Slack se plaint, Bruxelles enquête : Microsoft soupçonné de pratiques anticoncurrentielles avec Teams

12 octobre 2021 à 11h46
22
windows 11 teams © Microsoft
© Microsoft

La messagerie professionnelle collaborative Slack a saisi la Commission européenne en 2020. Elle reprochait en effet à Microsoft d'avoir « associé illégalement son produit Teams à la suite bureautique Office, qui a une position dominante sur le marché ».

En intégrant Teams à sa populaire suite bureautique, Microsoft s’adonne-t-il à des pratiques hégémoniques ou non ? La Commission européenne, sollicitée afin de trancher ce litige, entame ses investigations préliminaires.

Quel est l’impact d’Office 365 sur les autres messageries ? Bruxelles sonde le marché

La Commission européenne a diffusé un questionnaire aux « parties intéressées », à savoir d’autres services professionnels de discussion instantanée tels que Zoom , Google Meet et Facebook Messenger Rooms.

Ce questionnaire, consulté par l’agence de presse Reuters, se penche sur la période de 2016 à 2021. Teams est sur le marché depuis début 2017 et s’est rapidement développé durant la crise de la COVID-19. Effectivement, le logiciel compte à ce jour plus de 250 millions d’utilisateurs mensuels, contre 10 millions pour Slack.

Les logiciels concurrents ont été invités à fournir une liste des utilisateurs passés sur Microsoft Teams ou Office, la perte de revenus provoquée par cette situation ainsi que l’impact de cette perte sur les investissements dans l’innovation et la qualité de leurs produits.

Les informations communiquées permettront à Bruxelles de savoir dans quelles mesures le géant de Redmond étouffe la concurrence et abuse de sa position dominante en associant Teams à la suite bureautique Office .

Source : ITPro

Soyez toujours courtois dans vos commentaires.
Respectez le réglement de la communauté.
22
13
clockover
C’est même pire que ça maintenant puisqu’ils l’intègrent directement à Windows 11 et le truc est indétachable de la barre des tâches.
norwy
Apple fait la même chose dans sa dernière version de Mac. Slack a aussi porté sa plainte sur Apple ou ils veulent juste se farcir Microsoft ?
LoicRGP
Tu peux masquer le bouton de la barre des tâches dans les paramètres.
clockover
Ah cool merci, je n’avais pas vu cette option
Yorgmald
Détachable et même desinstallable. Donc aucun problème en soit.
smover
Est-ce qu’un OS ou une suite logicielle ne peut pas s’étoffer de nouvelles apps ?<br /> Il est évident que l’intégration de Teams dans Office et Windows a limité la croissance de Slack qui pratique des tarifs délirants pour sa solution, aussi bien soit-elle. Mais si comme ils le prétendaient longtemps ce type d’apps de collaboration est le futur des mails, pourquoi Microsoft ne pourrait pas moderniser sa suite Office et intégrer une solution qui correspond à ces nouveaux usages ? Les obliger à en faire une option payante aurait pu avoir du sens pour la concurrence mais au détriment de la valeur de l’offre pour les clients existants. Les deux points de vue se défendent.<br /> Mais ils vont avoir un peu de mal : est-ce que la gratuité de Teams pour les utilisateurs office a empêché l’extraordinaire croissance de Zoom ? Pas du tout…<br /> Concernant l’intégration dans Windows 11 c’est encore une autre histoire, mais tous les OS modernes ont leur propres solutions intégrées donc je vois mal comment on peut le reprocher à Microsoft.
clockover
Il va falloir raisonner autrement qu’au prix stricto sensus.<br /> Si la concurrence est morte et qu’il n’y a que des géants sur ce genre de marché ce n’est pas pour rien
scratch45
Faux, je l’ai désinstallé direct et il n’est plus sur la barre de tache.
