Routeur 5G, caméra Wi-Fi, éco-business… Entretien avec Marilyne Michel (D-Link)

le 09 avril 2019
 0
D-Link, Marilyne Michel (IT Partners)
Marilyne Michel, Country Manager France de D-Link, lors de l'IT Partners 2019 (Crédits : Alexandre Boero pour Clubic.com)

D-Link présentait son premier routeur 5G ainsi qu'une caméra de vidéosurveillance assurant le respect de la vie privée à l'occasion de l'IT Partners 2019. Nous avons profité de l'événement pour échanger avec Marilyne Michel, qui dirige D-Link en France, histoire de parler des dernières nouveautés de la marque et de sa situation économique actuelle.

Le taïwanais D-Link est l'un des leaders de la mise en réseau sans fil et de la connectivité. Marilyne Michel, qui dirige le bureau français la société, a accepté de répondre aux questions de Clubic et d'évoquer avec nous deux des produits qui ont attiré notre attention : le premier routeur 5G de la société et une caméra de vidéosurveillance domestique avec volet manuel pour répondre aux problématiques de vie privée. Nous sommes également revenus sur l'implantation de la société en France et avons discuté de sujets tels que la 5G et la protection de l'environnement.


L'interview « Produits » de Marilyne Michel, directrice de D-Link France


Clubic - Bonjour Marilyne Michel. Vous présentez en France, à l'occasion de l'IT Partners 2019, te tout premier routeur 5G domestique D-Link. Que pouvez-vous nous dire sur le produit ?

Marilyne Michel - Bonjour ! La 5G est la technologie dont tout le monde parle depuis le début de l'année. C'est une technologie importante, pas une simple évolution de la 4G. Elle ne va pas « juste » permettre de voir une vidéo beaucoup plus rapidement sur son téléphone, mais révolutionner certaines applications notamment sur le véhicule autonome, avec de nouveaux usages qui vont aider à améliorer la vie des gens. Il est important pour D-Link de montrer que nous étions déjà sur cette technologie avec ce routeur, pré-annoncé au Mobile World Congress. Le produit devrait être disponible sur la deuxième partie de l'année, mais pas forcément en France, car nous ne sommes pas encore prêts pour la 5G ici. C'est un marché sur lequel nous seront présents avec des produits déjà existants, pour pouvoir répondre aux premières applications 5G sur le marché.

Vous attendez, avant de véritablement lancer votre plan de commercialisation en France, que les enchères de la 5G soient réglées ?

Oui, qu'on sache effectivement où on va aller. Mais c'est important de commencer à en parler et de nouer des partenariats.

Fiche produit du Routeur 5G DWR-2010 :

Routeur-5G-D-Link
(Crédits : D-Link)

Le DWR-2010 est le premier routeur résidentiel 5G du constructeur D-Link. Avec des débits qui pourraient avoisiner les 3 Gbit/s, la vitesse promet d'être bien supérieure aux connexions Wi-Fi classiques. Pour cela, la passerelle peut fonctionner sur les fréquences inférieures à 5 HHz. Le routeur embarque 5 ports Ethernet (1x réseau local 2,5 Gbit/s ; LAN 1 Gbit/s ; 1x WAN/LAN 1 Gbit/s), dispose du WiFi double bande AC2600 (800 + 1732 Mbit/s) et supporte la technologie VoLTE, qui permet de passer des appels vocaux. Son prix reste inconnu, mais il devrait être disponible en novembre 2019 en France..

Routeur-5G-D-Link
(Crédits : Alexandre Boero pour Clubic.com)



Il y a également un autre produit qui retient notre attention, c'est la nouvelle caméra Wi-Fi panoramique horizontal/vertical HD DCS‑8515LH. Pouvez-vous nous la présenter ?

