Bataille Vivendi - Gameloft : la famille Guillemot prépare la riposte

07 mars 2016 à 13h41
0
Gameloft et la famille Guillemot font face à l'appétit féroce de Vivendi. Le groupe tente de mettre la main sur l'éditeur par le biais d'une OPA (offre publique d'achat) hostile. Face à la firme, l'éditeur n'entend pas rester les bras croisés et va prochainement dévoiler un nouveau plan stratégique.

Le projet a pour objet de séduire les investisseurs afin qu'ils maintiennent leur confiance dans l'équipe actuelle. Cette présentation sera d'ailleurs tenue au lendemain de la publication de des résultats annuels de la société.

Ce plan devrait, sans surprises, mettre particulièrement en avant les jeux en ligne. Yves Guillemot devrait donc donner plus de visibilité sur sa stratégie à ses investisseurs tout en leur promettant de maintenir la croissance.

0258000005743488-photo-conf-rence-sony-ps4-yves-guillemot.jpg

Toujours dans l'optique de ne pas laisser Gameloft aux mains de Vivendi, la famille Guillemot a récemment réalisé une nouvelle acquisition de capitaux. Elle a ajouté pas moins de 50 000 actions à son escarcelle et détient à présent 21,35% du capital et 29,36% des droits de vote de l'éditeur. Elle devrait toutefois rester sous les 30% sauf si elle compte à nouveau surenchérir face aux propositions de Vivendi.

A lire également
Modifié le 01/06/2018 à 15h36
Soyez toujours courtois dans vos commentaires.
Respectez le réglement de la communauté.
0
0

Actualités du moment

Un miroir avec une télé intégrée ? C'est possible, si vous avez beaucoup d'argent
OS X victime d'un malware caché dans le client bittorrent Transmission
Bouygues Telecom entérine le forfait B&You 20 Go
Obsolescence programmée : 1 an après, toujours des ratés
Microsoft sur le point de verrouiller le jeu PC avec Windows 10 ?
Pourquoi Google est aujourd'hui Googl
Le 3D Touch pourrait se démocratiser sur Android
Terrorisme : 5 ans de prison pour les constructeurs de smartphones ?
Regardez cette Corvette électrique établir un record de vitesse
Pour Bill Gates et Satya Nadella, Slack ne vaut pas 7 milliards
Haut de page