Alcatel-Lucent : un vaste plan de suppressions d'emplois est présenté

08 octobre 2013 à 09h06
0
Un nouveau plan concernant l'emploi devrait être présenté à la direction d'Alcatel-Lucent. L'équipementier prévoit à ce titre la suppression de 15 000 postes à travers le monde dont 900 en France.

00FA000005471737-photo-alcatel-lucent-logo.jpg
Alcatel-Lucent devrait procéder à de nouvelles suppressions de postes en présentant auprès du comité d'entreprise un nouveau plan de restructuration. Ce mouvement est de taille puisqu'il concerne 15 000 emplois à travers le monde. En France, 900 départs sont programmés avec en sus, l'ouverture d'un second volet concernant également 900 personnes soit par le biais de mutations ou par l'externalisation de certains postes, précisent Les Echos et Le Figaro.

Dans le même temps, l'équipementier compte créer d'autres emplois en évoquant 5 000 nouveaux postes dans le monde. 200 embauches sont également évoquées en France notamment sur la R&D et la mobilité.

Un tel plan est prévisible au regard de la situation dans laquelle se trouve le groupe. En début d'année, Alcatel-Lucent annonçait avoir subi une perte d'exploitation de 125 millions d'euros, principalement causée par un déficit de 149 millions de l'activité Réseaux. L'équipementier doit aussi composer avec une dette de taille, évaluée à 2,2 milliards d'euros d'ici 2015. Il applique également déjà un plan de restructuration baptisé « Performance », devant lui permettre de supprimer 5 500 postes et économiser 1,25 milliard d'euros.

Ainsi, en septembre dernier, Michel Combes, p-dg du groupe insistait sur le fait qu' « un ajustement de la structure de coûts de l'entreprise dans l'ensemble des pays, est nécessaire ». Le dirigeant annonçait à ce titre mener des discussions avec les partenaires sociaux afin de présenter une annonce sur l'emploi cet automne.

Si les sites de Villarceaux (R&D) et Lannion (mobile et les réseaux) semblent épargnés par ce nouveau volet, les points de Toulouse et Rennes devraient fermer. D'autres seront relocalisés (Paris Suffren) ou cédés (Ormes) mais certaines implantations font encore débat comme le site d'Orvault près de Nantes. Enfin, les activités Entreprise et Câble sous-marin semblent épargnées par ces mesures.
Modifié le 01/06/2018 à 15h36
0
0
Partager l'article :

Les actualités récentes les plus commentées

La Model 3 échoue lors d'une démonstration de son système de freinage autonome
Orange : un forfait 5G avec data illimitée pour 80 euros par mois pourrait être bientôt lancé
L'énergie nucléaire continue de perdre du terrain face au solaire et à l'éolien
RTX 3080 : de nombreux bugs chez les premiers acheteurs de modèles custom (MàJ)
Le code source de Windows XP en fuite sur les réseaux
Environnement : Renault vous invite à couper votre moteur devant les écoles
Quand Jean Castex avoue spontanément ne pas avoir téléchargé StopCovid
PlayStation 5 : le gameplay de Demon's Souls montré par Sony ne tournait pas en 4K
Beyond Good & Evil 2 : une enquête lève le voile sur un développement chaotique
scroll top