La livraison en 43 minutes de Deliver.ee attire les investisseurs

Thomas Pontiroli
23 octobre 2014 à 16h06
0
Avec sa flotte de 500 coursiers dans dix villes en France, Deliver.ee veut étendre toujours plus ce mode de livraison ultra-rapide (43 min pour 3,6 km en moyenne) aux e-commerçants ayant pignon sur rue.

Deliver.ee - à prononcer « delivery », pour livraison - est un autre avatar de la livraison le jour-même en France. Proche de services concurrents comme Colisweb ou Toktoktok, celui-ci a débuté officiellement en février 2014. Depuis, il a effectué plusieurs milliers de courses, totalisant en moyenne des trajets de 43 min sur 3,6 km. La start-up est aujourd'hui saluée par les investisseurs qui mettent 500 000 euros au pot. Parmi eux : l'incubateur 50 Partners et plusieurs business angels dont Justin Ziegler, cofondateur de PriceMinister.




La plateforme a déployé une flotte d'environ 500 coursiers dans une dizaine de villes en France - c'est la plus grande du pays selon elle. Equipés d'un vélo, d'un triporteur ou d'une voiture électrique, ils peuvent être missionnés par un e-commerçant via une application. Une fois l'ordre de livraison émis, ils se rendent dans leur boutique physique pour retirer la marchandise, et la livrer au client final, sans passer par un entrepôt. Bien-sûr, la condition sine qua non d'un tel service pour un e-marchand est d'avoir une boutique en dur.

Le secret revendiqué de Deliver.ee pour allouer le bon coursier à la bonne commande et en avoir toujours de disponibles, repose sur un algorithme optimisant les itinéraires de la flotte. Il prend en compte la circulation, les enlèvements de colis et les livraisons prévues. Grâce à cette mécanique, le service promet aux marchands de livrer leurs clients en une heure ou à un horaire précis - et non une plage de deux heures comme Colizen.

Sauver des ventes en magasin



L'autre argument de Deliver.ee est d'éviter la déperdition de clients en magasin pour défaut de stock. Si un produit est indisponible au moment de la visite d'un client, la boutique n'a qu'à proposer de lui livrer l'article désiré par coursier une fois qu'il sera à nouveau disponible. Autre scénario : si un client est dissuadé d'acheter un produit encombrant car il se déplace en transports en commun, il peut le recevoir chez lui à son retour.

Reste le prix. Livrer un produit à vélo en 3 h coûte 7,20 euros, mais la même course en 1 h 30 et en voiture sale considérablement l'addition, qui passe à 66 euros. Deliver.ee a séduit une cinquantaine de e-marchands à ce jour, deux « enseignes majeures » de la distribution et une centaine de commerces de proximité. Son but est maintenant d'accentuer sa R&D et de passer à la vitesse supérieure en renforçant sa présence dans le pays.


A lire également :






Modifié le 01/06/2018 à 15h36
0 réponses
0 utilisateurs
Suivre la discussion

Les actualités récentes les plus commentées

7 400 gigatonnes de neige seraient nécessaires pour enrayer la fonte des glaces
Audi fait la promotion de son e-tron... aux stations de recharge Tesla
Peugeot 3008 Hybrid : tout ce que l’on sait du futur SUV de la firme sochalienne
Le jeu de rôle anti-Brexit
Que se passerait-t-il si Stadia disparaissait ? Un ponte de Google répond
Pampers se lance dans les
Orange lance son
2 Français sur 3 auront accès à la 5G en 2025, selon le patron de l'Arcep
Une faille critique détectée dans VLC Media Player
Finale CAN 2019 : comment regarder le match Algérie vs Sénégal en streaming ?

Notre charte communautaire

1. Participez aux discussions

Nous encourageons chacun à exprimer ses idées sur les sujets qui l'intéressent, et à faire profiter l'ensemble de la communauté de son expertise sur un sujet particulier.

2. Partagez vos connaissances

Que vous soyez expert ou amateur passionné, partagez vos connaissances aux autres membres de la communauté pour enrichir le niveau d'expertise des articles.

3. Échangez vos idées

Donnez votre opinion en étayant votre propos et soyez ouverts aux idées des autres membres de la communauté, même si elles sont radicalement différentes des vôtres.

4. Faites preuve de tolérance

Qu'il s'agisse de rédacteurs professionnels ou amateurs, de lecteurs experts ou passionnés, vous devez faire preuve de tolérance et vous placer dans une démarche d'entraide.

5. Restez courtois

Particulièrement lorsque vous exprimez votre désaccord, critiquez les idées, pas les personnes. Évitez à tout prix les insultes, les attaques et autres jugements sur la forme des messages.

6. Publiez des messages utiles

Chaque participation a vocation à enrichir la discussion, aussi les partages d'humeurs personnelles ne doivent pas venir gêner le fil des échanges.

7. Soignez votre écriture

Utilisez la ponctuation, prohibez le langage SMS et les majuscules, relisez-vous afin de corriger un peu les fautes de frappe et de français : trop de fautes n’engagent ni à lire le message, ni à répondre à une question.

8. Respectez le cadre légal

Ne publiez pas de contenus irrespectueux, racistes, homophobes, obscènes ou faisant l'apologie de courants radicaux, qu'ils soient politiques ou religieux. N'utilisez pas plusieurs comptes utilisateurs.

9. Ne faites pas de promotion

Ne profitez pas d'une discussion pour faire la publicité d'un produit, d'un service ou même de votre site web personnel.

10. Ne plagiez pas

Exprimez uniquement vos opinions ou partagez des idées en citant vos sources.

scroll top