Kickstarter dresse le bilan de son année 2013

09 janvier 2014 à 14h21
0
La nouvelle année est l'occasion pour la plateforme de financement participatif Kickstarter de dresser son bilan pour 2013. Une année florissante pour le service, comme pour les porteurs de projets.

00FA000005644644-photo-kickstarter.jpg
2013 a-t-elle été l'année du crowdfunding ? Pas loin, à en croire le bilan dressé par Kickstarter : l'année dernière, 3 millions de personnes ont financé une multitude de projets, pour un total de 480 millions de dollars. A titre de comparaison, en 2012, 320 millions de dollars de fonds avaient été investis par 2,2 millions de contributeurs. 913 dollars par minute investis en 2013, contre 600 dollars en 2012.

Le service donne quelques chiffres supplémentaires concernant les backers, c'est-à-dire les personnes qui financent les projets : sur 3 millions, près de 808 000 ont financé plus d'un projet, tandis que 81 090 ont investi dans 10 ou plus. Enfin, 975 personnes ont donné de l'argent à plus de 100 projets. Mais aucune somme n'est évoquée : il pourrait donc s'agir de petits dons comme de très gros.

19 911 projets financés

L'évolution positive de la plateforme tient également au nombre de campagnes concrétisées : 19 911 ont atteint leurs objectifs sur Kickstarter en 2013. C'est plus qu'en 2012, sans pour autant présenter une vertigineuse différence, puisque 18 109 projets avaient été menés à bien cette année-là - a titre de comparaison, 11 836 projets avaient été financés en 2011 : l'année suivante, près de 7 000 supplémentaires l'étaient. En somme, une hausse importante des backers n'a pas entraîné une aussi grande augmentation des projets aboutis, ce qui semble amorcer un fort ralentissement, et peut-être un début de stagnation.

Par ailleurs, lorsqu'on regarde de près les projets mis en avant par Kickstarter dans sa rétrospective, on constate que certains datent en réalité de 2012, et ne se sont concrétisés qu'en 2013 : on trouve la montre Pebble, dotée d'un écran e-Ink, qui a récolté 10,2 millions de dollars. L'Oculus Rift, un appareil permettant de jouer à des jeux vidéo à 360°, en a quant à lui récolté 2,4, tandis que la console Ouya, sous Android, a séduit plus de 63 000 backers et récolté 8,5 millions de dollars. Paradoxalement, ces succès du crowdfunding n'ont pas forcément, par la suite, su toucher un plus large public : la Ouya, par exemple, s'est frottée à de sévères critiques à sa sortie.

Contrairement à 2012, qui avait vu se multiplier les projets high-tech et jeux vidéo, 2013 a plutôt fait la part belle au divertissement : l'un des plus gros succès de la plateforme l'année dernière s'avère être le financement du film tiré de la série Veronica Mars, qui a récolté 5,7 millions de dollars, alors que 2 millions « seulement » étaient désirés.

2013 a donc été une année très riche pour Kickstarter, qui doit par ailleurs faire face à la montée en puissance de la concurrence, notamment avec le développement de plateformes locales. En France, nombreux sont désormais les services de financement participatifs, qui misent notamment sur le fait que Kickstarter n'est pas présent dans le pays pour attirer les initiatives locales.
Modifié le 01/06/2018 à 15h36
0 réponses
0 utilisateurs
Suivre la discussion

Les actualités récentes les plus commentées

Porn : Macron veut
Émissions de CO2 : Bruno Le Maire milite pour le déplafonnement du malus automobile
Tesla Cybertruck, l’impressionnant pick-up électrique venu d’ailleurs
La loi d'orientation des mobilités (LOM) a été adoptée par le Parlement
Bill Gates est de nouveau l'homme le plus riche au monde devant Jeff Bezos
Mustang Mach-E : Ford lâche la cavalerie électrique… et ça va faire mal
Xavier Niel se dit prêt à investir 1,4 milliard de sa fortune personnelle dans Iliad-Free
Votre maison côtière sera-t-elle sous l’eau chaque année en 2050/2100 ?
Droit voisin : des éditeurs de presse français portent plainte
Pourquoi Stadia ne sera pas intéressant avant un an

Notre charte communautaire

1. Participez aux discussions

Nous encourageons chacun à exprimer ses idées sur les sujets qui l'intéressent, et à faire profiter l'ensemble de la communauté de son expertise sur un sujet particulier.

2. Partagez vos connaissances

Que vous soyez expert ou amateur passionné, partagez vos connaissances aux autres membres de la communauté pour enrichir le niveau d'expertise des articles.

3. Échangez vos idées

Donnez votre opinion en étayant votre propos et soyez ouverts aux idées des autres membres de la communauté, même si elles sont radicalement différentes des vôtres.

4. Faites preuve de tolérance

Qu'il s'agisse de rédacteurs professionnels ou amateurs, de lecteurs experts ou passionnés, vous devez faire preuve de tolérance et vous placer dans une démarche d'entraide.

5. Restez courtois

Particulièrement lorsque vous exprimez votre désaccord, critiquez les idées, pas les personnes. Évitez à tout prix les insultes, les attaques et autres jugements sur la forme des messages.

6. Publiez des messages utiles

Chaque participation a vocation à enrichir la discussion, aussi les partages d'humeurs personnelles ne doivent pas venir gêner le fil des échanges.

7. Soignez votre écriture

Utilisez la ponctuation, prohibez le langage SMS et les majuscules, relisez-vous afin de corriger un peu les fautes de frappe et de français : trop de fautes n’engagent ni à lire le message, ni à répondre à une question.

8. Respectez le cadre légal

Ne publiez pas de contenus irrespectueux, racistes, homophobes, obscènes ou faisant l'apologie de courants radicaux, qu'ils soient politiques ou religieux. N'utilisez pas plusieurs comptes utilisateurs.

9. Ne faites pas de promotion

Ne profitez pas d'une discussion pour faire la publicité d'un produit, d'un service ou même de votre site web personnel.

10. Ne plagiez pas

Exprimez uniquement vos opinions ou partagez des idées en citant vos sources.

scroll top