Badges, clés de voiture, signatures : tout ce que le mobile NFC va remplacer

Alain Clapaud
03 octobre 2014 à 10h36
0
L'arrivée du NFC sur l'iPhone va booster les applications du sans contact dans bien d'autres domaines que celui du paiement. L'impact sur les transports publics, la sécurité des accès, la billetterie ou l'automobile pourrait être majeur.

Le contrat est majeur pour le français Gemalto. China Mobile va proposer des cartes compatibles NFC à ses abonnés. La première application sera déployée dans les transports publics chinois. Les 800 millions d'usagers vont pouvoir passer les portiques du métro de Beijing grâce à la puce NFC de leur mobile. Le champion français de la carte à puce peut se frotter les mains, la généralisation des puces NFC dans les smartphones va faire exploser le nombre d'applications sans contact. Celles-ci vont très probablement démocratiser le NFC, bien avant le paiement sans contact qui peine toujours à décoller.

01C2000007651171-photo-la-technologie-de-gemalto-sera-pr-charg-e-sur-les-cartes-sim-de-china-mobile-avec-l-application-de-transport-de-p-kin.jpg

Le badge d'accès bientôt remplacé par le smartphone

« Le paiement représente l'application NFC la plus mature aujourd'hui, suivie de près par le transport estime Murièle Rouyer, vice-présidente NFC de Gemalto. D'autres usages tendent néanmoins à se développer rapidement, comme l'accès aux bâtiments ou la validation des tickets d'entrée aux concerts, stades ou aux cinémas. » Le smartphone fossoyeur de la carte d'accès ? C'est une réalité notamment dans le tout récent Campus construit par SFR près du Stade de France. 2.000 personnes travaillent sur ce site et elles peuvent aller et venir dans le bâtiment grâce à leur smartphone.

000000FA07651269-photo-acc-s-au-campus-sfr.jpg
000000FA07651271-photo-acc-s-nfc-au-campus-sfr.jpg


L'intérêt pour l'entreprise est évident : tout le monde est aujourd'hui habitué à conserver précieusement son smartphone avec soi pour rester joignable à tout moment. Chacun veille à ne surtout pas l'oublier ou le perdre, alors qu'en moyenne, le taux de perte d'un badge d'accès oscille entre 20 et 30% par an !
Autre atout du smartphone NFC, il est possible d'y cumuler différents services : accès aux locaux, au restaurant d'entreprise, mais aussi authentification sur le poste de travail et signature électronique des messages confidentiels. Pour l'entreprise, un même logiciel est capable de gérer les puces NFC intégrées aux smartphones modernes et, lorsque ceux-ci en sont dépourvus, celles des cartes SIM compatibles NFC.

De multiples applications grand public en préparation

En grands promoteurs de la technologie, SFR, Orange, Swisscom, Telus et Gemalto sont évidemment les premiers à déployer la gestion des accès via les mobiles NFC de leurs salariés. Mais les flottes de mobiles d'entreprises sont encore rarement équipées de cartes SIM NFC. Comme souvent, ce sera par les applications grand public que le sans contact devrait se populariser en priorité. 78 millions de cartes SIM compatibles NFC ont été livrées dans le monde en 2013 selon la SIMalliance et les opérateurs français sont plutôt bien placés. Si on ajoute les smartphones Android, Windows Phone ou BlackBerry et enfin la nouvelle génération d'iPhone, lorsqu'Apple aura ouvert ses API NFC, un fournisseur de service sans contact peut d'ores et déjà toucher un grand nombre d'utilisateurs potentiels.

000000C307651311-photo-continental-car-sharing.jpg
000000C307651315-photo-continental-car-sharing.jpg


« Le NFC trouvera sa place dans le secteur automobile » estime Murièle Rouyer. La plupart des modèles récents démarrent déjà sans avoir à introduire de clé dans la serrure. « Bientôt, nous n'aurons plus de clés physiques, elles seront dématérialisées sur le téléphone. Les premiers acteurs de cette révolution seront les loueurs de voitures, notamment pour la mise en place de services de car-sharing. » Ainsi, l'équipementier allemand Continental propose déjà cette solution aux constructeurs.

000000FA07651345-photo-hotel-teliasonera-ouverture-nfc.jpg
000000FA07651347-photo-hotel-teliasonera-ouverture-nfc.jpg


Autre champ d'application prometteur, le secteur hôtelier. Depuis plusieurs années, la technologie est au point. L'hôtel Clarion de Stockholm menait le premier pilote dès 2010 avec la technologie du norvégien Assa Abloy et l'opérateur Telia Sonera. Beaucoup d'hôtels ont déjà installé des serrures NFC aux portes des chambres de leurs établissements. La généralisation du NFC dans les smartphones leur évitera de distribuer les cartes d'accès lors du « check-in ». Paradoxalement, cette dématérialisation de la carte d'accès intéresse autant l'hôtellerie de luxe que les chaînes low-cost. Les premiers le proposeront à leurs meilleurs clients comme moyen d'accéder directement à la chambre sans passer par la réception. A l'opposé, l'hôtellerie low-cost y voit une solution pour se passer totalement de personnel d'accueil, l'application débloquant la porte de la chambre après paiement en ligne.

En Asie, le concept est poussé encore plus loin. Ce sont les appartements individuels qui sont aujourd'hui dotés de serrures sans contact. C'est notamment le cas en Corée du Sud où si l'on perd son smartphone, non seulement on ne peut plus appeler, mais on ne peut plus prendre le métro, ni rentrer chez soi.

Modifié le 01/06/2018 à 15h36
0
0
Partager l'article :

Les actualités récentes les plus commentées

Pour le patron de Take Two (GTA, BioShock), Stadia est une déception
« Il est temps de briser Amazon » : quand Elon Musk se paie Jeff Bezos
La Maison-Blanche s'en prend aux pays qui taxent les géants numériques américains
Microsoft licencie des dizaines de journalistes, remplacés par des robots
Citroën prépare une nouvelle berline hybride haut de gamme pour 2021
L'Allemagne impose une borne de recharge pour véhicules électriques dans chaque station-service
Gaia-X : le projet européen de cloud computing visant à concurrencer la Silicon Valley se précise
La Poste déploie l'Identité Numérique, un service pour se connecter à 700 services avec un identifiant unique
Les employés de Facebook s'insurgent contre le refus de Zuckerberg de censurer les posts de Donald Trump
ITER : le premier élément du Tokamak est installé
scroll top