Antitrust : après l'Europe, le Brésil enquête sur Google

0
Google fait l'objet d'une enquête du régulateur brésilien, accusé par Microsoft et un spécialiste du commerce en ligne d'user de pratiques anticoncurrentielles. Après le litige européen, le différend se retrouve déporté vers un marché bien plus dynamique.

0104000005899688-photo-google-ios-recherche-search-logo.jpg
Google semble tout juste se défaire des accusations de pratiques anticoncurrentielles de l'Union européenne que la firme se voit sous le coup d'une nouvelle enquête au Brésil, sur le même fondement, faisait savoir Reuters vendredi.

Le lieu du champ de bataille n'est pas anodin, puisque le Brésil connaît un dynamisme presque unique sur le marché de l'Internet, comme l'explique le Financial Times. Un pays dans lequel Google peut se targuer « d'une part de marché de 99% » sur la recherche en ligne, expliquait le régulateur brésilien.

Face à la menace, Google a d'ores et déjà promis de jouer profil bas et de coopérer avec les autorités pour répondre à leurs préoccupations. Tout en rappelant que de nombreux tribunaux et gouvernements se sont déjà penchés sur la question sans relever de pratique anticoncurrentielle.

Deux plaintes ont en réalité été déposées, reprenant les mêmes arguments que dans le cadre des investigations européennes. C'est un nouveau front qui s'est engagé dans la bataille de la recherche en ligne. Microsoft fait partie des plaignants. Le fondateur de Bing reproche à son concurrent d'imposer des restrictions aux annonceurs, qui les empêchent de mettre en place une campagne publicitaire identique sur plusieurs moteurs de recherche, selon le principe du « multi-homing ».

Google promet de coopérer

Concrètement, les accusations portent sur le fait que moteur de recherche n'autorise pas le partage d'informations vers des solutions concurrentes, permettant de diffuser plus rapidement et efficacement des campagnes publicitaires sur Internet. Pour le régulateur, ses freins témoignent de la volonté de Google de décourager les annonceurs, pour que ceux-ci ne développent leurs campagnes que sur ses plateformes.

Le deuxième volet de cette affaire, comme en Europe, porte sur le commerce en ligne, sur lequel Google est présent avec son service Google Shopping. E-Commerce Media Group, propriétaire des sites Buscapé et Bondfaro, considère que la firme de Mountain View privilégie ses propres services jusque dans ses pages de résultats non-publicitaires.

Le régulateur souhaite ainsi se pencher sur la place accordée à la recherche organique face aux affichages parrainés. D'autres accusations portent également sur des restrictions imposées quant à l'usage de certaines photos de produits par les services tiers, comparativement aux pratiques de Google. Enfin, ils soupçonnent Google d'exploiter des avis clients de ses sites Internet.
Modifié le 01/06/2018 à 15h36
Soyez toujours courtois dans vos commentaires.
Respectez le réglement de la communauté.
0
0

Actualités du moment

Facebook pour Android s'enrichit d'un programme d'alpha-test
Microsoft annonce les nouveautés de Windows Phone 8 GDR3
HTC officialise son One Max aux Etats-Unis
Quelles sont les alternatives à Google ?
Google Play : bientôt une refonte sur les tablettes Android
Trend Micro rachète le spécialiste du DPI Broadweb
Asus VivoPC : le nettop en aluminium finalisé et lancé en France
Spotify : 20% des chansons n'ont jamais été écoutées
Netflix veut conforter ses positions aux États-Unis et négocie avec des opérateurs
Qnap TS-x70 : du stockage performant et facile à installer pour les PME
Haut de page