Kickstarter : un assouplissement des règles en faveur des porteurs de projets

0
Le site de financement participatif Kickstarter vient de mettre à jour son règlement à destination des porteurs de projets. L'objectif est d'assouplir les règles permettant de lancer une campagne. Une bonne nouvelle pour les entrepreneurs mais qu'en est-il pour les backers .

00C8000007204818-photo-kickstarter-logo-k-color.jpg
Jusque-là, Kickstarter se montrait très assidu concernant les campagnes de financement lancées sur ses pages : un contrôle obligatoire mené par ses équipes devait notamment être effectué avant le lancement d'un projet. Mais il est devenu facultatif : sur son blog, Kickstarter explique que s'il est toujours possible de faire appel à l'un de ses community manager pour avoir un retour sur une campagne, il est aussi tout à fait possible de lancer un projet directement. Un « processus plus simple » qui permet de gagner du temps, et qui exploite tout de même « un algorithme intégrant des milliers de points de données pour vérifier si un projet peut être lancé - comme la description du projet, les récompenses, l'objectif de financement, et le fait que le créateur ait ou non déjà lancé un projet. »

Le ménage dans le réglement a été conséquent et Kickstarter ne met plus que 3 points véritablement en avant :
  • Les projets doivent proposer la création de quelque chose à partager avec les autres.
  • Les projets doivent être honnêtes et clairement présentés.
  • Les projets ne peuvent pas recueillir de fonds pour des organismes de charité, offrir des contreparties financières, ou impliquer des articles interdits.
La plateforme ouvre également la porte à de nouveaux types de projets, comme les produits de beauté. Les projets technologiques vont également avoir la possibilité de proposer des paliers permettant l'accès à une très grande quantité de contreparties, notamment à destination des revendeurs.

Mauvaise nouvelle pour les backers ?

Si l'assouplissement des règles de Kickstarter a de quoi satisfaire les porteurs de projets, on peut cependant se demander s'il en est de même pour les backers, c'est-à-dire les internautes qui donnent de l'argent pour voir naître des projets. Kickstarter se montre rassurant sur ce point et précise que si le règlement a été très simplifié, cela ne signifie pas que les contrôles seront relâchés : « La santé et l'intégrité du système sont nos plus grandes priorités. Nos équipes de modération travaillent tous les jours pour s'assurer que tout le monde suit les règles. Et ces règles simplifiées ne changent rien à cela ».

Certains points importants, comme l'interdiction des clichés de produits en rendu photoréaliste, restent d'actualité : pour les produits technologiques et souvent coûteux, il reste nécessaire de disposer d'un prototype pour démarrer une campagne. De quoi rassurer ceux qui s'inquiétaient de voir débarquer des arnaques sur la plateforme, qui n'évite pas la mauvaise presse lorsqu'un projet financé n'aboutit pas. Dans tous les cas, c'est à l'internaute de choisir avec soin à quel porteur de projet il donne son argent, avec les risques que cela comporte.

Pour aller plus loin : KickStarter, Ulule, MyMajorCompany... gros plan sur le financement participatif
Modifié le 01/06/2018 à 15h36
Soyez toujours courtois dans vos commentaires.
Respectez le réglement de la communauté.
0
0

Actualités du moment

Instagram 6.0 enrichit les filtres sur iOS et Android
Entre autres projets, Noctua s'essaie au ventilateur PC tapissé velours
Facebook : nous n'épions pas les conversations des mobinautes
Roccat Tyon, une souris pensée pour le combat aérien ?
Bercy voudrait pousser Free à investir dans la fibre avec Orange
Microsoft met à jour OneDrive sur Xbox One et Windows Phone
Parrot : deux MiniDrones prévus en juillet, à partir de 100 euros
Google : bientôt une extension pour simplifier le chiffrement des emails
Google développe une version 64-bit de Chrome
Intel Devil's Canyon, processeur Core i7 flashé à 4 GHz
Haut de page