HAL1
smover:<br /> Est-ce qu’un OS ou une suite logicielle ne peut pas s’étoffer de nouvelles apps ?<br /> C’est une question difficile à trancher. D’un côté on peut difficilement le leur interdire, et d’un autre il faut être réaliste et reconnaître que, quand un géant technologique lance un nouveau service, le déséquilibre avec ce que peut faire la concurrence devient fortement problématique.<br /> On l’a également vu avec Apple Music ou le comparateur de prix de Google, par exemple.<br /> Personnellement, ça ne me choque pas qu’on essaye d’empêcher ces sociétés d’intégrer leur nouveau service à d’autres sur lesquels elles sont en position dominante, et qu’on limite leurs possibilités de le mettre en avant dans leurs produits.
cirdan
«&nbsp;Les logiciels concurrents ont été invités à fournir une liste des utilisateurs passés sur Microsoft Teams ou Office, la perte de revenus provoquée par cette situation ainsi que l’impact de cette perte sur les investissements dans l’innovation et la qualité de leurs produits.&nbsp;»<br /> Je trouve ça grotesque. Pourquoi n’auraient-ils pas le droit d’intégrer Teams dans leur suite ? Si les autres logiciels du genre sont meilleurs, ils garderont leurs utilisateurs. Bientôt on va reprocher à Microsoft d’imposer un traitement de texte dans «&nbsp;Office&nbsp;».
Urleur
C’est pas W11 mais OS11 qu’il aurait dû s’appeler.
smover
Oui enfin quand les achats d’un groupe décident d’un fournisseur avec la DSI ils regardent aussi le prix hein
LightBeamOverHeaven
Ça rappelle un peu les débuts d’Internet Explorer et les plaintes qu’ils ont pris là dessus. Au final, est-ce que ça avait changé grand chose ? Me semble que Microsoft avait perdu mais ils avaient quand même pu se débrouiller pour garder Internet Explorer intégré à Windows. Ça m’étonnerait que ça ne puisse pas être différent ici. On a pas vu grand monde se plaindre lorsqu’ils ont intégré Onedrive à W10 non plus.
MattS32
Apple n’est pas en position dominante sur le marché des ordinateurs, surtout pas en entreprise.<br /> Et Apple n’a en outre pas de produit concurrent de Slack intégré à Mac OS (non, Messages n’est pas un concurrent de Slack, ça n’a rien à voir, Messages est juste une messagerie instantanée personnelle, pas un outil de communication et de collaboration professionnel).
MattS32
cirdan:<br /> Je trouve ça grotesque. Pourquoi n’auraient-ils pas le droit d’intégrer Teams dans leur suite ?<br /> Parce que la loi protège les petits face aux mastodontes (Microsoft, c’est 160 fois le CA de Slack) : quand une entreprise est en position dominante sur un marché, elle n’a pas le droit de profiter de cette position dominante pour fausser la concurrence sur un autre marché.<br /> En l’occurrence, on a deux marchés qui étaient jusqu’à présents bien distincts, notamment chez Microsoft, puisque les produits étaient séparés : les suites bureautiques d’un côté, les outils de collaboration de l’autre.<br /> Microsoft est en position dominante sur le premier de ces deux marché. Elle n’a donc pas le droit de profiter de cette position dominante pour favoriser ses produits sur le second marché. C’est pourtant exactement ce qu’elle fait en fusionnant les deux produits.<br /> cirdan:<br /> Bientôt on va reprocher à Microsoft d’imposer un traitement de texte dans « Office ».<br /> Non, pour deux raisons : d’abord parce qu’un traitement de texte est un composant standard des suites bureautiques, qui ont complètement remplacé les logiciels individuels (on ne trouve quasiment plus de traitements de texte ou de tableurs ne faisant pas partie d’une suite bureautique).<br /> Ensuite parce que à l’époque où les composants d’une suite bureautique se vendaient aussi séparément, Microsoft était en position dominante à la fois sur les suites bureautiques et sur les traitements de texte (Word était leader) et sur les tableurs (Excel leader). Intégrer Word et Excel dans sa suite bureautique n’a donc pas provoqué de distorsion de concurrence.
HAL1
LightBeamOverHeaven:<br /> Au final, est-ce que ça avait changé grand chose ?<br /> Sachant qu’Internet Explorer est mort, que la part de marché de Microsoft dans l’univers des navigateurs est passée de presque 95% à moins de 10% et, surtout, que l’entreprise – étant sous haute surveillance de la part des autorités en charge de veiller à la libre concurrence aussi bien aux États-Unis qu’en Europe – n’a pas pu renouveler avec Firefox et Chrome les stratégies qu’elle avait employées contre Netscape (en particulier faire pression sur les fabricants d’ordinateurs pour qu’ils ne l’installent pas et ré-initialiser via des mises à jours Windows, pour le mettre à Internet Explorer, le navigateur par défaut des utilisateurs qui l’avaient changé) et qui avaient incontestablement eu un impact considérable, oui, ça avait changé beaucoup de choses.
