Jonathan Ive au Sunday Times : le designer d'Apple se livre

Stéphane Ruscher
Spécialiste informatique
01 juin 2018 à 15h36
0
Jonathan Ive, le Vice Président du design chez Apple, est réputé pour être peu bavard. Il a néanmoins accordé une interview au Sunday Times, où il revient sur son parcours, ses idées très arrêtées sur le design, et se souvient de Steve Jobs, tout en évoquant son avenir chez Apple. Morceaux choisis !

000000FA05972994-photo-portrait-officiel-de-jonathan-ive.jpg
Tout au long de l'interview, que l'on peut consulter en quasi intégralité sur le site du magazine américain Time, Sir Jony Ive laisse transparaître une idée : plus qu'un designer, il se voit comme un constructeur, un « créateur », et il s'intéresse avant tout au fonctionnement et à la finalité des choses. « Les objets sont inséparables du processus de manufacture. On comprend un produit en comprenant comment il est fait. Je veux savoir à quoi un objet sert, comment il marche, de quoi il peut ou doit être fait, avant même de commencer à réfléchir à quoi il va ressembler (...) Pour entretenir une vraie relation avec le monde physique, il faut d'abord le détruire. ». L'interview évoque au passage son enfance, et sa tendance à démonter les objets de la maison pour les remonter et en comprendre le fonctionnement : selon lui, c'était simple pour une radio... Moins, pour un réveil et sa mécanique complexe.

L'occasion pour Ive d'envoyer quelques piques à ses concurrents, et se lancer des fleurs au passage. Le designer en chef d'Apple critique volontiers leurs « produits anonymes, mal réalisés », quand il ne les traite pas tout simplement de voleurs, en visant certainement Samsung : « C'est du vol. Ils ne se contentent pas de copier un design, mais aussi des milliers d'heure de lutte. Ce n'est que lorsque vous avez accompli ce que vous aviez décidé de faire que vous pouvez vous dire que ça valait la peine de poursuivre ce but. Ça prend des années d'investissement et de douleur. ».

À l'opposé, il met en lumière une prise de conscience qu'il a pu observer chez les utilisateurs « Il est tentant de penser que les gens s'en fichent, comme ceux qui ont créé (ces produits), mais nous avons prouvé le contraire. Ça n'est pas qu'une question d'esthétique : ils exigent des produits bien finis et conçus de manière réfléchie. Nous créons et vendons une très très grande quantité d'objets à la fois beaux - j'espère - et bien faits. Notre succès est une victoire pour la pureté, l'intégrité, pour en avoir quelque chose à faire ».

Jonathan Ive et l'après Steve Jobs

Si on associe Jonathan Ive à Apple, l'interview du Sunday Times rappelle qu'il a bien failli ne pas en faire partie : il se destinait à une carrière de concepteur de voitures, avant d'abandonner cette voie pour le design industriel, exaspéré par « les étudiants (qui) faisaient VROUM ! VROUM ! en dessinant leur croquis ». S'il le dit... Arrivé chez Apple en 1992, il a également manqué de prendre la porte pendant les années noires de l'entreprise.

C'est évidemment le retour de Steve Jobs aux commandes qui l'a retenu. Celui qu'il considère comme son ami le plus proche, partageait sa vision des choses : « Lorsque l'on regardait un objet, nos yeux voyaient et percevaient exactement la même chose. Et nous nous posions les mêmes questions, nous avions la même curiosité ».

La question de son avenir chez Apple est également posée : s'il ne s'interdit pas de partir dans l'éventualité où Apple ne serait plus capable d'innover, ça n'est pas près d'arriver pour lui. Il estime Apple « au début d'une époque remarquable », et voit son imperfection comme une qualité : «Chez Apple, on se réjouit presque de notre ignorance, lorsqu'on se dit : "Wow, on va en apprendre davantage là dessus, et quand on aura fini, on aura réellement compris comment ça marche, et on en fera de grandes choses" ».

Bien entendu, Ive reste fidèle à la tradition de son employeur, et l'interview ne nous apprend rien sur ses projets à venir, notamment l'hypothétique iWatch « Evidemment, il y a des rumeurs qui disent qu'on travaille là dessus, et évidemment je ne vais pas les commenter ». On ne se refait pas. Dommage en revanche que son récent rôle de superviseur des interfaces utilisateur d'Apple ne soit pas évoqué. À l'heure de la sortie d'un iOS 7.1 qui corrige certains de ses défauts - mais pas tous - on aurait aimé en savoir plus sur ses inspirations et ses goûts en matière de logiciel.

Soyez toujours courtois dans vos commentaires.
Respectez le réglement de la communauté.
0
0

Actualités du moment

De fausses alertes pour le vol MH370 se propagent sur les réseaux sociaux
Les frais de livraison découragent les consommateurs en ligne
Bon plan : jusqu'à 35 euros remboursés à l'achat d'un processeur Intel et d'une carte mère Asus
Bouygues propose sa Bbox Pro Ultra pour 44,90 euros par mois
Prince sort un nouveau single sur iTunes... Et retombe amoureux d'Internet ?
Patrick  Drahi :
Pourquoi le piratage ne cesse de progresser ?
Microsoft OneNote gratuit pour tous, OneNote pour Mac disponible
Messagerie : LINE s'essaie à la VoIP vers les lignes fixes et mobiles
Avec AppStream, Amazon veut favoriser l'essor du cloud gaming
Haut de page