Réseaux WiFi : Google refuse de montrer ses disques durs

19 mai 2010 à 09h14
0
00C8000002008672-photo-google-car.jpg
Suite du feuilleton entre Google et les Cnil européennes. Après l'aveu de la firme de collecter des connexions Internet en WiFi lors des passages de ses Google Cars, certains s'impatientent de voir ces données supprimées. Irrité, le régulateur allemand a donc donné une date butoir à Google pour décider de la suppression des données.

La tension semble monter d'un cran entre Google et les autorités en charge de la défense des internautes en Europe. L'équivalent allemand de la Cnil vient en effet d'adresser un message à Google lui intimant de supprimer les informations indûment collectées. Le New York Times explique que la firme a jusqu'au 26 mai pour montrer les disques durs et prouver que les données ont bien été effacées.

Sur ce point, la position de Google est « instable ». En premier lieu, la firme avait clairement affiché son souhait de coopérer avec les régulateurs. Mais il semble qu'elle se soit rétracté, qui sait, de peur de devoir montrer l'intégralité du contenu de ses disques durs...

La polémique prend donc un ton plus grave puisque même Viviane Reding, Commissaire européenne à la Justice y est allé de son commentaire. Elle a estimé qu'« il n'est pas acceptable qu'une compagnie qui opère dans l'Union européenne ne respecte pas les lois de cette dernière ». Google a alors répondu, de manière détournée.

Sur le blog officiel de la firme de Mountain View, la firme explique le cas de données collectées « par erreur » en Irlande. Suite à des demandes de la part de l'Irish Data Protection Authority (la Cnil irlandaise) portant sur le retrait de données concernant encore une fois les adresses SSID et MAC, Google confie alors être passé par une entreprise tierce, faisant foi de la suppression des informations.

Google pourrait donc appliquer la solution irlandaise aux autorités allemandes. La firme pourrait ainsi demander à une société de supprimer certaines données, sous gage de confidentialité. Ainsi Google conserverait la main sur ses informations, pourtant a priori publiques... et sur ses disques durs.
Modifié le 01/06/2018 à 15h36
Soyez toujours courtois dans vos commentaires.
Respectez le réglement de la communauté.
0
0

Actualités du moment

Newsgroup : le moteur de recherche NewzBin rend les armes
BIS 3.1 : après Gmail, RIM synchronise avec Yahoo! & Hotmail
Microsoft poursuit Salesforce sur neuf brevets
Au tour de Facebook d'alléger ses paramètres de confidentialité
Yahoo! rachète Associated Content pour $100 millions
BFG arrête les cartes graphiques
3G : les fréquences résiduelles iront à Orange et SFR
Google se lance dans les pronostics de l'Eurovision
L'application Kindle bientôt sur Android
Microsoft Office Pro disponible en évaluation gratuite
Haut de page