LightBeamOverHeaven
Tu dis ça comme si tout ça était arrivé d’un coup<br /> Internet Explorer a mis combien de temps à mourir après ça ? Ils se sont fait manger par Google Chrome mais ces mesures ne les avaient pas fait bouger de leur place avant un bon moment. Donc le parallèle avec Teams et Slack et leurs nombres d’utilisateurs n’est pas trop galère à faire je trouve. Cela dit c’est plus la même époque donc les choses peuvent changer beaucoup plus vite.<br /> Après vérification : l’affaire se termine définitivement en 2004 et Google dépasse IE en 2012 Q3 et passe sous les 10% de parts de marché en 2018. Donc ouais, j’ai tendance à penser que ça les a pas trop chamboulés et qu’ils ont surtout eu tendance à trop se reposer sur leur logiciel tellement ramassé par terre qu’ils ont attendu que tout le monde le remplace par quelque chose de plus fonctionnel avant d’enfin faire quelque chose. Parce que le jour où même ton papy utilise Chrome au lieu de Internet Explorer parce que le truc est pas capable d’afficher des pages aux standards du moment correctement, c’est peut être que ce qui les a fait chuter c’est pas tellement les affaires de justice mais plus leur logiciel qui est juste pas très bon
clockover
Le prix est un critère oui forcément mais pas le seul.
HAL1
LightBeamOverHeaven:<br /> Internet Explorer a mis combien de temps à mourir après ça ? Ils se sont fait manger par Google Chrome mais ces mesures ne les avaient pas fait bouger de leur place avant un bon moment.<br /> Je te laisse te renseigner un peu mieux. La domination d’Internet Explorer avait déjà été largement mise à mal, avant l’apparition de Google Chrome, par Firefox. Ce dernier ayant atteint quasiment un tiers de part de marché en 2010 et sa véritable ascension ayant commencé… aux alentours de 2005.<br /> Parts de marché des navigateurs Web en 2000 :<br /> Internet Explorer : Plus de 80%.<br /> Firefox : 0%<br /> Google Chrome : 0%<br /> Parts de marché des navigateurs Web en 2005 :<br /> Internet Explorer : 87%.<br /> Firefox : 8%<br /> Google Chrome : 0%<br /> Parts de marché des navigateurs Web en 2010 :<br /> Internet Explorer : 54%.<br /> Firefox : 31%<br /> Google Chrome : 7%
cirdan
MattS32:<br /> En l’occurrence, on a deux marchés qui étaient jusqu’à présents bien distincts, notamment chez Microsoft, puisque les produits étaient séparés : les suites bureautiques d’un côté, les outils de collaboration de l’autre.<br /> Ton raisonnement est un peu biaisé. Il part du principe qu’une entreprise abuse de sa position dominante pour étouffer la concurrence, ce qui, lorsque cela est prouvé, peut effectivement nuire au consommateur. Mais dans le cas présent, cela signifie aussi qu’on interdit à une entreprise de faire évoluer son offre alors qu’aucun bâton n’est mis dans les roues de la concurrence (contrairement à Google, par exemple, qui contrôle de A à Z le marché de la publicité).<br /> Tu te rends quand même compte qu’il y a une vraie pertinence à proposer un outil de collaboration avec une suite bureautique essentiellement axée sur le monde professionnel et dont la principale évolution, au cours des dernières années, a justement été de renforcer la collaboration.
