Abus de position dominante : l’Europe étudie les propositions de Google

22 février 2013 à 18h24
0
Alors que la Commission européenne se faisait plus pressante à l'égard de Google et de ses pratiques en matière de recherche en ligne, la firme vient de faire un pas en sa direction. L'Europe indique qu'elle étudie les engagements pris par le groupe américain.

00FA000005672612-photo-google.jpg
Depuis 2010 et l'ouverture d'une enquête, Google est sommé de s'expliquer sur les accusations d'abus de position dominante dans le domaine de la recherche en ligne. Des sociétés reprochent en effet au groupe américain de favoriser ses propres services au sein de son moteur de recherche au détriment d'outils plus spécialisés comme des comparateurs de prix.

Jusqu'à présent, Joaquin Almunia, le commissaire chargé de la Concurrence était resté ouvert au débat mais avait également fait part de ses réserves envers la stratégie du groupe américain. En début d'année, il précisait ainsi que les « investigations continuent, mais ma conviction est qu'ils détournent du trafic ». Il ajoutait alors que les pratiques de Google étaient en cause mais pas directement l'algorithme du moteur de recherche.

Interrogé par l'AFP, le commissaire européen indique désormais avoir reçu des engagements de la part de Google. « Nous examinons maintenant les engagements proposés par la compagnie pour remédier aux problèmes de concurrence que nous avons identifiés », explique-t-il.

L'hypothèse d'un règlement à l'amiable se profile donc encore un peu plus entre Google et la Commission européenne. A défaut, une sévère amende (pouvant aller jusqu'à 10% du chiffre d'affaire mondial) pourrait être infligée à la société.
Modifié le 01/06/2018 à 15h36
Soyez toujours courtois dans vos commentaires.
Respectez le réglement de la communauté.
0
0

Actualités du moment

Revue de presse : le boîtier parfait ?
Revue de Web : les chats protègent vos chaussettes !
Live Japon : De l'usage nippon des tablettes numériques
Spam Facebook : gare aux prétendus iPhone 5 à gagner
MWC 2013 Conférence Huawei : 4G, 4 cœurs, 400 euros pour  l’Ascend P2 !
Qualcomm Snapdragon 400 et 200 : des puces existantes réaffectées
Free Mobile, condamné pour dénigrement contre Bouygues, doit payer 25 millions d'euros
Qualcomm Snapdragon : sortie de veille vocale et charge nettement accélérée
Windows Phone : Nokia s'attaquerait désormais à l'entrée de gamme
Recyclage de fréquences pour la 4G : une autorisation contre une redevance ?
Haut de page