Bull publie de bons résultats mais impute 34,5 millions d'euros à sa filiale Amesys

Olivier Robillart
Publié le 17 février 2012 à 15h20
Le groupe français vient de publier ses résultats financiers pour l'année 2011. Bull affiche certes 1,3 milliard d'euros de chiffre d'affaires mais fait porter une charge de 34,5 millions d'euros à sa filiale Amesys critiquée pour avoir passé contrat avec le régime libyen de l'ex-dictateur Mouammar Khadafi.

00FA000004485004-photo-logo-bull.jpg
Bull annonce avoir réalisé l'an dernier 1,3 milliard d'euros de chiffre d'affaires, ce qui représente une hausse de 4,6 % par rapport à 2010. La firme précise que sa division Computing a généré 807,8 millions d'euros et connait une augmentation de 5,7%. De même, Bull se félicite de la hausse de son activité dans le secteur des « Business Integration Solutions » en hausse de 3,2 % pour 312,9 millions de chiffre d'affaires. Enfin, dernier poste en croissance significative, Bull rappelle la vente de 2 supercalculateurs en France ainsi qu'au Japon.

Philippe Vannier, p-dg du groupe ajoute : « La mise en place de notre plan stratégique BullWay porte ses fruits et permet à Bull de confirmer ses objectifs à moyen terme, malgré le contexte mondial incertain. L'excellence technologique du Groupe et de ses équipes s'est illustrée cette année avec l'installation de deux supercalculateurs pétaflopique sur deux continents dans des délais record, performance unique au monde en 2011 ».

Par contre, Bull fait porter une charge de 34,5 millions d'euros à sa filiale Amesys. Le groupe invoque « la révision des perspectives d'activité telle que décrite précédemment et de nouvelles dispositions fiscales limitant l'utilisation de reports déficitaires ». Du coup, son résultat opérationnel s'établit désormais à 5,4 millions d'euros seulement contre 24,6 millions d'euros en 2010.

Les marchés n'ont semble-t-il pas apprécié la mesure et l'action a chuté de 3,1 % en bourse. Cette sanction est la conséquence des critiques formulées à l'encontre de la société Amesys qui avait été accusée d'avoir vendu au régime libyen plusieurs services permettant de surveiller l'ensemble des réseaux Internet et téléphonique du pays.
Olivier Robillart
Par Olivier Robillart

Mêler informatique, politique et journalisme tu essaieras ! Voilà ce que m'a demandé un jour un monsieur ridé tout vert qui traînait dans un square en bas de mon immeuble. J'essaie désormais de remplir cette mission en tant que rédacteur pour Clubic. Je traite principalement de politique numérique tout comme de sécurité informatique et d’e-Business. Passionné de Star Wars, de Monster Hunter, d’Heroic Fantasy et de loisirs numériques, je collabore régulièrement à de multiples projets vidéo de la rédaction. J’ai également pris la fâcheuse habitude de distribuer aux lecteurs leur dose hebdomadaire de troll via la Clubic Week.

Vous êtes un utilisateur de Google Actualités ou de WhatsApp ?
Suivez-nous pour ne rien rater de l'actu tech !
Commentaires (0)
Rejoignez la communauté Clubic
Rejoignez la communauté des passionnés de nouvelles technologies. Venez partager votre passion et débattre de l’actualité avec nos membres qui s’entraident et partagent leur expertise quotidiennement.