Patrick Drahi : "Avec le rachat de SFR, la marque Numericable va disparaître"

01 juin 2018 à 15h36
0
«L'avenir commence aujourd'hui». Numericable veut écrire son histoire avec SFR en présentant ses objectifs pour le futur. Le nouvel ensemble entend investir dans le très haut débit tout en proposant des offres cumulant l'Internet fixe et mobile.

0118000007238496-photo-eric-denoyer-pdg-numericable-group-gauche-patrick-drahi-pr-sident-altice.jpg
Numericable veut s'inscrire comme un «champion français du très haut débit et de la convergence fixe-mobile». Pour expliquer cette volonté, Patrick Drahi, Président du groupe Altice et Eric Denoyer, p-dg de Numericable Group ont convié la presse à assister à la naissance prochaine d'un nouvel ensemble sur le marché des Télécoms.

Le groupe Altice (propriétaire de Numericable) est entré en négociations exclusives avec Vivendi en vue de procéder à l'acquisition de SFR. Jouant la carte de la communication, les dirigeants ont présenté leur stratégie et tenu à faire comprendre que l'opération va placer le câblo-opérateur dans une position stratégique. Ce dernier sera en effet en mesure de proposer des offres de très haut débit dans le fixe et le mobile.

«La convergence entre le fixe et le mobile est une grande évidence [...] nous allons donc offrir non seulement des services mobiles mais également faire converger l'ensemble de nos offres sur ce modèle», explique Patrick Drahi. «Nos services sont complémentaires entre SFR et Numericable», ajoute-t-il. Le dirigeant souhaite donc établir des « synergies » et entend mener son action sur plusieurs points.

Des nouvelles offres fixe-mobile

L'idée est désormais acquise. Si Numericable et SFR célèbrent effectivement leur union, le câblo-opérateur sera détenteur d'un réseau mobile et fixe couvrant le territoire. Il disposera en outre d'un panel de technologies fixe (fibre, câble, VDSL, ADSL) et mobiles (2G, 3G, 4G) complet.

«Auparavant, les offres du câble ressemblaient à des menus chinois», ironise Patrick Drahi. Son objectif est donc de proposer des offres d'Internet fixe couplées à du mobile en jouant sur les capacités de chaque réseau comme les débits que proposent le câble, la fibre chez SFR ou bien encore le réseau 4G de ce dernier (1 489 antennes en France au 1er mars 2014).

Les forfaits devraient donc, dans un premier temps, demeurer sur une base tarifaire similaire. Toutefois, l'opérateur proposera des options (TV, mobile...) censées attirer de nouveaux clients.

La marque Numericable va disparaître au profit de SFR

00FA000007185516-photo-sfr-numericable.jpg
Des changements « visibles » sont à prévoir puisque la marque Numericable disparaîtra au profit de SFR. L'objectif est de créer une marque forte, présente sur l'ensemble des marchés des Télécoms et capable de séduire d'autres opérateurs, notamment virtuels.

Numericable va donc très rapidement tenter de créer d'autres marques avec des distributeurs tiers (à l'image de Bouygues et Darty). Là encore, l'idée du groupe est de battre la concurrence (Bouygues et Orange) sur son propre terrain tout en conservant une présence physique sur le territoire.

C'est pourquoi la société indique qu'elle ne compte pas fermer les boutiques Numericable. «Nous avons 140 boutiques dont on va changer la marque et les produits Numericable seront présents dans les boutiques SFR», précise Patrick Drahi. La direction préfère donc parler de mutualisation de synergies plutôt que de fermetures ou de restructurations dans les équipes du groupe.

«Nos équipes de commerciaux et celles de SFR étaient parfois en concurrence sur certains dossiers, nous allons désormais pouvoir redéployer ces effectifs». La direction prévoit même de nouvelles embauches « d'ingénieurs-commerciaux », principalement dans sa branche dédiée aux offres pour les professionnels (Completel) dans les mois à venir.

Numericable propose 11,75 milliards d'euros malgré des dettes

Toujours est-il que la première mesure de Numericable devrait être un investissement dans les réseaux. La direction du groupe promet de mettre la «main à la poche» à hauteur de 3 milliards d'euros en portant sa capacité d'investissement (CAPEX) à 20% de son chiffre d'affaires. Dans un contexte dans lequel les revenus du mobile continuent de s'affaisser, les nouvelles ressources du groupe iront donc en direction des réseaux fixes. «La première chose que nous allons faire, c'est interconnecter notre réseau a la fibre de SFR. C'est facile à faire», explique Eric Denoyer, p-dg de Numericable Group.

Pourtant, Numericable restera alourdi par une dette propre de 2,5 milliards d'euros à laquelle il faudra ajouter les 6 milliards de SFR. Un point pour lequel Patrick Drahi ne paraît pas inquiet. «Il s'agit d'une dette à long terme, à l'horizon 2022-2024. D'ici là, la structure financière du groupe sera, depuis bien longtemps, assainie», conclut-il.

En attendant, d'autres rendez-vous attendent Numericable. Si Vivendi accepte la proposition de l'opérateur, il devra verser 11,75 milliards d'euros en numéraire et avoir l'accord des responsables du personnel et de l'Autorité de la concurrence. Le chemin est donc encore long avant de célébrer officiellement cette nouvelle naissance.

Pour en savoir plus
  • Rachat de SFR par Numericable : qui perd, qui gagne ?

Soyez toujours courtois dans vos commentaires.
Respectez le réglement de la communauté.
0
0

Actualités du moment

Jonathan Ive au Sunday Times : le designer d'Apple se livre
De fausses alertes pour le vol MH370 se propagent sur les réseaux sociaux
Les frais de livraison découragent les consommateurs en ligne
Bon plan : jusqu'à 35 euros remboursés à l'achat d'un processeur Intel et d'une carte mère Asus
Bouygues propose sa Bbox Pro Ultra pour 44,90 euros par mois
Pourquoi le piratage ne cesse de progresser ?
Microsoft OneNote gratuit pour tous, OneNote pour Mac disponible
Messagerie : LINE s'essaie à la VoIP vers les lignes fixes et mobiles
Avec AppStream, Amazon veut favoriser l'essor du cloud gaming
Chrome : après le Pwn2Own Google déploie déjà des correctifs
Haut de page