HTC "accélère" pour que le Vive décolle

28 avril 2016 à 09h36
0

Si le premier frein à l'acquisition d'un casque de réalité virtuelle HTC Vive est sans doute son prix (800 euros, et presque 900 avec les frais de port), et son deuxième, le prix du PC haut de gamme qu'il faut lui adjoindre, il y en a au moins un troisième : la petite taille, à ce jour, du catalogue de contenus à se mettre sous la dent. HTC doit donc faire au plus vite décoller son casque, avant que la hype ne redescende. Il lance pour cela un accélérateur.


Partenaire de Dassault Systèmes

Doté de 100 millions de dollars de fonds, le Vive X investira des tickets situés entre 50 000 et 200 000 dollars dans des start-up spécialisées en réalité virtuelle - HTC se réservera aussi une petite part du capital, au cas où.
Une première structure ouvrira en mai à Pékin, une seconde suivra à Taipei et une troisième à San Francisco.
D'autres grandes villes pourraient être concernées par ce programme. On pense à Paris, Londres ou Tel Aviv.


Si l'on pense au premier abord que l'accélérateur se focalisera sur les studios de développement de jeux vidéo, on fait probablement fausse route. Dans la liste des partenaires réunis autour de HTC, on trouve par exemple un ex- responsable de la publicité mobile chez Google (Rikard Steiber), ou encore le spécialiste des logiciels 3D pour les professionnels Dassault Systèmes, qui a par ailleurs signé un accord pour adapter ses solutions au casque Vive.


0320000008417046-photo-casque-htc-vive-1.jpg
HTC Vive.


À lire :
Modifié le 01/06/2018 à 15h36
Soyez toujours courtois dans vos commentaires.
Respectez le réglement de la communauté.
0
0

Actualités du moment

Philips Hue gen 2 : une nouvelle appli simplifiant les ampoules connectées
Meizu lance les Pro 6 et M3 Note en France
SpaceX : une mission pour Mars dès 2018
Drivy s'impose en Airbnb français de l'auto
Ventes de smartphones : la fête est finie
Sondage : le streaming musical et vous
Blizzard envisage d'ouvrir des serveurs
Des apps pas chères ou gratuites : notre sélection du 27/04
Dans l’informatique, le chômage diminue très peu
Google, Volvo, Ford, Uber et Lyft créent leur lobby pour promouvoir la voiture autonome
Haut de page