Sony : les ventes de TV ont grevé les résultats ce trimestre

Par
Le 02 novembre 2012
 0
Toujours en proie à un manque de rentabilité sur le secteur des téléviseurs, en plus d'une concurrence forte de Samsung et LG, Sony n'est pas parvenu, ce trimestre, à endiguer la chute de sa division TV.

00dc000005494417-photo-sony-tv.jpg
Au deuxième trimestre encore, le chiffre d'affaires du géant de l'électronique grand public, Sony, évolue peu. Chiffré à 16 milliards d'euros (1 605 milliards de yens), il a progressé de 1,9% sur un an, et ressort en hausse de 500 millions d'euros comparé au début de l'exercice. C'est en fait plus le résultat de la consolidation de Sony Mobile que celui d'une augmentation des ventes. Sur le plan des bénéfices, après avoir accusé une perte nette de 15,5 millions d'euros l'an passé à la même période, la société publie ici un résultat positif de 300 millions d'euros (30,3 milliards de yens).

Précisons que les résultats 2011 avaient été alourdis par des charges exceptionnelles. Sony avait en effet amorti d'importantes charges liées à la cession de 50% de ses parts dans la co-entreprise de dalles LCD qu'il détenait avec Samsung. Par ailleurs, l'embellissement des résultats de septembre sont en partie imputables aux primes d'assurances touchées par la société, suite aux dégâts subis sur ses sites de production en Thaïlande après les inondations de 2011. Car, globalement, les ventes de Sony ont en réalité peu évolué de juillet à septembre.

Comme au précédent trimestre, les ventes de téléviseurs ont dévissé de 25% sur un an, à 2,3 milliards d'euros. Toujours lésé par la vigueur de la monnaie japonaise qui pénalise la marque à l'export, Sony souffre également de la concurrence d'acteurs sud-coréens comme Samsung et LG, qui tirent un avantage compétitif sur les prix. Également en difficulté, la branche caméscopes et appareils photos a glissé de 16,7% sur la période, pour atteindre les 1,6 milliard d'euros de recettes.

Rappelons que Sony a pris acte des mauvaises performances de ces deux branches. Le 19 octobre, le nippon annonçait, outre le licenciement de 2 000 personnes, la fermeture d'une usine d'objectifs pour appareils photo ainsi que le « transfert d'employés », environ 20%, hors de certains sites de productions de téléviseurs.

00c8000005049246-photo-sony-mobile-xperia-neo-l.jpg
Des espoirs du côté de la mobilité

La division jeux vidéo s'affiche également en nette baisse, avec un chiffre d'affaires de 1,4 milliard d'euros sur la période, soit 15,8% de moins qu'en 2011 à la même époque. Sony explique ce résultat par la baisse des ventes de la PlayStation 3, alors que le recul de la PSP ne serait que partiellement compensé par les ventes de la PlayStation Vita.

Pour ce qui est de la branche mobile, elle ressort en hausse de 112% sur un an à 2,9 milliards d'euros, une progression qui est en réalité mécanique, en raison de la consolidation de Sony Mobile après le rachat de la moitié de la co-entreprise Sony Ericsson. Dans ce domaine aussi, le groupe japonais va supprimer 1 000 emplois dans l'ancien siège social basé en Suède, en cours de déménagement au Japon. Jugée prometteuse par le p-dg du groupe, Kazuo Hirai, la division mobile devrait malgré tout bénéficier de plus de ressources à l'avenir.

Sur l'ensemble de l'année, Sony a revu à la baisse ses prévisions de chiffre d'affaires de 2 milliards d'euros, et s'attend désormais à 63,7 milliards d'euros, pour un bénéfice attendu aux alentours de 200 millions d'euros. En somme, le nippon compte terminer son année fiscale dans le vert, un objectif qu'il espère atteindre notamment en réduisant ses coûts via un vaste plan de restructuration.


0230000005494427-photo-sony-2q2012.jpg
Modifié le 01/06/2018 à 15h36

Les dernières actualités Sony

scroll top