Uber lève 1,2 milliard de dollars, de quoi inquiéter les taxis

09 juin 2014 à 11h08
0
L'application Uber et son service de réservation de voiture avec chauffeur vient de faire en pas de géant en obtenant 1,2 milliard de dollars de financement. De quoi sérieusement inquiéter les taxis.

0104000006489782-photo-uber-logo.jpg
C'est une nouvelle qui ne calmera pas les taxis. La jeune société américaine Uber vient de recevoir un financement colossal de 1,2 milliard de dollars afin de renforcer sa flotte de véhicules de tourisme avec chauffeur (VTC). Pour rappel, le service est né en 2009 et repose sur une application mobile géolocalisant l'utilisateur afin qu'il puisse commander un VTC.

Travis Kalanick, le co-fondateur et PDG d'Uber, explique au Wall Street Journal que ses investisseurs, dont l'identité n'a pas été dévoilée, ont été séduits par la forte croissance de la société, qui « double son chiffre d'affaires tous les six mois ». Ainsi, poursuit-il, la société « s'est transformée d'une petite start-up mal gérée de la Silicon Valley à une véritable philosophie de vie pour des millions de personnes dans le monde ».

Valorisée 17 milliards de dollars

Avec plus de 900 salariés et une présence dans 128 pays, Uber rejoint le club fermé des start-up (même si cette dénomination devient un peu abusive à ce stade), valorisées à plus de 10 milliards de dollars, comme le service de stockage dans le cloud Dropbox ou bien le site de location de logements Aribnb. La valorisation d'Uber atteint 17 milliards de dollars, et se hissera même à 18,4 milliards avec un nouveau tour de table estimé à 200 millions de dollars. En août 2013, la société avait déjà obtenu 258 millions de dollars de fonds.

Uber a su attirer des grands noms de l'investissement dans son capital, comme BlackRock, Fidelity Investments et Wellington Management. Lors de précédentes opérations, le californien était parvenu à séduire Google Ventures, le patron d'Amazon Jeff Bezos et aussi la banque d'affaires Goldman Sachs.

Face à la fronde des taxis

Uber a diversifié son offre en proposant des services haut de gamme mais également à prix plus modéré (UberX). Et pour étendre encore sa présence, le service, qui s'appuie souvent sur des sociétés de transport sous contrat avec elle, a lancé en février 2014 UberPop, afin de transformer tous les particuliers en chauffeurs privés. Une nouvelle qui n'avait pas manqué d'attiser, en France, la colère des taxis classiques.

Le 11 juin prochain, ils se mettront en grève dans plusieurs pays européens dont la France, l'Allemagne, la Belgique, l'Italie, l'Espagne et la Grande-Bretagne. Côté français, ils s'opposeront notamment aux propositions du rapport du député socialiste Thomas Thévenoud voulant obliger les chauffeurs de taxi à utiliser une application géolocalisant leur position. Ils concurrenceraient Uber, SnapCar, LeCab ou Chauffeur Privé.

En parallèle, l'Association française des taxis a assigné Uber en justice devant le tribunal de commerce de Paris. Celle-ci estime que le mode de tarification de l'américain, fonctionnant sur la base d'un tarif horokilométrique, constitue une pratique déloyale au regard de la concurrence.


Modifié le 01/06/2018 à 15h36
0 réponses
0 utilisateurs
Suivre la discussion

Les actualités récentes les plus commentées

Consommation de
Débat | YouTube change-t-il pour le pire ?
Un TER n’émet pas toujours moins de CO2 qu'une voiture ou un autobus !
Le Japon va-t-il vraiment déverser de l’eau radioactive dans l’océan ?
Les camions électriques Volvo sont désormais en vente (et bientôt sur nos routes)
Facebook active la caméra et le micro des iPhone en permanence sans en avertir les utilisateurs
Sonic le Film : après la polémique, le hérisson bleu dévoile son nouveau look
Plombé par son coût environnemental, le projet géant EuropaCity tombe à l'eau
Le saviez-vous ? Il n’a mis que 16 secondes pour résoudre un Rubik's Cube les yeux bandés

Notre charte communautaire

1. Participez aux discussions

Nous encourageons chacun à exprimer ses idées sur les sujets qui l'intéressent, et à faire profiter l'ensemble de la communauté de son expertise sur un sujet particulier.

2. Partagez vos connaissances

Que vous soyez expert ou amateur passionné, partagez vos connaissances aux autres membres de la communauté pour enrichir le niveau d'expertise des articles.

3. Échangez vos idées

Donnez votre opinion en étayant votre propos et soyez ouverts aux idées des autres membres de la communauté, même si elles sont radicalement différentes des vôtres.

4. Faites preuve de tolérance

Qu'il s'agisse de rédacteurs professionnels ou amateurs, de lecteurs experts ou passionnés, vous devez faire preuve de tolérance et vous placer dans une démarche d'entraide.

5. Restez courtois

Particulièrement lorsque vous exprimez votre désaccord, critiquez les idées, pas les personnes. Évitez à tout prix les insultes, les attaques et autres jugements sur la forme des messages.

6. Publiez des messages utiles

Chaque participation a vocation à enrichir la discussion, aussi les partages d'humeurs personnelles ne doivent pas venir gêner le fil des échanges.

7. Soignez votre écriture

Utilisez la ponctuation, prohibez le langage SMS et les majuscules, relisez-vous afin de corriger un peu les fautes de frappe et de français : trop de fautes n’engagent ni à lire le message, ni à répondre à une question.

8. Respectez le cadre légal

Ne publiez pas de contenus irrespectueux, racistes, homophobes, obscènes ou faisant l'apologie de courants radicaux, qu'ils soient politiques ou religieux. N'utilisez pas plusieurs comptes utilisateurs.

9. Ne faites pas de promotion

Ne profitez pas d'une discussion pour faire la publicité d'un produit, d'un service ou même de votre site web personnel.

10. Ne plagiez pas

Exprimez uniquement vos opinions ou partagez des idées en citant vos sources.

scroll top