Cette caméra vient compléter notre offre mydlink, qui est notre offre de caméras de vidéosurveillance pour le grand public. Elle présente deux nouvelles fonctionnalités : elle permet, d'une part, de répondre aux problématiques de vie privée. Beaucoup d'utilisateurs veulent, lorsqu'ils sont chez eux, s'assurer que personne ne peut voir ce qui se passe à leur domicile. Elle a ainsi un volet de vie privée manuel, que l'utilisateur peut déplacer lui-même, ce qui lui garantit que sa vie privée est respectée. Avec ce volet, il n'y a plus de doute ni d'intrusion, et nous sommes certains que rien n'est filmé lorsqu'il est rabattu. Sa deuxième particularité, c'est qu'elle embarque un intelligence artificielle qui lui permet de suivre des mouvements. Si un voleur arrive chez vous, elle va le voir, le suivre et l'enregistrer.

Fiche produit de la caméra de vidéosurveillance DCS‑8515LH :

DCS_8515LH_Side_Rightc.png
(Crédits : D-Link)

La caméra WiFi panoramique et inclinable HD mydlink DCS-8515LH offre une résolution HD 720p et bénéficie de la vision nocturne, de mouvement et de son. Dès qu'un mouvement ou un son est détecté par la caméra, motorisée à 340° et inclinable à 105°, la vidéo est enregistrée dans le cloud sécurité mydlink (une option gratuite permet de conserver ses vidéos durant 24 heures, il fait payer pour les conserver au-delà du premier jour). La caméra, dotée d'un volet de protection de la vie privée, est compatible avec Amazon Alexa, Google Assistant et Smart Home mydlink. Elle devrait être disponible en France au deuxième trimestre 2019 au prix de 140 euros.

Caméra DCS‑8515LH (D-Link)
(Crédits : Alexandre Boero pour Clubic.com)



L'interview « Éco-business » de Marilyne Michel, directrice de D-Link France


Comment se porte D-Link aujourd'hui ? Vous sortez d'une année 2018 positive sur le plan financier : quel est l'état actuel des finances de l'entreprise, et quels sont ses objectifs et perspectives pour le futur ?

D-Link est une société qui se porte bien, sur un marché réseau qui n'est pas forcément simple. Le réseau informatique tel qu'on l'a connu notamment sur le monde professionnel, et qui représente 70 % de notre activité en France, va changer avec l'automatisation, l'intelligence artificielle et les objets connectés. Ce sont autant de développements possibles pour D-Link dans l'avenir. Nous multiplions les périphériques et les usages autour du réseau, et il faut que le réseau puisse évoluer pour pouvoir répondre à ces nouveaux besoins. D-Link se positionne clairement sur les sujets de Smart City pour se développer sur l'avenir.

« Nous espérons une croissance à 10 % en 2019 »


En France, notre chiffre d'affaires B2B et B2C s'est élevé à 17 millions d'euros de chiffre d'affaires en 2018. On note une stabilité par rapport à 2017 (17,3 millions d'euros). Pour 2019, nous avons l'objectif d'aller chercher de la croissance, mais pas forcément avec l'arrivée de la 5G, qui ne permettra de concrétiser des affaires qu'en 2020 et 2021. Sur toute la partie B2B, avec notre offre cloud de management des réseaux, et sur la partie grand public, nous continuons d'étendre notre gamme sur la partie vidéosurveillance.

En fin d'année dernière, nous avons lancé une caméra sur batterie, qui tranche avec les modèles à alimentation, et qui nous permettra de chercher cette croissance. Nous espérons une croissance à 10 % sur 2019.

On sait que les enchères sur la 5G débuteront cet automne au mieux pour les opérateurs. Pensez-vous que nous sommes en retard par rapport à nos concurrents, européens notamment ?

Je ne sais pas si la France est en retard, mais elle pourrait vite l'être, parce que nous aimons bien les complications administratives et légales. J'espère que nous ne tomberons pas dans ce travers. Il ne faut pas trop traîner.

