🔴 LE BLACK FRIDAY EN DIRECT !

Un troisième "opérateur" pour les objets s'installe en France

01 juin 2018 à 15h36
0
L'infrastructure qui supportera les deux milliards d'objets connectés que l'on nous promet d'ici cinq ans se met en place. Après Sigfox et Bouygues Telecom, c'est au tour de l'angevin Qowisio de se développer.

Le marché français de l'Internet des objets s'apprête à accueillir un troisième opérateur - même s'il n'en a pas officiellement le statut, car il utilise des fréquences libres de droits : Qowisio. La start-up a vu le jour à Angers en 2009. Depuis ce temps, elle opère principalement à l'étranger auprès de grands groupes, à qui elle fournit des réseaux privés « machine to machine ». D'ici la fin 2015, elle veut couvrir le territoire français.


0230000008065098-photo-qowisio.jpg
Qowisio entre en concurrence avec Sigfox et Bouygues Telecom - Crédit : Qowisio.


« Nous nous sommes aperçus que notre technologie Ultra Narrow Band (UNB) pouvait largement convenir aux besoins des entreprises et du grand public pour les objets connectés », nous explique Cyrille Le Floch, le PDG de la société. Au total, Qowisio aura besoin de seulement 1 600 à 1 800 antennes pour couvrir la France avec son réseau ultra bas débit bidirectionnel, dont la vitesse en réception oscille entre 100 et 300 o/s.

Levée de fonds de 10 millions d'euros

Pour s'installer, la start-up compte sur l'appui financier de plusieurs investisseurs qui viennent de lui apporter 10 millions d'euros, dans le cadre d'une deuxième levée de fonds. Il s'agit de Ouest Croissance, Go Capital, BNP Paribas Développement, et Pays de la Loire Développement. La difficulté pour la société angevine sera de s'imposer face à son concurrent frontal Sigfox, installé depuis 2009, soutenu par Intel, capitalisé à plus de 100 millions d'euros, et ambitieux à l'international. Mais aussi Bouygues Telecom et sa technologie LoRa...

Pour se démarquer, Qowisio mise sur son modèle économique, qu'il veut mieux adapté « aux centaines de millions d'objets connectés à venir ». « L'enjeu n'est pas la bataille du coût de communication », insiste-t-on, expliquant qu'une facturation au mois ou à l'année n'est pas pertinente pour un objet connecté éphémère, ou ayant une durée de vie de quelques semaines. Plus de précisions sur ce modèle arriveront dans l'année.

Ouverture de la Cité de l'Objet connecté

Qowisio veut aussi se démarquer sur l'accompagnement des grands groupes et des start-up qui veulent se lancer, mais qui n'ont pas forcément le savoir-faire sur les objets. « Une entreprise qui a des besoins en matière de mesure de la température, nous lui fournissons un produit clé en main », indique-t-on. La société dispose d'un catalogue d'une quarantaine d'objets connectés, du « tracking GPS à la fidélisation client ».

Le but est de faire de la France « une vitrine pour démontrer la pertinence du réseau » développé par ses soins, afin de l'étendre ensuite à ses actuels clients à l'étranger. Membre fondateur et actionnaire de la Cité de l'Objet Connecté à Angers, inaugurée le vendredi 12 juin en présence de François Hollande, Qowisio veut développer l'écosystème de l'Internet des objets en accompagnant tous les porteurs de projets dans la cité.



À lire également :

Soyez toujours courtois dans vos commentaires.
Respectez le réglement de la communauté.
0
0

Actualités du moment

Mega Man Legacy Collection : le légendaire robot revient sur PC, PS4, Xbox One
Galaxy S6 Active : Samsung lance la version étanche de son produit phare
Troquer des informations privées contre des réductions vaut-il le
Steam : en moyenne, les jeux chers se vendent mieux que les premiers prix
Un astéroïde renommé en hommage à l'acteur Leonard Nimoy
En Chine, les drones surveillent l'examen du Bac
Skype Translator : bientôt intégré à la version classique du logiciel
Infos US de la nuit : Obama plaide pour un renforcement de la cyber defense
iOS 9 : plus intelligent et multi-tâche sur iPad
Apple Music : le service de streaming de la pomme
Haut de page