Il existerait, selon toute vraisemblance, des employés d'Amazon heureux

Pierre Crochart
Spécialiste smartphone & gaming
27 août 2018 à 09h39
8
Amazon warehouse

Un groupe d'employés d'Amazon connu sous le nom de « FC ambassadors » monte au créneau pour défendre l'entreprise de Jeff Bezos sur les réseaux sociaux. Selon certains d'entre eux, « nous pouvons aller aux toilettes quand nous le souhaitons ».

L'information, relayée par The Guardian, prête à sourire. Pourtant, elle met en lumière des conditions de travail loin d'être idéales chez le plus gros e-commerçant au monde.

Accusé d'imposer des cadences infernales dans des conditions déplorables à ses employés, Amazon souffre d'un important déficit d'image pour les chantres du bien-être au travail. Aussi, comme le suggère The Guardian, l'émergence de cette vingtaine de comptes Twitter montant au créneau pour défendre leur employeur sonne particulièrement faux.



Vis ma vie de préparateur de commandes

Le quotidien britannique est parvenu à identifier 16 comptes Twitter se revendiquant comme des « FC ambassadors » — des ambassadeurs d'entrepôts, si l'on peut se risquer à une traduction.

Lisses et uniformes, ces comptes Twitter sont là pour répondre à qui veut bien le lire que les conditions de travail chez Amazon ne sont pas si médiocres qu'on les décrit. « Nous pouvons aller aux toilettes quand nous le voulons », clame l'un d'entre eux, en référence à la polémique affirmant que, durant le Prime Day, les employés devaient faire leurs besoins dans des bouteilles en plastique pour tenir la cadence.

Des portraits trop beaux pour être vrais, des informations suffisamment vagues pour qu'on ne remette pas (trop) en question leur véracité... Selon de nombreux observateurs, il s'agirait en réalité de bots programmés pour redorer un peu le blason du grand magasin de Jeff Bezos.

Une accusation grotesque pour Ty Rogers, porte-parole d'Amazon aux États-Unis : « les FC ambassadors sont juste des employés qui comprennent ce qu'est effectivement le travail dans nos entrepôts ». On vous laisse en juger.

Soyez toujours courtois dans vos commentaires.
Respectez le réglement de la communauté.
8
0
poumtchac12
Le syndrome de Stockholm…
megadub
En effet, ma frangine bosse dans un dépôt Amazon et est ravie de son traitement. Notez qu’elle a eu une maladie très grave et Amazon lui a donné tous les moyens pour le vivre au moins mal possible. Après, ce sont des travaux difficiles mais l’encadrement des salariés est semble-t-il tout à fait convenable.<br /> J’vous jure, j’suis pas un bot… sur la tête à tata Rachel :-p
Felaz
Ahah so true
Uatu
Soit t’es un bot, soit t’es une pute à jeff. De toute façon t’as tort parce que les socionazis ont parlé. Ils veulent leur grand soir sur Internet qu’ils ne peuvent pas avoir IRL parce qu’ils ne sont pas assez nombreux et qu’en plus il faut sortir dans la rue, aller au bureau de vote, mettre un papier dans l’urne et tout et tout. C’est so 20ème siècle #larevolutionen1clic
Siltares
C’est surtout que les “employés qui comprennent ce qu’est effectivement le travail dans nos entrepôts” le sont par une compensation qui n’est bien sur valable qui si ils expriment leur contentement où il faut et comme il faut.<br /> Les conditions de travail ne sont pas les plus terribles qui soit mais il faut pas rêver, si les entrepôts sont avant tout situé dans des zones où le bassins d’emplois est souvent très sinistrés ce n’est pas pour rien, c’est un bon moyen pour obtenir des aides à l’implantation et autres avantage et d’être à coté d’une réserve de main d’œuvre précaire qui serra bien plus docile. Si les conditions de travail et la rémunération étaient si idyllique qu’ils sous-entendent, ils auraient pas besoin de recruter sans cesse autant de monde et faire appel à autant d’intérimaire qui viennent parfois de loin.
keyplus
avec un peu de chance on trouvera 20 clients heureux
GotchaDrake
Jeff est très satisfait de sa condition de (non) travail
nrik_1584
Pour avoir bossé à plusieurs reprise en saisonnier comme préparateur de commande dans une centrale d’achat Casino le recours à l’intérim n’a rien de déconnant.<br /> Ils ont un noyaux dur d’employés en CDI mais pour le reste le nombre de colis à traiter pouvant varier d’une journée / semaine à l’autre il faut bien ajuster la taille des équipes en conséquence. Ils ne vont pas faire venir 200 pèlerins si seulement 150 sont suffisant pour le colisage de la journée.
Voir tous les messages sur le forum

Actualités du moment

Android Pie : les manettes Xbox One enfin pleinement compatibles
Les bots russes également mêlés à la propagande anti-vaccination sur Twitter
Bon plan : NordVPN à 2,30 euros/mois pour 3 ans (jusqu'au 31/08)
Le forfait mobile 4G Sosh 20Go à 4.99€ par mois et 50Go à 9,99€
YouTube et publicité : vous pourrez de moins en moins
Bing permet la résolution d'équations complexes
Intel a convaincu Microsoft de ne pas utiliser ARM pour ses Surface Go
Véhicules autonomes : l'autre porte d'entrée de Google en Chine
Nintendo Switch : des BD, mangas et comics en novembre, avec Inky Pen
La bibliothèque publique de New York transforme des romans en Story Instagram
Haut de page