LOL n'est pas une marque

13 mai 2016 à 08h38
0

La justice française vient récemment de rappeler que "LOL" ne peut pas être utilisé en tant que marque. Le terme est dépourvu de caractère distinctif lorsque les produits vendus n’ont aucun lien avec l’expression.

Utiliser le terme « LOL » pour « laughing out loud » ne peut se faire n'importe comment. La justice française vient de le rappeler par le biais d'un jugement récemment rendu par le Tribunal de grande instance de Paris. L'analyse, publiée sur le site actualitésdudroit, rappelle que les marques verbales « LOL » doivent être considérées comme nulles si elles ne possèdent aucun caractère distinctif.

Une marque doit en principe permettre d'identifier l'origine commerciale d'un produit ou d'un service. En baptisant sa gamme de biens « LOL », le TGI de Paris considère que les clients peuvent focaliser leur attention sur ce terme et non plus sur l'origine du produit. Il serait donc aisé pour des professionnels, mais également des contrefacteurs de proposer toutes sortes d'objets siglés LOL, sans que le client puisse s'y retrouver.

En conséquence, les marques utilisant le terme en tant que signe distinctif seront déclarées nulles par la justice. Les tribunaux motiveront leur décision pour « défaut de caractère distinctif ».

0258000008442248-photo-lol.jpg


A lire également
Modifié le 01/06/2018 à 15h36
0 réponses
0 utilisateurs
Suivre la discussion

Les actualités récentes les plus commentées

Linky : pour l'ANFR, les Equipements Radio des compteurs sont sans danger pour la santé
La France va créer son commandement militaire de l'espace
Toyota : 50% des véhicules vendus au premier semestre étaient des hybrides-électriques
Bruno Le Maire prend officiellement position sur la cryptomonnaie Libra
Peugeot 3008 Hybrid : tout ce que l’on sait du futur SUV de la firme sochalienne
La Zone 51 envahie ? L'armée américaine pourrait répondre par la force
Evija : l'hypercar électrique de Lotus se charge en 9 petites minutes
Streaming vidéo : le coût écologique serait désastreux, selon l'association The Shift Project
La prochaine édition du CES va autoriser les sextoys féminins et interdire les
Neuralink : Musk annonce que la start-up est prête à tester sa technologie sur des humains
scroll top