxe (à la différence de la « Taxe Google » qui les ciblait directement) et leurs contributions seraient calculées en appliquant un taux maximal de 1 %.

La vidéo à la demande est également concernée puisque le sénateur Marini demande à ce que les sociétés étrangères du secteur, au même titre que les acteurs français, soient soumises à des impositions identiques.

Reste au sénateur Marini à convaincre les élus et professionnels du secteur à convaincre du bien-fondé de sa démarche. Certains d'entre eux comme l'IAB France (Interactive Advertising Bureau) ont déjà montré leur défiance face à ces initiatives en expliquant qu'il serait improductif d'alourdir la charge fiscale de l'ensemble des acteurs du numérique. L'organisme rappelait qu'une part « importante du modèle économique actuel d'Internet repose sur la publicité en ligne ». Une cible de choix donc.
Modifié le 01/06/2018 à 15h36
0
0
Partager l'article :

Les actualités récentes les plus commentées

Voitures électriques : le réseau de chargeurs Ionity facturera désormais au kWh
HP désactive vos cartouches d’encre à distance en cas de résiliation à son service d’abonnement
Taxation du numérique : après une discussion Macron/Trump, la taxe provisoirement suspendue
Démarchage téléphonique : plusieurs associations lancent une pétition pour y mettre fin
La police va pouvoir extraire toutes les données de vos smartphones en 10 minutes chrono
Réforme de l'audiovisuel : du cinéma chaque jour de la semaine sur les chaînes gratuites ?
La baisse de prix sur les cartes graphiques Nvidia GeForce RTX 2060 est officielle !
Netflix se bat contre Disney+ à coup de Google Trends : The Witcher y exploserait The Mandalorian
Découvrez en vidéo le face-à-face Drako GTE vs Tesla Model S P100D
Pour le patron d'Air France-KLM, la taxe carbone sur les billets d'avion sera contre-productive

Notre charte communautaire

1. Participez aux discussions

Nous encourageons chacun à exprimer ses idées sur les sujets qui l'intéressent, et à faire profiter l'ensemble de la communauté de son expertise sur un sujet particulier.

2. Partagez vos connaissances

Que vous soyez expert ou amateur passionné, partagez vos connaissances aux autres membres de la communauté pour enrichir le niveau d'expertise des articles.

3. Échangez vos idées

Donnez votre opinion en étayant votre propos et soyez ouverts aux idées des autres membres de la communauté, même si elles sont radicalement différentes des vôtres.

4. Faites preuve de tolérance

Qu'il s'agisse de rédacteurs professionnels ou amateurs, de lecteurs experts ou passionnés, vous devez faire preuve de tolérance et vous placer dans une démarche d'entraide.

5. Restez courtois

Particulièrement lorsque vous exprimez votre désaccord, critiquez les idées, pas les personnes. Évitez à tout prix les insultes, les attaques et autres jugements sur la forme des messages.

6. Publiez des messages utiles

Chaque participation a vocation à enrichir la discussion, aussi les partages d'humeurs personnelles ne doivent pas venir gêner le fil des échanges.

7. Soignez votre écriture

Utilisez la ponctuation, prohibez le langage SMS et les majuscules, relisez-vous afin de corriger un peu les fautes de frappe et de français : trop de fautes n’engagent ni à lire le message, ni à répondre à une question.

8. Respectez le cadre légal

Ne publiez pas de contenus irrespectueux, racistes, homophobes, obscènes ou faisant l'apologie de courants radicaux, qu'ils soient politiques ou religieux. N'utilisez pas plusieurs comptes utilisateurs.

9. Ne faites pas de promotion

Ne profitez pas d'une discussion pour faire la publicité d'un produit, d'un service ou même de votre site web personnel.

10. Ne plagiez pas

Exprimez uniquement vos opinions ou partagez des idées en citant vos sources.

scroll top