MattS32
cirdan:<br /> Il part du principe qu’une entreprise abuse de sa position dominante pour étouffer la concurrence, ce qui, lorsque cela est prouvé, peut effectivement nuire au consommateur.<br /> Quand tu intègres sans surcoût une fonctionnalité majeure comme ça, on peut effectivement dire que le but est d’étouffer la concurrence : il n’y a aucune plus-value directe pour Microsoft au fait d’intégrer Teams dans Office, puisque compte tenu de la position d’Office sur le marché, ils ne peuvent pas compter booster les ventes d’Office en faisant ça…<br /> cirdan:<br /> Tu te rends quand même compte qu’il y a une vraie pertinence à proposer un outil de collaboration avec une suite bureautique essentiellement axée sur le monde professionnel et dont la principale évolution, au cours des dernières années, a justement été de renforcer la collaboration.<br /> Oui, c’est pertinent d’interconnecter Teams et Office. Mais cette interconnexion ne nécessite pas pour autant d’inclure Teams dans la licence Office de base (de fait, ça fait des années que Teams est «&nbsp;intégré&nbsp;» avec Office, mais avec une licence spécifique, le fait de le fournir avec la licence de base ne change strictement rien à l’usage).<br /> L’offre Office de Microsoft, ce n’est justement pas juste la suite bureautique, c’est tout un ensemble cohérent de produits liés entre eux, mais vendus séparément. À côté de la suite bureautique, il y a par exemple Exchange, Power BI, Project, Publisher, SharePoint et Visio qui viennent compléter l’offre de base Office.<br /> Garder Teams sous forme de composant optionnel ne rendrait pas l’offre moins pertinente ou moins cohérente, tout en évitant de fausser la concurrence en faveur de Teams sur le marché des outils de collaboration. En fait, elle serait toujours légèrement faussée, mais pour des raisons «&nbsp;mécaniques&nbsp;» inévitables, le fait que c’est le même éditeur, qu’il est réputé, et qu’un client satisfait d’Office aura plus facilement tendance à faire confiance à Microsoft pour un autre outil… mais ça on ne peut pas le reprocher à Microsoft, c’est normal. Par contre intégrer d’office un outil de collaboration dans Office, ça ça crée une forte distorsion de concurrence en faveur de Microsoft, surtout après qu’elle ait pendant des années séparé les deux commercialement.
bmustang
la concurrence quand elle n’y arrive pas, le recours est de saisir la commission européenne pour garder la tête hors de l’eau.
LightBeamOverHeaven
Donc non seulement t’arrives avec un vieux ton hautain à 2 balles, mais en plus c’est pour être aussi impertinent en parlant de Firefox ??<br /> Tu fais bien de t’arrêter à partir de 2010, comme par hasard dès l’instant où Firefox aussi commence à perdre en parts puisque Google les bouffe tous les deux, Firefox n’ayant jamais dépassé les 31%. M’enfin, tout pour essayer d’avoir raison hein ? Donc si ça te fait plaisir on va dire que t’as raison histoire de perdre un peu moins de temps à dire les mêmes choses <br /> Mais avant de terminer on va pousser l’exercice un peu plus loin.<br /> Parts de marché des navigateurs Web en Septembre 2021 :<br /> Chrome : 67.48%<br /> Edge : 8.68%<br /> Firefox : 8.13%<br /> Voilà comme ça, ça n’a plus rien à voir avec le sujet de base et on est bien sûr que Firefox les a vraiment mis au pied du mur quoi.<br /> Mais bon voilà, on va dire que t’as raison comme ça peut être que tu arrêteras de me fatiguer avec des petits détails réellement impertinents. Ces histoires n’ont pas empêché Microsoft d’être au top avec leur navigateur, même si ça a pu permettre à Firefox de gagner quelques parts, ils ont quand même tous les deux dégringolés quand Chrome est intervenu, c’est tout. Aujourd’hui ta grand mère sait prendre la peine d’installer Chrome ou se contente d’Edge tout comme elle se serait contentée d’Internet Explorer et elle a rien à carrer de Firefox, que ce soit dans le passé, dans le présent, ou peut être dans le futur, mais est-ce qu’on avait vraiment besoin de le savoir dans une news qui parlait de Slack et de Microsoft Teams ?? Je crois pas, et comme je considère qu’il n’y a plus grand chose à dire sur le sujet (en tout cas tu ne m’as pas convaincu du contraire), c’est très potentiellement mon dernier message sur ce fil.
