Recherche : Microsoft et Yahoo! modifient leur accord

01 juin 2018 à 15h36
0
Yahoo! et Microsoft annoncent avoir modifié leur accord sur le domaine de la recherche en ligne notamment sur la gestion des liens sponsorisés.

En juillet 2009, Carol Bartz et Steve Ballmer, alors respectivement PDG de Yahoo! et Microsoft, annonçaient avoir signé un accord de dix ans dans le domaine de la recherche en ligne. Les parties s'étaient toutefois laissé une porte de sortie afin de modifier voire annuler ce contrat avant son échéance ; celle-ci a été ouverte par les dirigeants actuels.

Dans un communiqué, la PDG de Yahoo! Marissa Mayer explique ainsi : « Ces derniers mois, Satya et moi avons travaillé ensemble pour établir une révision de notre accord sur la recherche ». Cette nouvelle version apporte davantage de flexibilité à Yahoo!.

0226000007976685-photo-nadella-et-mayer.jpg

Satya Nadella et Marissa Mayer


Initialement, Microsoft pouvait intégrer les technologies de Yahoo! en matière de recherche sur Internet au sein de ses services web. Yahoo! Search pouvait pour sa part se baser sur les algorithmes de Bing. Cela permet à la société californienne de concentrer ses efforts sur la mise en page des résultats et sur le développement des technologies de marketing et de liens sponsorisés. Côté publicité et liens sponsorisés, Yahoo était chargé de la gestion des annonceurs au moyen de la plateforme Microsoft Ad Center.

Avec les nouveaux termes de ce partenariat, Yahoo! sera en mesure de personnaliser davantage la mise en page des résultats sur n'importe quelle plateforme desktop ou mobile mais l'accord porte surtout sur la gestion des liens sponsorisés.

Vers une scission de Yahoo! Search ?

Sur la majorité des recherches effectuées sur un ordinateur, le moteur de recherche Yahoo! continuera d'afficher les publicités générées par Bing Ads. C'est d'ailleurs Microsoft qui sera entièrement chargé de superviser ces annonceurs. Autant dire qu'à part l'interface utilisateur, Microsoft contrôle désormais la plateforme technique et les publicités de Yahoo sur desktop.

De son côté, Yahoo! sera exclusivement responsable de sa plateforme publicitaire Gemini et celle-ci sera donc associée aux requêtes effectuées depuis un smartphone ou une tablette, un secteur sur lequel Yahoo! multiplie les acquisitions et les investissements depuis l'arrivée de Marissa Mayer. Mis à part la plateforme technique, Yahoo! contrôle donc presque entièrement la déclinaison mobile du moteur.

A terme, Yahoo! Search pourrait tout simplement se scinder en deux entités : desktop et mobile. La firme de Sunnyvale continue ses travaux sur une plateforme qui pourrait propulser la déclinaison mobile de Yahoo! Search et venir supplanter Bing. En février dernier, Yahoo! a signé un accord de cinq ans avec l'université de Carnegie Mellon. Celui-ci vise à permettre aux chercheurs d'exploiter les données générées par les utilisateurs de Yahoo! sur le mobile puis de les exploiter en temps réel avec des algorithmes de machine learning dans le but de mieux cerner les habitudes et afin d'anticiper les besoins. Dans ce domaine, la société a racheté le launcher « intelligent » Aviate.

Rappelons au passage que Microsoft et Yahoo! courtisent tous les deux Apple pour paramétrer par défaut sur iOS leur moteur de recherche respectif. Yahoo! a déjà un temps d'avance en ayant signé avec Mozilla au mois de novembre

A lire également :
Soyez toujours courtois dans vos commentaires.
Respectez le réglement de la communauté.
0
0

Actualités du moment

Asus donne la liste de ses cartes mères compatibles NVMe
Orange met à jour ses Livebox 2 et change le mot de passe Admin (màj)
Voici les 10 plaintes les plus souvent adressées aux opérateurs
Une nouvelle bande-annonce pour Star Wars : le Réveil de la Force
Infos US de la nuit : Google lance une fonction find my phone pour Android
Star Wars Celebration : 30 heures de diffusion en direct sur Internet
Google pourrait devoir, dès la page d'accueil, proposer l’accès à 3 autres moteurs
Loi sur le renseignement : des menaces de saisine du Conseil constitutionnel
L'Apple Watch proche de la rupture de stock, selon une analyste
Dropbox : une rétribution illimitée pour la découverte de failles
Haut de page