Rencontre : les secrets de Happn pour réussir

Thomas Pontiroli
25 novembre 2015 à 06h42
0
Happn est véritablement une « pépite française ». Cette application de rencontre basée sur la géolocalisation connaît un succès foudroyant depuis un an et demi. Rencontre avec le PDG et fondateur, Didier Rappaport, qui intervient lors du salon AppDays ce mercredi 25 novembre.

Comment expliquez-vous le succès de Happn ?

À la différence des acteurs existants, nous avons fait le choix de réintroduire l'humain dans la rencontre virtuelle, en permettant aux utilisateurs d'entrer en contact avec les personnes qu'ils ont croisées. Jusqu'à présent la rencontre en ligne était vécue comme trop virtuelle, chronophage et décevante. Sur Happn, les gens ont conscience qu'ils parlent à des personnes qu'ils croisent au quotidien. L'autre facteur est que nous conservons les codes de la mobilité - simplicité, immédiateté et gamification -, et nous les enrichissons.

Sur quoi misez-vous désormais pour réussir ?

Nous avons commencé en nouant un partenariat avec Spotify afin que les utilisateurs partagent de la musique. Cela leur permet de s'exprimer avec plus de profondeur. La musique instaure une autre forme de dialogue. Nous allons poursuivre dans cette voie en ouvrant Happn à Instagram dès la semaine prochaine. Les personnes pourront ainsi révéler leur univers artistique et se rapprocher encore. Ce n'est pas tout : au début 2016, nous intégrerons des messages vocaux à la WhatsApp, afin d'ajouter une dimension sensorielle.

Projetez-vous de la rencontre en réalité virtuelle ?

Oui, on s'y intéresse. On pourrait imaginer un jour un service où l'on braque un téléphone pour avoir des informations, ou représenter son physique plutôt que de se limiter à des photos - je délire complètement là !
On s'intéresse aussi à l'Internet des objets et aux montres connectées. Happn sera d'ailleurs bientôt présent sur la Samsung Galaxy Gear S2. Les gens pourront par exemple envoyer une vibration quand il se croisent.


03E8000008256038-photo-didier-rappaport.jpg
Didier Rappaport a cofondé Dailymotion en 2005 avant de lancer Happn en 2013 - Crédit : Happn.

Le succès de Happn en chiffres, cela donne quoi ?

Nous totalisons 8 millions d'utilisateurs et nous prévoyons d'atteindre les 10 millions à la fin de l'année. Le rythme d'acquisition est très élevé car nous enregistrons 1,2 million de nouveaux membres par mois - là où nous avions mis 3 mois pour acquérir 2 millions de membres au début. Notre chiffre d'affaires se monte à plusieurs millions d'euros. Tout ce que je peux dire à ce stade est qu'il est substantiel vu notre jeune âge.

Allez-vous essayer de détrôner Tinder ?

Pas du tout ! Nous avons beaucoup de respect pour Tinder et pour ce qu'il a fait. Il a su devenir un acteur de taille mondiale et c'est ce que nous visons aussi, notamment grâce aux 20 millions d'euros que nous avons levés ces derniers mois. Nous allons focaliser notre développement sur l'international - Europe, États-Unis, Amérique du Sud et quelques pays d'Asie - ce qui passera par le recrutement de profils plus seniors. Notre vision est de nous positionner sur la vie réelle. Tinder est dans le panorama, mais pas dans notre viseur.

Votre système de géolocalisation, est-ce fiable ?

Le meilleur témoignage de sa fiabilité se voit dans notre croissance. Les gens ne l'utiliseraient pas sinon. Et puis nous avons un ratio d'utilisateurs actifs journaliers sur mensuels de 40 %, ce qui indique que ces gens reviennent, un indicateur de satisfaction. Aujourd'hui la localisation se fait via GPS ou Wi-Fi avec un degré de précision allant de quelques mètres à une dizaine de mètres. À l'avenir, nous n'excluons pas d'intégrer la communication entre les smartphones, via du Bluetooth par exemple, afin d'augmenter encore la précision.


00C8000008256040-photo-happn.jpg
00C8000008256042-photo-happn.jpg
00C8000008256044-photo-happn.jpg
00C8000008256046-photo-happn.jpg


Une précision au détriment de la vie privée ?

Bien sûr la protection de la confidentialité de nos membres est essentielle, c'est pourquoi nous ne leur dévoilons pas la géolocalisation de leurs contacts à moins de 250 mètres. Ils savent qu'ils ont rencontré une personne dans une zone, mais nous ne donnons pas plus de précision. Les gens doivent se sentir en sécurité.

Que pensez-vous des algorithmes de matching ?

C'est un mensonge ! Deux personnes ne tombent pas amoureuses parce qu'elles ont coché la même case ! Cela comporte une dose de coïncidence, telles que les rencontres fortuites, et c'est en cela que nous croyons avec Happn. Autrefois, on devait remplir des questionnaires comportant une centaine de questions pour aider l'algorithme... Nous, nous préférons la simplicité : trois pages pour les photos, l'identité et les goûts.


À lire également :

Modifié le 01/06/2018 à 15h36
0 réponses
0 utilisateurs
Suivre la discussion

Les actualités récentes les plus commentées

7 400 gigatonnes de neige seraient nécessaires pour enrayer la fonte des glaces
Bruno Le Maire prend officiellement position sur la cryptomonnaie Libra
Peugeot 3008 Hybrid : tout ce que l’on sait du futur SUV de la firme sochalienne
Evija : l'hypercar électrique de Lotus se charge en 9 petites minutes
L'Anses confirme l'impact du trafic automobile sur la santé et invite à promouvoir l'électromobilité
La prochaine édition du CES va autoriser les sextoys féminins et interdire les
Que se passerait-t-il si Stadia disparaissait ? Un ponte de Google répond
SFR dévoile sa Box 8, une box barre de son
Un timbre en édition limitée pour célébrer les 50 ans du premier pas sur la Lune
Netflix dévoile des résultats en baisse, notamment dans les pays où les tarifs ont augmenté
scroll top