MattS32
LightBeamOverHeaven:<br /> Tu fais bien de t’arrêter à partir de 2010, comme par hasard dès l’instant où Firefox aussi commence à perdre en parts puisque Google les bouffe tous les deux, Firefox n’ayant jamais dépassé les 31%.<br /> L’arrivée de Chrome montre justement encore une fois tout le mal que peut faire un abus de position dominante quand un acteur puissant sur un secteur débarque sur un nouveau secteur en profitant de cette puissance pour écraser toute la concurrence…<br /> Parce que quand le moteur de recherche n°1 te met un popup «&nbsp;Passer à Chrome - Masquez les annonces indésirables et protégez-vous des logiciels malveillants sur le Web&nbsp;» en page d’accueil quand tu le visites avec autre chose que Chrome, ben ça crée une sacré distorsion de concurrence en faveur de Chrome hein… Tout comme le fait d’imposer qu’il soit installé comme navigateur par défaut sur tous les smartphones Android certifiés (certification qui est «&nbsp;vitale&nbsp;» pour un smartphone en occident, du fait de la position dominante du Play Store sur la distribution d’applications Android…).<br /> Et on se retrouve aujourd’hui dans la même situation qu’avec IE à l’époque, Chrome fait certaines choses de façon non standard, et certains services utilisant ces fonctionnalités non standard sont du coup réservées aux utilisateurs de Chrome.<br /> Malheureusement Mozilla n’a jamais vraiment pu attaquer Google pour ça, elle en dépendait trop financièrement, et maintenant que cette dépendance est moindre, c’est un peu tard.
LightBeamOverHeaven
T’as carrément raison. Le soucis c’est qu’ensuite une fois que les tribunaux commencent à s’intéresser à ces histoires là, c’est déjà trop tard. Même si tu te décidais de sanctionner Google pour ça, ça les ferait pas bien bouger même si ça pourrait faire un peu respirer les concurrents.
HAL1
LightBeamOverHeaven:<br /> Donc non seulement t’arrives avec un vieux ton hautain à 2 balles, mais en plus c’est pour être aussi impertinent en parlant de Firefox ??<br /> Si tu ne comprends pas ce que j’écris, ce n’est pas vraiment ma faute, tu sais… <br /> LightBeamOverHeaven:<br /> Tu fais bien de t’arrêter à partir de 2010, comme par hasard dès l’instant où Firefox aussi commence à perdre en parts puisque Google les bouffe tous les deux, Firefox n’ayant jamais dépassé les 31%.<br /> Je m’arrête à 2010, car mon but était de démontrer que ton affirmation à l’emporte-pièce «&nbsp;mais ces mesures ne les avaient pas fait bouger de leur place avant un bon moment&nbsp;» était totalement fausse.<br /> Les chiffres montrent très bien qu’ils ont «&nbsp;bougé de leur place&nbsp;» avant que Google Chrome ne devienne dominant. Le fait que ce navigateur ait, ensuite, «&nbsp;bouffé&nbsp;» Internet Explorer et Firefox ne change strictement rien à la réalité qui est que le déclin d’Internet Explorer n’est pas dû à Google Chrome comme tu le prétends. Au moment où ce dernier apparaît, le navigateur de Microsoft a perdu déjà 30 points de parts de marché. Rien que ça. Un «&nbsp;détail impertinent&nbsp;» pour toi, sans nul doute.<br /> LightBeamOverHeaven:<br /> Mais avant de terminer on va pousser l’exercice un peu plus loin.<br /> Tu peux pousser l’exercice aussi loin que ça te fait plaisir et te vexer autant que tu veux, ça ne changera pas la vérité des chiffres.<br /> LightBeamOverHeaven:<br /> Mais bon voilà, on va dire que t’as raison comme ça peut être que tu arrêteras de me fatiguer avec des petits détails réellement impertinents.<br /> Toujour distrayant cette manière de qualifier de «&nbsp;petits détails&nbsp;» les éléments sur lesquels on se trompe, pas vrai ?<br /> Tu essayes de manière très maladroite de faire croire que, parce que Google Chrome domine environ deux tiers du marché des navigateurs aujourd’hui, Firefox et les condamnations en justice de Microsoft n’ont eu aucun impact sur le déclin d’Internet Explorer, commencé depuis 2005 environ, plusieurs années avant l’apparition de Google Chrome.<br /> Et, même si ça te «&nbsp;fatigue&nbsp;», le respect de la vérité et l’honnêteté intellectuelle sont quelque chose d’important.
smover
MattS32:<br /> En l’occurrence, on a deux marchés qui étaient jusqu’à présents bien distincts, notamment chez Microsoft, puisque les produits étaient séparés : les suites bureautiques d’un côté, les outils de collaboration de l’autre.<br /> Pas du tout, Outlook EST un outil de collaborations et fait partie des packages Office. C’est même l’élément central en entreprise.
