Abus de position dominante : Google obtient une rallonge pour s’expliquer

14 août 2015 à 10h55
0
La Commission européenne laisse davantage de temps à Google pour qu'il puisse livrer sa réponse aux critiques en matière d'abus de position dominante. Le groupe américain devra fournir des contre-arguments solides, particulièrement pour son comparateur de prix.

Google bénéficie d'une rallonge pour répondre aux attaques de la Commission européenne. La firme devait initialement formuler une réponse concrète aux autorités le 17 août mais les instances communautaires ont fixé au 31 août la date de rendu des observations. Google peut donc affiner son argumentaire ou modifier en partie le fonctionnement de ses services.

Selon le Wall Street Journal, les principales critiques portent sur la manière dont Google compare les prix. Les services en ligne du géant américain sont ainsi accusés de détourner artificiellement le trafic des outils de comparaison de prix concurrents et d'empêcher leur développement.

0258000003021638-photo-moteur-de-recherche-google-2010.jpg

Dans ses remarques, la Commission reproche à Google de réserver « systématiquement un traitement favorable à son comparateur de prix, baptisé Google Shopping dans ses pages de résultats de recherche générale ». Ce même document (la communication des griefs) reprend également des critiques relatives à Android et à la mise en avant du système d'exploitation mobile maison.

Une structure en « Alphabet » pour éviter les obstacles

La récente décision de Google de restructurer ses activités autour d'une holding baptisée Alphabet va séparer ses différentes entités. Cette organisation va également permettre à la société de rendre moins perméables les relations entre l'ensemble de ses activités. Cette distinction pourrait lui servir en cas d'enquête frontale émanant de l'Europe.

Toujours est-il que la rentrée devrait être active sur le terrain réglementaire entre la Commission européenne et Google. Après la remise de l'argumentaire du groupe américain, certains responsables de la firme pourraient être entendus par les autorités communautaires. Suite à cette série de rendez-vous, l'Europe jugera de l'opportunité de lancer une enquête formelle.

A lire également
Modifié le 01/06/2018 à 15h36
Soyez toujours courtois dans vos commentaires.
Respectez le réglement de la communauté.
0
0

Actualités du moment

Après Pokémon et Metal Gear, la communauté Twitch joue à Dark Souls
Tinder tente une incursion chez les pros et vise les
Coupe du Monde de Rugby : comment fonctionne le Hawk-Eye
Bientôt un logiciel pour évaluer la qualité de vos photos
Streaming Xbox One sur Windows 10 : des paramètres cachés pour une meilleure expérience
Jeux vidéo : le ministère de la Culture soutient les DRM et fustige le marché de l'occasion
Apple met à jour OS X Yosemite en 10.10.5
Samsung donne un aperçu de sa future montre Gear S2
Infos US de la nuit : Google et Dell lancent un Chromebook pour les entreprises
iOS 8.4.1 corrige quelques problèmes liés à Apple Music
Haut de page