La livraison en 43 minutes de Deliver.ee attire les investisseurs

Thomas Pontiroli
23 octobre 2014 à 16h06
0
Avec sa flotte de 500 coursiers dans dix villes en France, Deliver.ee veut étendre toujours plus ce mode de livraison ultra-rapide (43 min pour 3,6 km en moyenne) aux e-commerçants ayant pignon sur rue.

Deliver.ee - à prononcer « delivery », pour livraison - est un autre avatar de la livraison le jour-même en France. Proche de services concurrents comme Colisweb ou Toktoktok, celui-ci a débuté officiellement en février 2014. Depuis, il a effectué plusieurs milliers de courses, totalisant en moyenne des trajets de 43 min sur 3,6 km. La start-up est aujourd'hui saluée par les investisseurs qui mettent 500 000 euros au pot. Parmi eux : l'incubateur 50 Partners et plusieurs business angels dont Justin Ziegler, cofondateur de PriceMinister.




La plateforme a déployé une flotte d'environ 500 coursiers dans une dizaine de villes en France - c'est la plus grande du pays selon elle. Equipés d'un vélo, d'un triporteur ou d'une voiture électrique, ils peuvent être missionnés par un e-commerçant via une application. Une fois l'ordre de livraison émis, ils se rendent dans leur boutique physique pour retirer la marchandise, et la livrer au client final, sans passer par un entrepôt. Bien-sûr, la condition sine qua non d'un tel service pour un e-marchand est d'avoir une boutique en dur.

Le secret revendiqué de Deliver.ee pour allouer le bon coursier à la bonne commande et en avoir toujours de disponibles, repose sur un algorithme optimisant les itinéraires de la flotte. Il prend en compte la circulation, les enlèvements de colis et les livraisons prévues. Grâce à cette mécanique, le service promet aux marchands de livrer leurs clients en une heure ou à un horaire précis - et non une plage de deux heures comme Colizen.

Sauver des ventes en magasin

L'autre argument de Deliver.ee est d'éviter la déperdition de clients en magasin pour défaut de stock. Si un produit est indisponible au moment de la visite d'un client, la boutique n'a qu'à proposer de lui livrer l'article désiré par coursier une fois qu'il sera à nouveau disponible. Autre scénario : si un client est dissuadé d'acheter un produit encombrant car il se déplace en transports en commun, il peut le recevoir chez lui à son retour.

Reste le prix. Livrer un produit à vélo en 3 h coûte 7,20 euros, mais la même course en 1 h 30 et en voiture sale considérablement l'addition, qui passe à 66 euros. Deliver.ee a séduit une cinquantaine de e-marchands à ce jour, deux « enseignes majeures » de la distribution et une centaine de commerces de proximité. Son but est maintenant d'accentuer sa R&D et de passer à la vitesse supérieure en renforçant sa présence dans le pays.


A lire également :






Modifié le 01/06/2018 à 15h36
0
0
Partager l'article :

Les actualités récentes les plus commentées

L'adoption de Firefox en chute de 85%
La Model 3 échoue lors d'une démonstration de son système de freinage autonome
Xbox Series X | S : le module d'extension d'1 To NVMe coûtera 269,99€ en France
Le code source de Windows XP en fuite sur les réseaux
RTX 3080 : de nombreux bugs chez les premiers acheteurs de modèles custom (MàJ)
Environnement : Renault vous invite à couper votre moteur devant les écoles
Quand Jean Castex avoue spontanément ne pas avoir téléchargé StopCovid
Annoncée lors du Battery Day, la Tesla Model S Plaid aura jusqu'à 840 km d'autonomie
RTX 3090 : NVIDIA calme les ardeurs des joueurs avant la sortie cet après-midi
Beyond Good & Evil 2 : une enquête lève le voile sur un développement chaotique

Charte communautaire

  • 1. Participez aux discussions
  • 2. Partagez vos connaissances
  • 3. Échangez vos idées
  • 4. Faites preuve de tolérance
  • 5. Restez courtois
  • 6. Publiez des messages utiles
  • 7. Soignez votre écriture
  • 8. Respectez le cadre légal
  • 9. Ne faites pas de promotion
  • 10. Ne plagiez pas
  • Consultez la charte
scroll top