MattS32
Non, Outlook est simplement un client mail/gestionnaire d’agenda.<br /> Rien à voir avec les fonctionnalités collaborative de Teams/Slack.<br /> Et je persiste, les produits étaient bien séparés chez Microsoft : Teams existe depuis 5 ans et n’était pas intégré dans la licence Office. De fait, c’était donc séparé…
smover
MattS32:<br /> Non, Outlook est simplement un client mail/gestionnaire d’agenda.<br /> Rien à voir avec les fonctionnalités collaborative de Teams/Slack.<br /> Les mails et les agendas partagés ne servent pas à collaborer peut-être ?<br /> Je sais bien que les fonctionnalités ne sont pas les mêmes, mais ça reste des outils collaboratifs au point que Slack prétendait être le futur des mails, c’est dire…<br /> Donc on n’a pas de manière tranchée d’un côté la suite bureautique et de l’autre les outils de collaborations comme tu le disais, c’est ma remarque.<br /> D’ailleurs Teams repose sur Exchange comme Outlook et dispose aussi d’un agenda…<br /> Est-ce que Teams n’est pas quelque part le futur d’Outlook si Microsoft y intègre les mails demain ?
LightBeamOverHeaven
HAL1:<br /> Si tu ne comprends pas ce que j’écris, ce n’est pas vraiment ma faute, tu sais…<br /> C’est toi qui ne comprends pas l’impertinence de ce que tu dis et tu te permet d’avoir un ton désagréable histoire de te la jouer spécialiste alors qu’encore une fois, tu es totalement impertinent comme je l’ai déjà démontré précédemment. S’il te plaît, parle lorsque tu as envie de faire avancer la discussion, pas seulement pour essayer d’avoir raison.<br /> Ce que tu fais ce n’est pas de l’honnêteté intellectuelle. Va savoir pourquoi mais tu as l’air d’avoir trouvé insupportable le fait que je grossisse le trait en disant que ça n’avait pas changé grand chose (et encore … le trait est pas si grossi que ça) puisque évidemment, cela aura permis à Firefox de gagner des parts mais ça aura mis de longues années pour Internet Explorer de descendre. Donc oui je qualifie ça de « détails », mais on va encore une fois répéter pourquoi, puisque tu as l’air d’avoir du mal à comprendre :<br /> Sans ça, est-ce qu’ils seraient restés à 99% de parts de marché ? Encore une fois j’en doute parce que comme je me tue à te le dire depuis le début, IE et Microsoft sont tombés non pas parce que Firefox a réussi à leur gratter quelques parts, mais parce que Google est venu avec un navigateur fonctionnel, répondant à des standards de l’époque tandis que IE était déjà trop vieux et fonctionnait mal, tellement mal que n’importe qui pouvait s’en rendre compte. Combiné au fait que Google a pu pousser son navigateur sur son moteur de recherche fait qu’ils ont tout explosé. C’est pas très dur à comprendre.<br /> Bon après j’avoue le truc qui aurait pu souler ça aurait été le paramètre de navigateur de base qui se reset pour se remettre sur IE, mais j’sais pas si t’as déjà vu une personne âgée utiliser un ordinateur, mais quand il veut lancer Chrome, il clique sur l’icône sur le bureau, il lance pas des fichiers html … Donc ça aurait sûrement soulé des utilisateurs ça c’est indéniable et ça traduit clairement une intention de la part de Microsoft mais je pense pas que ça aurait eu un impact suffisamment significatif pour empêcher Google de tout fumer avec Chrome.<br /> En somme, IE n’est pas tombé parce qu’ils ont eu des procès ou parce que Firefox a pu gratter un peu plus de place (places qu’ils ont perdus direct mais ça tu te gardes bien de le dire dans tes jolis tableaux … Mais c’est toi qui me parle d’honnêteté intellectuelle la grosse blague)<br /> Pour terminer on va mettre les points sur les i quand même.<br /> J’ai aucun soucis avec le fait d’avoir tort (eh oui contrairement à ce que tu pourrais penser … ). J’ai pas une fierté qui m’empêche d’accepter d’avoir tort, au contraire je vois ça comme une force qui me permet d’avancer et d’apprendre des choses, je sais que je m’enrichis auprès d’autres gens, donc lorsque quelqu’un me corrige et que je vois bien que c’est pertinent et logique, j’ai absolument aucun soucis avec ça. Cependant ta grosse erreur aura été d’être hautain et très désagréable. Je sais pas si tu t’es déjà renseigné sur comment on fait pour parler aux gens et comment on fait pour les convaincre et/ou les persuader, mais tu t’y es pris d’une des pires manières possibles, d’où le fait qu’il est facile pour moi de penser que tu parles que pour avoir ce petit plaisir malsain d’avoir raison sur un forum.<br /> Le fait d’être impertinent n’est pas un problème en soit, c’est quelque chose que l’on voit au fil de la discussion et au pire, on peut tous l’être donc y’a pas de soucis. Mais le ton sur lequel tu m’engages + ton impertinence + la blague de l’honnêteté intellectuelle (parce que j’avoue j’ai plus rigolé qu’autre chose quand j’ai lu ça ), franchement si tu pars comme ça c’est même pas la peine d’engager la conversation avec un être humain. Salut.