« Des efforts sont faits sur l'empreinte carbone, mais il reste encore beaucoup à faire »


Avec les préoccupations environnementales qui commencent à se propager dans le monde de la tech, que fait D-Link pour réduire son empreinte carbone ?

Cela fait plusieurs années qu'on travaille là-dessus chez D-Link, autant pour nos produits que pour notre activité. Nous avons été dans les premiers à sortir une technologie qui s'appelait Green Ethernet. Nous avons intégré dans nos produits des technologies qui permettent de mettre en veille des appareils lorsqu'ils sont inactifs. La partie packaging autour de nos produits a également été revue, notamment en ce qui concerne la taille, les plastiques utilisés ou les encres plus propres. Nous travaillons aussi sur la partie logistique, puisque nos produits sont fabriqués en Asie (comme la plupart des constructeurs) et que nous souhaitons privilégier le transport maritime à l'aérien. Des efforts sont faits, mais il reste encore beaucoup à faire. Tout ce que nous faisons participe à améliorer notre empreinte carbone.

Quel est le principal chantier de D-Link en ce moment ?

Sur la France, c'est plutôt sur le marché B2B. Nous avons un réseau de distribution qui est 100 % indirect, donc on rencontre assez peu notre client utilisateur. Nous souhaitons au contraire aller davantage à leur rencontre pour mieux comprendre leurs besoins, et être mieux capables de donner à nos partenaires distributeurs les éléments pour travailler la relation client.

Nous le faisons aussi pour le grand public, même s'il ne peut pas directement acheter sur D-Link. Nous écoutons les remontées négatives sur les produits pour en améliorer les usages.

« Être vus très grand public, je pense que c'est plutôt une force »


Quel est le frein principal à votre développement aujourd'hui ?

Chez les professionnels, nous sommes souvent perçus comme une entreprise « très grand public ». Une réputation qui pourrait être vue comme un frein, alors que je pense que c'est plutôt une force, parce que le grand public a une exigence au niveau des usages. Il veut que ce soit simple et en même temps ultra-performant. Cette compréhension que nous avons du client grand public va aussi au profit des entreprises, qui ont les mêmes problématiques : le temps et l'argent.

Je crois aussi qu'il y un savoir-faire qui n'est pas encore assez reconnu, notamment sur la partie B2B. C'est peut-être parce que nous ne sommes peut-être pas une société de marketing intense, et qu'on essaie de créer des partenariats sur la durée. Je pense qu'on ne le fait pas encore assez savoir à nos clients.
Cet article vous a intéressé ?
Abonnez-vous à la newsletter et recevez chaque jour, le meilleur de l’actu high-tech et du numérique.

Dernières actualités

Fnac-Darty lance son Appartement du Futur, un lieu immersif et expérientiel au coeur de Paris
La version gratuite de YouTube Music arrive sur Google Home... avec de la pub
Mediapart révèle que l'ancien dirigeant de l'Ecole 42 aurait trempé dans des malversations financières
Le Honor 20i, qui devait être présenté le 21 mai, fuite sur un site de vente
Les puces 5G by Apple ne seront probablement pas une réalité avant plusieurs années
La Tesla Model 3 est la voiture qui se vend le mieux en Norvège, aux Pays-Bas et en Suisse
Lime vous indiquera bientôt si vous êtes trop saoul pour grimper sur une trottinette
Mega Drive Mini : SEGA confirme dix nouveaux titres (et pas des moindres)
Un ancien cadre de Mozilla accuse Google d’avoir sciemment saboté Firefox
Facebook travaille sur son propre assistant vocal, pour concurrencer Alexa et Siri
Face aux géants comme Alibaba, Amazon ferme sa marketplace en Chine
Pinterest pèse 12,7 milliards de dollars et fait une entrée réussie en Bourse
Une association porte plainte contre Xiaomi en raison des DAS trop élevés de ses smartphones
L'UE vote en faveur d'une nouvelle limite d'émission de CO2 pour les camions
scroll top