Canal+ tacle les "grands acteurs mondiaux d'Internet"

01 juin 2018 à 15h36
0
Dans une tribune, le président du Groupe Canal+ estime que certains géants du numérique, Apple et Google en tête, échappent aux contraintes réglementaires et fiscales en France. Bertrand Meheut considère ainsi que le jeu de la concurrence est faussé et appelle à ce que ces acteurs contribuent au financement de la création française.

00FA000002273784-photo-canal-plus.jpg
Bertrand Meheut, le patron de Canal+ critique Apple et Google au sujet de leurs installations en dehors du territoire français. Dans une tribune publiée sur Le Monde, le dirigeant estime que ces « sociétés américaines ont tendance à s'affranchir de(s) règles » en matière de financement de la Culture française.

Canal+ rappelle qu'il investit chaque année 600 millions d'euros dans la filière audiovisuelle française et qu'il contribue à la soutenir. De leur côté, ces acteurs américains remplacent cette contribution par des investissements sur leurs propres services. Ils « profitent de l'arrivée des téléviseurs connectés pour proposer des offres standardisées. Et ils ne se contentent plus de proposer des services de vidéo à la demande : YouTube a annoncé la création de vingt chaînes de télévision ! » rappelle le président du groupe de médias.

Selon Canal+, ces grands acteurs mondiaux s'affranchissent donc des règles fiscales françaises. Bertrand Meheut explique : « Qu'on ne s'y trompe pas : ce n'est pas au nom de la liberté d'Internet qu'ils cherchent à s'exonérer de ces contraintes, mais bien pour des raisons économiques. Pourquoi Apple a-t-il installé le siège d'iTunes Europe au Luxembourg ? Pourquoi Google a-t-il choisi l'Irlande pour développer son activité en Europe ? Pour bénéficier de régimes fiscaux favorables ».

Par contre, le responsable ne précise pas s'il entend soutenir la future proposition de projet de loi du sénateur Marini. Ce dernier a indiqué que l'objectif central d'une nouvelle de loi qui sera dévoilée dès cet été sera de taxer les régies publicitaires. Pour encadrer cette volonté, le sénateur invite chaque acteur à se pencher sur le statut du représentant fiscal. La mise en place de ce dernier signifie qu'à l'avenir, chaque entreprise sera obligée de nommer un représentant chargé de déclarer les revenus réalisés par l'entreprise en France.
Soyez toujours courtois dans vos commentaires.
Respectez le réglement de la communauté.
0
0

Actualités du moment

Près de 30 000 blogs Wordpress infectés par un malware
iPad 3 : rendez-vous à 19h sur Clubic
Skype 5.6 disponible au téléchargement pour Mac OS X
Guerre des brevets : Samsung dépose une nouvelle plainte contre Apple en Corée du Sud
Hadopi constate une augmentation de la VoD après la fermeture de MegaUpload
Apple veut une redevance sur les smartphones Android vendus par Samsung et Motorola
 Logitech BH320 : écouteurs et microphone optimisés pour Microsoft Lync
L'Open Invention Network étoffe sa base de brevets protégeant Linux
L'Android Market devient Google Play
Windows 8 : Microsoft tente de séduire les entreprises au CeBIT
Haut de page