HAL1
LightBeamOverHeaven:<br /> J’ai aucun soucis avec le fait d’avoir tort (eh oui contrairement à ce que tu pourrais penser … ).<br /> Non non, c’est sûr, tout le monde pourra le constater. Tu persistes à affirmer (plusieurs fois dans ton dernier message) que Firefox a «&nbsp;réussi à gratter quelques parts&nbsp;» de marché, alors que j’ai démontré, chiffres à l’appui, que ce navigateur avait conquis près d’un tiers du marché des navigateurs, et ceci intégralement au détriment d’Internet Explorer.<br /> Un tiers.<br /> Mais bon, c’est sûr, c’est juste «&nbsp;quelques parts&nbsp;». Un détail. Aucune importance.<br /> Ah et, au passage, le fait de sans arrêt «&nbsp;grossir le trait&nbsp;» et de voir le monde de manière binaire (c’est soit Google Chrome qui est à l’origine du déclin d’Internet Explorer, soit totalement autre chose, aucune nuance), c’est exactement le contraire de l’honnêteté intellectuelle.<br /> Pour ta part, tu n’as rien démontré du tout. Tu balances le mot «&nbsp;impertinent&nbsp;» car ça t’a vexé que je t’invite à te renseigner davantage, ce qui est pourtant la chose à faire quand on prétend avoir la capacité de reconnaître ses erreurs.<br /> Bref, restons-en là. Tu peux parfaitement être dans la croyance que les actions en justice engagées contre Microsoft, et ses condamnations, n’ont en rien influencé la part de marché d’Internet Explorer, et donc que quoi que la Commission Européenne décide de faire concernant Slack ça ne changera rien pour eux (car c’est de ça dont il était question, et non pas de la part de marché de Google Chrome aujourd’hui… ). C’est ton droit. C’est totalement faux, mais aucune loi n’interdit aux gens d’avoir de fausses croyances.
Voir tous les messages sur le forum

Lectures liées

Honor 50 : le moins cher des haut de gamme se lance à 549 euros... et avec les services Google
Huawei lance sa Watch Fit Mini en Europe, une petite montre AMOLED à prix réduit
Forfait 90Go à moins de 10€, cest la nouvelle offre choc disponible chez Free
Moto Watch 100 : la nouvelle montre connectée de Motorola est confirmée et sera sûrement sous Wear OS
Une encoche sur la Samsung Galaxy Tab S8 Ultra ? C'est ce que semblent indiquer de nouveaux rendus
Amazon veut rentrer dans les hôpitaux et les maisons de retraite, un juteux filon?
La prochaine Apple Watch mesurerait la glycémie ! Les fournisseurs d'Apple s'y affairent
Confiant, Sony lance le Xperia PRO-I : un nouveau smartphone à 1 800 euros
80Go à 10€, l'offre choc RED by SFR prend fin ce soir à minuit 🔥
GX290 Pro, le smartphone ultra-résistant de Gigaset à la batterie XXL (Interview)
Haut de page