Prix des ebooks : Apple pointe du doigt son observateur

02 décembre 2013 à 10h07
0
Mis en observation pendant une durée de deux ans suite à sa condamnation dans l'affaire de l'iBookstore, Apple pointe du doigt les pratiques du juriste censé veiller aux bonnes pratiques de la firme. De son côté, l'observateur accuse l'entreprise de ne pas respecter les règles fixées.

04864954-photo-ibooks-sq-logo.jpg
En octobre dernier, Apple se voyait placé en surveillance par le tribunal américain en charge du dossier d'entente sur les prix des livres électroniques, dans lequel la firme a été reconnue coupable en juillet dernier. Durant 2 ans, Michael Bromwich, ancien inspecteur du ministère de la justice américain, a pour mission de veiller aux bonnes pratiques d'Apple sur le marché des ebooks. Mais la tâche s'annonce des plus compliquées puisqu'en fin de semaine dernière, l'entreprise a fait savoir au tribunal que sa relation avec Bromwich est loin d'être au beau fixe.

Apple accuse en effet l'observateur de lui coûter une véritable fortune pour des retours que l'entreprise juge discutable. Michael Bromwich est ainsi payé pas moins de 1100 dollars de l'heure, un tarif auquel s'ajoutent les honoraires d'un avocat qui l'assiste, et qui est quant à lui payé 1025 dollars de l'heure. En 2 semaines de travail, le duo a ainsi coûté 138 432 dollars à Apple. « Monsieur Bromwich semble tout simplement profiter du fait qu'il n'a pas de concurrence ici, et, de son point de vue, du fait qu'Apple n'a pas les moyens de refuser ses demandes » a déclaré la firme dans un récent dépôt (PDF). Les pratiques de l'observateur sont également pointées du doigt : la société juge notamment « prématuré » le fait que ce dernier ait demandé des entretiens avec des membres haut placés de son conseil d'administration, notamment Tim Cook, Al Gore et Jonathan Ive.

Mais le torchon brûle dans les deux sens : Michael Bromwich a de son côté souligné les réticences d'Apple à se mettre en conformité avec sa condamnation et à le laisser mener son enquête. « Apple cherche à gérer nos relations comme si nous étions ses avocats ou des consultants extérieurs, à qui il peut dicter des termes et des conditions, et dont l'approbation est nécessaire pour que nous puissions continuer à travailler » explique-t-il dans une lettre à destination du conseil d'administration de l'entreprise (PDF). « Nos demandes pour rencontrer le personnel clé d'Apple ont été largement ignorées, et quand elles ne l'ont pas été, les réponses sont arrivées extrêmement lentement » ajoute-t-il.

Les deux années d'observation et de collaboration forcées risquent donc d'être particulièrement houleuses, d'autant qu'elles pourraient bénéficier d'une prolongation a souligné la juge Denise Cote.
Modifié le 01/06/2018 à 15h36
0 réponses
0 utilisateurs
Suivre la discussion

Les actualités récentes les plus commentées

Le MIT met au point un outil de captation du CO2 plus efficace et moins cher
Une Tesla Model S dépasse le million de kilomètres
Voitures électriques : au Q3 2019, les ventes mondiales ont chuté de 10 %
Voiture neuves : l’entourloupe de la fausse baisse des émissions de CO2
Fini le réseau cuivré, Orange veut passer au 100 % fibre à partir de 2023
Recyclage, consommation et énergie, la technologie est-elle un problème... ou une solution ?
Taxe GAFA : les USA prêts à taxer les produits français jusqu'à... 100 %
Apple renouvellerait ses iPhone deux fois par an à partir de 2021, et c’est une très mauvaise idée
D'après Porsche, sa Taycan électrique lui attirerait les clients de Tesla
L'Escobar Fold 1 : un smartphone pliable à 349 dollars par le frère de Pablo Escobar

Notre charte communautaire

1. Participez aux discussions

Nous encourageons chacun à exprimer ses idées sur les sujets qui l'intéressent, et à faire profiter l'ensemble de la communauté de son expertise sur un sujet particulier.

2. Partagez vos connaissances

Que vous soyez expert ou amateur passionné, partagez vos connaissances aux autres membres de la communauté pour enrichir le niveau d'expertise des articles.

3. Échangez vos idées

Donnez votre opinion en étayant votre propos et soyez ouverts aux idées des autres membres de la communauté, même si elles sont radicalement différentes des vôtres.

4. Faites preuve de tolérance

Qu'il s'agisse de rédacteurs professionnels ou amateurs, de lecteurs experts ou passionnés, vous devez faire preuve de tolérance et vous placer dans une démarche d'entraide.

5. Restez courtois

Particulièrement lorsque vous exprimez votre désaccord, critiquez les idées, pas les personnes. Évitez à tout prix les insultes, les attaques et autres jugements sur la forme des messages.

6. Publiez des messages utiles

Chaque participation a vocation à enrichir la discussion, aussi les partages d'humeurs personnelles ne doivent pas venir gêner le fil des échanges.

7. Soignez votre écriture

Utilisez la ponctuation, prohibez le langage SMS et les majuscules, relisez-vous afin de corriger un peu les fautes de frappe et de français : trop de fautes n’engagent ni à lire le message, ni à répondre à une question.

8. Respectez le cadre légal

Ne publiez pas de contenus irrespectueux, racistes, homophobes, obscènes ou faisant l'apologie de courants radicaux, qu'ils soient politiques ou religieux. N'utilisez pas plusieurs comptes utilisateurs.

9. Ne faites pas de promotion

Ne profitez pas d'une discussion pour faire la publicité d'un produit, d'un service ou même de votre site web personnel.

10. Ne plagiez pas

Exprimez uniquement vos opinions ou partagez des idées en citant vos sources.

scroll top